Marie-Françoise de L'Espinay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De l'Espinay.
Marie-Françoise de L'Espinay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nom de naissance
Marie-Françoise de Gouberville
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement

Marie-Françoise de L'Espinay, née Marie-Françoise de Gouberville le à Trèves, est une artiste peintre, dessinatrice et lithographe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendante du sculpteur Pierre de Francheville (1649-1713), Marie-Françoise de Gouberville épouse le vicomte Pierre-Marie de L'Espinay (1918-1994) en 1966 à Ville-d'Avray. Elle réside au 1, rue des Amandiers à Chavenay (Yvelines). Elle est élève à l'Académie Julian à Paris, puis de René Aubert à l'école des beaux-arts de Versailles. Marie-Françoise de L'Espinay approche par celui-ci André Dunoyer de Segonzac dont il est l'ami. Ses aquarelles en énonceront l'influence[1]. Elle pratique la lithographie à partir de 1973.

« J'ai besoin de l'émotion née d'une lumière, d'un paysage, d'une musique qui saura m'émouvoir jusqu'à l'extase » a-t-elle confié au magazine Jours de France[2]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Claude Robert, commissaire-priseur, ventes de l'atelier Marie-Françoise de L'Espinay, Hôtel Drouot, Paris, 28 février 1983, 30 janvier 1984, 12 octobre 1987[3].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Thèmes dans sa peinture[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « La Commedia dell'arte, la fête à Venise, le monde de la danse inspirent Marie-Françoise de L'Espinay. L'artiste se fait volontiers aussi la chroniqueuse du Paris d'aujourd'hui, sans négliger pour autant son charmant village de Chavenay et l'atmosphère subtile des campagnes de l'Île-de-France. La palette est gaie : colorée sans violence et mesurée sans fadeur. Le trait, spontané et sûr, cerne en quelques lignes paysages et visages. On ne peut s'empêcher de penser à Raoul Dufy. » - Françoise de Perthuis[6]
  • « Son trait précis, sa touche légère, conviennent parfaitement à ses compositions qui touchent parfois à l'anecdote. » - Dictionnaire Bénézit[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Claude Robert, troisième catalogue de la vente de l'atelier Marie-Françoise de L'Espinay, 1987.
  2. Claude Robert, premier catalogue de la vente de l'atelier Marie-Françoise de L'Espinay, Paris, Hôtel Drouot, 28 février 1983, 30 janvier 1984, 12 octobre 1987.
  3. « Marie-Françoise de L'Espinay », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°34, 2 octobre 1987, p. 15.
  4. Ouvrage collectif, Un siècle d'art moderne - L'histoire du Salon des indépendants, Denoël, 1984.
  5. a b c d e et f Claude Robert, deuxième catalogue de la vente de l'atelier Marie-Françoise de L'Espinay, 1984.
  6. Françoise de Perthuis, « Marie-Françoise de L'Espinay », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°3, 20 janvier 1984, p. 20.
  7. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 8, p. 572.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]