Dynastie Chola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chola)
Dynastie Chola
(ta) சோழர் பேரரசு

300 av. J.-C. – 1279

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après
L'empire Chola vers 1030
Informations générales
Capitale Successivement Uraiyur, Tanjavûr et Gangaikondacholapuram
Langue(s) Tamoul
Religion Hindouisme
Histoire et événements
300 av. J.-C. Fondation
888 Victoire contre les Pallava
vers 1000 Destruction de la flotte Chera, conquête du Karnataka
1014-1045 Conquête de Ceylan et des îles Andaman et Nicobar
1279 Mort du dernier souverain Chola
Rois
(1er) -50-25 Veliyan Tittan
(Der) 1267-1279 Rajendra III

Entités suivantes :

Les Chola sont une dynastie du sud de l'Inde, mentionnée dans le Mahābhārata, et qui a donné son nom à la côte de Coromandel (d'après Chola mandalam, « le pays des Chola ») au Tamil Nadu. Attestée dès la fin du troisième siècle avant notre ère, elle règne sur un territoire de taille variable jusqu'à la fin du XIIIe siècle.

On sait peu de chose des premiers Chola, dont la tradition et la littérature nous ont transmis quelques noms et dates approximatives. La présence d'une ligue de marchands tamouls dans le port de Barus, sur la côte occidentale du nord de Sumatra en Indonésie, est attestée au XIe siècle. Les Chola connaissent leur apogée sous Rajaraja Chola Ier et Rajendra Chola Ier (en). C'est aussi sous leurs règnes que l'Inde a connu la seule période de puissance maritime de son histoire.

Apogée[modifier | modifier le code]

En 993, le roi Rajaraja Ier fait la conquête de Ceylan. Il met à sac et incendie Anuradhapura, la capitale du Rajarata[1]. Son fils Rajendra Ier (en) (1014-1044) consolide son œuvre. Il attaque avec succès l’Orissa et le Bengale. Après deux expédition maritimes, il reçoit la soumission de Ceylan (1018), de Java, de Palembang et de la Malaisie (1024)[2]. En 1017 et 1025 il attaque Sriwijaya. Vers 1030, le royaume Chola domine l’océan Indien jusqu’aux îles de la Sonde, détournant à son profit le commerce extrême-oriental grâce à la sécurité qu’il assure aux routes maritimes[3].

Les Cholas entreprennent des travaux d'irrigation dans le delta de la Kaveri. Le vote par bulletin mis dans une urne (seul les intouchables ne votent pas) se développe dans l’empire Chola pour l’élection des conseils de village[4]. La vie sociale est organisée autour du temple, qui centralise les activités religieuses, morales, économique et charitable.

Liste des souverains de la dynastie Chola[modifier | modifier le code]

Capitale Uraiyur, du Ier siècle avant J.-C. au IIIe siècle[modifier | modifier le code]

La suite se perd dans la confusion. Puis les Chola reviennent sur le devant de la scène au IXe siècle.

Capitale Tanjavûr, du IXe siècle au XIe siècle[modifier | modifier le code]

Capitale Gangaikondacholapuram, du XIe siècle au XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La dynastie entre en décadence et le royaume Chola de nouveau réduit à la zone originelle d'Uraiyur est absorbé par le royaume de Vijayanâgara au XIVe siècle.

L'art chola[modifier | modifier le code]

Les Chola ont développé un art caractéristique dans le domaine de l'architecture et du bronze à la cire perdue, ainsi que des fresques dans les temples.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Capitale Chola sous Râjendra Choladeva Ier.
  2. Ce gopuram donnera naissance aux immenses portes des siècles postérieurs.
  3. Le dôme est taillé dans un bloc de 80 tonnes, hissé sur un plan incliné de plus de 6 km.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Walter Nubin, Sri Lanka : current issues and historical background, Nova Publishers, (ISBN 978-1-59033-573-4, présentation en ligne)
  2. Sailendra Nath Sen, Ancient Indian History and Civilization, New Age International, (ISBN 978-81-224-1198-0, présentation en ligne)
  3. Hermann Kulke, K Kesavapany, Vijay Sakhuja, Nagapattinam to Suvarnadwipa : Reflections on the Chola Naval Expeditions to Southeast Asia, Institute of Southeast Asian Studies (ISBN 9789812309372, présentation en ligne)
  4. Kamala Marius-Gnanou, L'Inde, Karthala, (ISBN 9782865376971, présentation en ligne)
  5. Bibl: Michell Hindu Art and Architecture 2000, p. 126
  6. Vidya Dehejia Indian Art, 1997, page 221
  7. Vidya Dehejia Indian Art, 1997, pages 224-225
  8. Bibl : Louis Frédéric : L'art de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, 1994, page 153
  9. Bibl : Louis Frédéric : L'art de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, 1994, pages 150-152

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :