Championnat de Belgique de football D2 1965-1966

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Division 2
1965-1966
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) URBSFA
Édition 49e
Lieu(x) Drapeau de la Belgique Belgique
Date du
au
Participants 16
Matchs joués 240 matches
Statut des participants Amateur
Hiérarchie
Hiérarchie 2e niveau
Niveau supérieur Division 1 1965-1966
Niveau inférieur Division 3 1965-1966

Palmarès
Tenant du titre R. Racing White
Promu(s) en début de saison 2:
R. FC Sérésien
K. Willbroekse SV
Relégué(s) en début de saison 2:
K. FC Diest
Union St-Gilloise SR
Vainqueur K. SV Waregem
Promu(s) 2:
K. SV Waregem
+
R. Charleroi SC
Relégué(s) 1:
K. FC Turnhout [note 1]
Buts 702 buts
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Belgique Jean-Pierre Janssens
Crossing Molenbeek

Navigation

Le Championnat de Belgique de football de Division 2 1965-1966 est la 49e édition du championnat de deuxième niveau national en Belgique. Il oppose 16 équipes, qui s'affrontent deux fois chacune en matches aller-retour. Au terme de la saison, le champion et son dauphin sont promus en Division 1, alors que les deux derniers classés sont relégués en Division 3.

Lors de cette compétition, le SV Waregem se montre le plus régulier. Les Flandriens reste en embuscade derrière le Crossing Molenbeek durant tout le premier tour avant de le coiffer juste avant la mi-parcours, puis de dominer toute la seconde partie de la saison. Un groupe ambitieux fort de huit formations reste longtemps à la lutte pour le deuxième accessit : Sporting Charleroi, THOR Waterschei, FC Sérésien, Olympic de Charleroi et l'Union St-Gilloise qui revient fort après un départ calamiteux.

Les Zèbres carolos sont les mieux placés mais gaspillent et sont rejoints en vue du but. Le FC Sérésien a son sort en mains mais il loupe la montée en trébuchant lors de la dernière journée à St-Nicolas. Alors que les Dogies de l'Olympic échouent un rien trop court également, un test-match est nécessaire pour départager le Sporting de Charleroi et à THOR Waterschei. Ces deux équipes finissent sur une stricte égalité : même nombre de points (37) et de victoires (9). Le match décisif a lieu sur le terrain de l'Union, les Zèbres battent les Thorians 2 à 0, et retrouvent l'élite quittée neuf saisons plus tôt.

Concernant la relégation en Division 3. Verviers est très longtemps à la « ramasse » en compagnie de Namur. Les « Merles », qui comptent longtemps jusqu'à trois rencontres de retard, réalisent un bien meilleur second tour et assurent leur maintien alors que Turnhout s'effondre. Le club campinois est finalement le seul à être renvoyé à l'étage en dessous. Théoriquement descendant, le CS Verviétois est finalement repêché, en raison d'une sanction infligée au K. SV Cercle Brugge, accusé par un joueur du Lierse d'avoir tenté de falsifier la compétition. Finissant en position de descendant, le « matricule 12 » bascule directement de D1 en D3. Bien que totalement blanchi de toutes les accusations, en juin 1967, le Cercle de Bruges reste en Division 3 (Voir⇒ Division 1 - saison 65-66).

Clubs participants[modifier | modifier le code]

Seize clubs prennent part à cette édition, soit le même nombre que lors de la compétition précédente.

Les matricules renseignés en gras existent encore lors de la saison « 2012-2013 ».

Clubs participant à la saison 1965-1966 du championnat de Division 2
# Nom[note 2] Mat. Ville Stades En D2 depuis Total
en D2
Saison
précéd.
1 Union Saint-Gilloise Société Royale 10 St-Gilles Joseph Marien en diminution 1965-1966 (1re) 4 saisons Division 1 15e
2 Koninklijke Football Club Diest 41 Diest De Warande en diminution 1965-1966 (1re) 5 saisons Division 1 16e
3 Royal Club Sportif Verviétois 8 Verviers stade de Bielmont en diminution 1961-1962 (5e) 6 saisons 13e
4 Royal Charleroi Sporting Club 22 Charleroi stade du Mambourg en diminution 1957-1958 (9e) 20 saisons 12e
5 Athletische sportvereniging Oostende Kon. Maatschappij 53 Ostende Albert Park en augmentation 1961-1962 (5e) 30 saisons 6e
6 Koninklijke Football Club Herentals 97 Herentals St-Janneke en augmentation 1961-1962 (5e) 16 saisons 14e
7 Koninklijke Football Club Turnhout 148 Turnhout Villapark en diminution 1964-1965 (2e) 27 saisons 9e
8 Union Royale Namur 156 Namur des Champs-Élysées en augmentation 1960-1961 (6e) 11 saisons 10e
9 Koninklijke Sint-Niklaasse Sportkring 221 St-Nicolas/Waas Puyenbeke en augmentation 1964-1965 (2e) 19 saisons 3e
10 Royal Olympic Club Charleroi 246 Montignies s/S. de La Neuville en diminution 1963-1964 (3e) 5 saisons 4e
11 Royal Crossing Club de Molenbeek 451 Molenbeek Sippelberg en augmentation 1962-1963 (4e) 4 saisons 7e
12 Koninklijke Waterschei Sportvereniging THOR Genk [note 3] 553 Genk André Dumont en augmentation 1964-1965 (2e) 15 saisons 5e
13 Patro Eisden 3434 Eisden ?? en diminution 1961-1962 (5e) 9 saisons 11e
14 Koninklijke Sportvereniging Waregem 4451 Waregem Regenboog en augmentation 1963-1964 (3e) 3 saisons 8e
15 Royal Football Club Sérésien 17 Seraing du Pairay en augmentation 1965-1966 (1re) 23 saisons 1er Div. 3 Série B
16 Koninklijke Willebroekse Sportvereniging 85 Willebroek Henry Pickery en augmentation 1965-1966 (1re) 1 saison 1er Div. 3 Série A


Localisation[modifier | modifier le code]

Championnat[modifier | modifier le code]

  • Le nom des clubs est celui employé à l'époque
Légende
  •      Champion et promu en Division 1 la saison suivante
  •      Promu en Division 1 la saison suivante
  •      Clubs devant disputer un test-match pour désigner le 2e promu en Div. 1 la saison suivante
  •      clubs relégués en Division 3 la saison suivante
Abréviations

en diminution : Relégué de Division 1
en augmentation : Promu de Division 3

Classement final[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 K. SV WAREGEM 41 30 15 11 4 61 31 +30
2 R. Charleroi SC 37 30 14 9 7 36 35 +1
3 K. Waterschei SV Thor Genk 37 30 14 9 7 58 40 +18
4 R. Olympic 36 30 14 8 8 48 27 +21
5 R. FC Sérésien en augmentation 36 30 14 8 8 47 42 +5
6 Union St-Gilloise SR en diminution 34 30 15 4 11 46 43 +3
7 K. FC Herentals 30 30 12 6 12 44 51 -7
8 AS Oostende KM 30 30 11 8 11 48 42 +6
9 R. Crossing FC Molenbeek 29 30 13 3 14 48 51 -3
10 Patro Eisden 28 30 12 4 14 48 46 +2
11 K. FC Diest en diminution 28 30 11 6 13 40 44 -4
12 K. Willebroekse SVen augmentation 27 30 10 7 13 39 32 +7
13 K. Sint-Niklaasse SK 26 30 10 6 14 44 48 -4
14 UR Namur 24 30 8 8 14 38 54 -16
15 R. CS Verviétois 20 30 5 10 15 32 60 -28
16 K. FC Turnhout 17 30 5 7 18 25 56 -31

Leader du classement journée par journée[modifier | modifier le code]

La « ligne du temps » ci-dessous renseigne le premier du classement « à la fin des journées effectives » et « ce chronologiquement par rapport au plus grand nombre de parties jouées ». Concrètement cela signifie l'équipe totalisant le plus de points quant au moins une formation a disputé le nombre de journées en question, que ce leader ait ou pas joué ce nombre de matches. Cela essentiellement en cas de remises partielles ou de rencontres décalées.

  • En cas d'égalité de points et de victoires, le leader donné est l'équipe ayant la meilleure différence de buts, même si pour rappel ce critère n'est pas pris en compte pour départager les formations en cas de montée ou descente.
KSV WaregemKVV Crossing ElewijtK Waterschei SV THOR Genk

Résultats des rencontres[modifier | modifier le code]

Tableau de résultats
Résultats (▼dom., ►ext.) CHA CRO DIE HER NAM OLY OST PAT SER STN TUR USG VER WAR WAT WIL
R. Charleroi SC 0-4 1-0 1-0 1-0 1-1 2-3 2-1 1-1 2-2 1-1 1-0 3-0 0-2 1-0 0-0
R. Crossing FC Molenbeek 1-2 5-1 4-0 0-1 2-1 1-1 4-3 4-1 0-3 2-1 1-4 1-3 1-5 1-2 1-4
K. FC Diest 1-4 3-0 0-1 4-2 0-1 3-0 1-4 0-0 2-0 3-1 3-2 0-0 1-0 3-2 1-1
K. FC Herentals 2-1 1-2 4-1 1-1 1-0 1-4 5-1 1-1 0-3 0-0 4-1 2-0 1-0 2-1 1-0
UR Namur 0-2 1-2 2-1 5-2 1-2 1-1 1-2 4-2 3-1 2-0 3-0 2-1 1-1 1-1 2-2
R. Olympic CC 0-0 1-0 1-0 3-1 1-1 0-2 2-3 5-2 3-0 1-1 5-0 5-0 2-3 4-0 1-0
AS Oostende 4-0 0-1 4-1 2-4 5-1 0-0 2-1 2-3 3-0 1-1 0-1 1-1 0-0 0-4 4-0
Patro Eisden 0-1 0-3 0-1 0-2 1-1 0-1 4-0 0-1 0-2 3-0 3-1 3-0 1-1 3-2 2-1
R. FC Sérésien 2-2 3-0 2-1 2-1 3-1 3-0 1-0 3-1 1-3 4-0 2-0 2-0 1-1 2-3 0-0
K. St-Niklaasse SK 1-1 2-2 0-3 1-1 4-0 0-0 3-0 0-2 1-1 3-1 0-1 2-0 0-1 1-2 2-1
K. FC Turnhout 0-1 0-2 1-0 3-2 0-0 0-3 1-2 1-3 0-0 1-0 0-1 3-0 2-6 0-0 3-1
UR St-Gilloise 1-1 1-1 3-0 1-0 2-1 3-1 0-2 1-0 4-0 7-2 1-0 3-1 1-3 2-1 0-3
R. CS Verviers 5-1 0-2 0-3 2-2 1-0 0-0 2-2 3-3 0-2 2-1 3-1 3-3 2-2 0-0 1-1
K. SV Waregem 2-0 2-0 1-1 1-1 4-0 2-4 3-3 2-0 4-0 2-4 2-0 1-0 5-1 1-1 1-1
K. Waterschei SV THOR 1-2 4-1 2-2 3-1 3-0 0-0 1-0 2-2 2-0 4-3 5-3 1-1 3-1 2-2 4-0
K. Willebroek SV 0-1 1-0 0-0 7-0 4-0 1-0 1-0 0-2 1-2 2-0 4-0 0-1 2-0 0-1 1-2
  •      Victoire à domicile
  •      Match nul
  •      Victoire à l'extérieur

Résumé[modifier | modifier le code]

Départ parfait pour le Crossing de Molenbeek qui réalise un 10 sur 10 avec une différence de buts de 17-3. Les Bruxellois sont suivis par le Patro Eisden qui aligne quatre victoires de rang après avoir perdu (2-1) son premier match au Sporting de Charleroi. La suite est moins ronflante pour les « Zèbres » qui ne grappillent que deux unités sur dix. Deux formations imitent le leader en restant invaincues, mais en concédant deux partages: l'Olympic de Charleroi et Waregem. Si l'Union St-Gilloise et Diest, les descendants de « D1 », connaissent une entame plutôt mièvre, c'est l'inverse pour Seraing et Willebroek, les montants de « D3 », qui pointent avec 7 unités sur 10 avant de s'affronter à l'avantage des « Tigres » (1-2). C'est la soupe à la grimace du côté de l'UR Namur et de St-Nicolas/Waas qui restent bloqués à 0 point, jusqu'à la 5e journée où les « Merles » battent les Waeslandiens (3-1).

Lors de la 10e journée, le Crossing conserve la tête mais, battu à Willebroek 1-0 et à THOR Waterschei 4-1, il n'a plus inscrit plus que la moitié de ses points. Il en totalise donc 15 et a concédé le retour d'Eisden et de Waregem (14), de l'Olympic (13) alors que le trio Herentals/Seraing/Waterschei comptabilise 12 unités. En fin de classement, St-Nicolas/Waas (5) précède Namur et Verviers (4). Les « Béliers » n'ont pas encore de victoire. À noter qu'avec 7 points, l'Union St-Gilloise, descendante de Division 1, est classée juste devant ce trio.

Durant le dernier tiers du premier tour, le Crossing concède des partages contre l'Union et à Ostende (chaque fois 1-1) mais conserve de peu sa première place par rapport à Waregem qui se fait accrocher deux fois (1-1), à domicile, par Willebroek et Herentals. Mais lors de la 15e journée, le club bruxellois s'incline lourdement (1-5) contre son rival flandrien qui lui chipe la première position et donc le titre honorifique de « Champion d'automne ». Derrière le duo de tête, Herentals se hisse au 3e rang devant le Sporting Charleroi et Waterschei qui gaspillent çà et là. L'Olympic Charleroi termine médiocrement, avec cinq revers sur les six dernières rencontres, et glisse à la huitième place. Namur (seulement 13 matches joués) et Verviers sont à la traîne avec 6 et 4 unités. Les « Béliers » n'ont pas obtenu la moindre victoire. Les rencontres remises « Namur-Verviers » et « Namur-Turnhout » ne sont disputées qu'au-delà de la mi-avril.

Classement le
P Clubs J P V P Clubs J P V P Clubs J P V P Clubs J P V
1. SV Waregem 15 22 7 X 5. Sporting Charleroi 15 19 9 X 9. Patro Eisden 15 16 7 X 13. Union St-Gilloise 15 10 3
2. Crossing FC Molenbeek 15 21 9 X 5. THOR Waterschei 15 19 6 X 10. SV Willebroek 15 13 5 X 14. St-Niklaasse SK 15 9 3
3. FC Herentals 15 20 8 X 7. FC Sérésien 15 18 7 X 11. Willebroekse SV 15 13 5 X 15. UR Namur 13 6 2
4. FC Diest 15 19 8 X 8. Olympic Charleroi 15 17 7 X 12. FC Turnhout 14 11 3 X 16. CS Verviétois 14 4 0

Le Crossing plie, Waregem s'installe[modifier | modifier le code]

Le début du second tour confirme l'épilogue du premier. Les « Crossingmen » subissent trois défaites (Namur 0-1, Diest 3-0 et Sp. Charleroi 1-2) et laissent Waregem s'éloigner. Le « KSVW » réalise un 5 sur 6 (1-1, contre Waterschei) qui lui permet de s'installer solidement aux commandes car, Herentals excepté, toutes les équipes qui le suivaient encore d'assez près s'inclinent au moins une fois. L'Union St-Gilloise et l'UR Namur empochent le maximum des points et reprennent quelques couleurs. Par contre Verviers, qui n'a pas encore gagné, et Turnhout s'enlisent. La 18e journée est amputée de deux rencontres: « Willebroek-Verviers » et « Patro Eisden-Namur ». Les « Béliers ont donc deux matches de retard, les « Merles » trois ».

Au soir du , soit de la 22e journée, la situation est relativement claire au classement. Si toutes les formations n'ont pas joué toutes les rencontres, les neuf premiers classés ont bien disputé 22 parties. Waregem (33) campe bien en tête avec quatre longueurs d'avance sur le Sporting de Charleroi. Diest et Herentals sont déjà distancées de 7 unités et l'Olympic de Charleroi de 8. Le Crossing (6 défaites de suite avant de battre Herentals) est en compagnie de Seraing et de Waterschei avec un total de 24 points. L'« Union St-Gilloise » s'est éloignée de la zone rouge avec 22 unités. Sous la 10e place, les formations ont joué de 21 à 19 rencontres. Turnhout (21 matches-11 points) a subi six défaites de suite et a sombré à l'avant-dernière place devant Verviers (20 matches-10points). Les « Béliers » ont remporté leur premier succès (1-2, au Crossing de Molenbeek). L'UR Namur totalise désormais 14 points, mais en seulement 19 matches joués.

