Champlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champlay
Champlay
La mairie.
Blason de Champlay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Joigny
Intercommunalité Communauté de communes du Jovinien
Maire
Mandat
Christian Rotilio
2014-2020
Code postal 89300
Code commune 89075
Démographie
Gentilé Campolaïciens/Champlaisiens
Population
municipale
720 hab. (2016 en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 06″ nord, 3° 26′ 32″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 223 m
Superficie 21,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Champlay

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Champlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champlay

Champlay est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Campolaïciens ou Champlaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 108 hectares ; l'altitude varie entre 77 et 223 mètres[1].

La commune est constituée de deux villages distincts : Le Grand Longueron,, qui est un important hameau avec une école maternelle et deux terrains de tennis ; et Le Petit Longueron, qui est le bourg, lui-même, avec l'église et la mairie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroy-sur-Tholon Joigny Laroche-Saint-Cydroine Rose des vents
Champvallon N Épineau-les-Voves
O    Champlay    E
S
Senan (Neuilly) (Neuilly)
Valravillon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Datant de l'époque d'Hallstatt, une épée en fer a été découverte dans une tombe située sur le territoire de la commune[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2008 En cours Christian Rotilio[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 720 habitants[Note 1], en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
679789753784853832898912975
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
935901870849766736750734697
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
674650630512564570549539609
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
578536556637675628663698726
2016 - - - - - - - -
720--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Inventaire général du patrimoine culturel de la France répertorie les deux éoliennes de pompage, construites au début du XXe siècle[8],[9],aujourd'hui démontées ,devenues trop dangereuses.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut trois ZNIEFF :

  • La ZNIEFF du bois de Montholon[10], où les milieux déterminants sont des landes, fruticées, pelouses et prairies, avec des bois. Champlay, Champvallon, Paroy-sur-Tholon et Senan se partagent les 333 ha de cette ZNIEFF.
  • La ZNIEFF de la vallée de l'Yonne entre Champlay et Cézy[11] a une surface de 1086 ha, répartis sur les communes de Cézy, Champlay, Joigny et Saint-Aubin-sur-Yonne. Son habitat déterminant est les eaux vives ; on y trouve aussi eaux douces stagnantes, landes, fruticées, pelouses, prairies, forêts, tourbières et marais.
  • La ZNIEFF du marais des Noues d'Abandon[12], soit 105 ha de tourbières et marais comme milieux déterminants, accompagnés d'eaux douces stagnantes, landes, fruticées, pelouses, prairies et forêts. Le tout est partagé entre Champlay et Joigny.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3)
  • Georges Bolnat et Bernard Lacroix, La nécropole protohistorique de la Colombine à Champlay, Yonne, vol. 2, Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l'Yonne, coll. « Cahiers d'archéologie et d'histoire de l'art », , 167 p.
  • Didier Perrugot, Jacqueline Argant, L'habitat carolingien du Grand Longueron (Champlay, Yonne) : origine et mutation d'un grand domaine foncier au Haut Moyen Âge (VIIIe-IXe siècles), Volume 9 de Europe Médiévale, Éditions Monique Mergoil, 238 pages, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]