Chapelle Notre-Dame-des-Aviateurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle Notre-Dame-des-Aviateurs
La flèche du clocher de la chapelle.
La flèche du clocher de la chapelle.
Présentation
Culte Catholique
Type Chapelle
Début de la construction 1904 (oratoire)
1908 (chapelle)
Autres campagnes de travaux 1947 (reconstruction après bombardements)
Style dominant Néo-gothique
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Ville Saint-Palais-sur-Mer
Coordonnées 45° 38′ 47″ nord, 1° 06′ 18″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Chapelle Notre-Dame-des-Aviateurs

La chapelle Notre-Dame-des-Aviateurs, appelée Notre-Dame-du-Platin jusqu'en 1909, est un sanctuaire catholique situé rue de la Chapelle (entre l'avenue de la Grande Côte et l'estuaire de la Gironde), quartier du Platin, dans la station balnéaire de Saint-Palais-sur-Mer, sur la presqu'île d'Arvert, en Charente-Maritime.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-du-Platin est érigée sur une parcelle privée, en 1904, par l'industriel Joseph Odelin, sa femme le lui ayant demandé.

Ce n'est, au début qu'un simple oratoire mais, néanmoins, servant de lieu de culte aux habitants du quartier du Platin, alors en pleine expansion, M. Odelin décide de l'agrandir. Il n'en conserve que le clocher. Mgr Augouard, évêque du Congo en visite, procède à sa bénédiction, en 1908.

Grâce à la première traversée de la Manche, par Louis Blériot, M. Odelin en fait la patronne des aviateurs, en 1909 : Notre-Dame-des-Aviateurs. L'année suivante, un pilote d'avion la survole et lui lance une couronne de fleurs, puis se pose sur la plage de Royan. C'est le premier des pèlerinages aériens de cette chapelle.

En 1911, l'évêque de la Rochelle donne son autorisation pour que la messe y soit célébrée. S'ensuit la création de la Confrérie de Notre-Dame-du-Platin.

Elle est le cadre de pèlerinages, depuis 1916, qui dureront jusqu'en 1982 (Mgr Fougerat, de Rome), malgré un arrêt pendant la "guerre de 40". Lors du premier d'entre eux, qui réunit, environ, 4 000 militaires et civils, pour célébrer la naissance de la Vierge, début septembre, le curé de Royan fait une célébration inhabituelle : il lie les aviateurs et les marins dans une bénédiction de l'océan et des airs.

En 1927, Joseph Odelin décède et la chapelle est offerte à l'association diocésaine.

Endommagée en 1945, par les bombardements alliés, elle est reconstruite en 1947. Des restaurations sont effectuées en 1994. Elle est touchée par la tempête Martin et est remise en état par des bénévoles qui créent, en 2005, avec l'aval de l’Évêché et du curé de Royan.

Depuis, la chapelle accueille la commémoration de la mort de l'équipage d'un bombardiers qui s'est écrasé non loin de là, en janvier 1945, et la célébration de la naissance de Marie.

Elle n'est ouverte au culte que durant la saison estivale.

Description[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire est composé d'une nef simple, longue de quatre travées, précédée d'un portail néo-gothique, lui-même surmonté d'une flèche.

De 1919 à 1945, la chapelle abritait une statue représentant Notre Dame des Aviateurs, exécutée par le sculpteur Jampolsky. Depuis sa destruction lors des bombardements, une réplique en plâtre est installée. Cette copie est saccagée, par des vandales, en 2003. Une nouvelle statue a été placée en 2008.

Un triptyque, œuvre de l'artiste Bodenna Skop, réalisé en 1996, se trouve également dans la chapelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

La section "Histoire" est tirée du site internet cité en référence[1], ci-dessous.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un peu d'histoire », sur paroisseroyan.fr, (consulté le 7 juin 2013)