Les « Zèbres » piétinent[modifier | modifier le code]

À cinq journées de la fin, donc avec 10 points restant à distribuer, le SV Waregem file vers le titre puisque son premier poursuivant est à huit points. Un deuxième classé, le Sporting Charleroi qui joue avec son bonheur. Isolés avec un petit viatique, les Zèbres gaspillent des points en concédant des partages à St-Nicolas/Waas, puis surtout contre Turnhout. Les Carolos piétinent carrément quand ils se font corriger chez la lanterne rouge, Verviers (5-1), puis qu'ils subissent la loi d'Ostende (2-3), dans un Mambourg médusé. Il s'agit d'un gros gaspillage car à défaut du titre, la formation hennuyère devait assurer assez vite la deuxième montante. En effet, toutes les équipes de tête perdent des plus contre des équipes de la seconde partie du tableau. C'est ainsi le cas de Waterschei. Les « Thorians » restent sans victoire entre le (victoire à Ostende) et le (victoire contre Seraing), soit l'équivalent de 6 journées. Les hésitations du Sporting de Charleroi et le manque de régularité des autres équipes du « top » provoquent un regroupement de huit clubs sur 3 points, à la conquête du second ticket vers la « Division 1 ».

Top 9, le
P Clubs J P V
1. SV Waregem 25 38 14
2. Sporting Charleroi 25 29 11
3. THOR Waterschei 25 29 10
4. FC Herentals 25 28 11
5. FC Sérésien 25 28 11
6. Olympic Charleroi 25 28 10
7. FC Diest 25 27 11
8. Union St-Gilloise 25 26 11
9. AS Oostende 25 26 10

En bas de classement, le nombre de matches joués est inégal. Verviers 12 et Turnhout 14 paraissent condamnés, derrière Namur (17) et St-Nicolas (19).

Lors de la 26e journée, le Sporting de Charleroi bat Waterschei (1-0). Nombreux pensent que le plus dur est fait. D'autant que Waregem a été battu (2-4) par St-Nicolas. On reparle même du titre en bord de Sambre. Un espoir qui grandit encore lorsque Waregem (38) est défait (1-0) et que le Sporting (33) va s'imposer à l'UR Namur (1-2). L'écart est alors retombé à quatre unités pour six encore à prendre. Seraing est passé 3e avec 32 unités. Le , le choc « Charleroi-Seraing » se solde par un nul (1-1) alors que Waregem ne joue pas. Plusieurs formations ont perdu des plumes. Cinq équipes restent mathématiquement en lice pour les deux places montantes.

Top 5, le
P Clubs J P V
1. SV Waregem 27 38 14
2. Sporting Charleroi 28 34 13
2. FC Sérésien 28 33 13
3. THOR Waterschei 28 33 12
4. Union St-Gilloise 28 32 14
5. Olympic Charleroi 28 32 12

Waregem champion en match d'alignement[modifier | modifier le code]

Les deux dernières journées sont jouées intégralement. Mais avant cela la compétition est pratiquement à l'arrêt pendant un mois, le temps de disputer les rencontres d'alignement ! La plupart concernent le bas du tableau. L'UR Namur empoche 5 points sur 6 et assure son maintien tout en condamnant Turnhout à la Division 3. Les Campinois ont 17 points et 5 victoires. Ils ne peuvent donc plus forcer un test match sur St-Nicolas/Waas, premier sauvé (21, 8v). le CS Verviétois (battu à Namur mais vainqueur de Turnhout) est 15e avec 18 points et 4 victoires. Les « Béliers » conservent un mince espoir mathématique. Mais la plus grande décision tombe le quand Waregem gagne son match d'alignement (2-0) contre le Crossing FC Molenbeek. Une victoire synonyme de titre puisqu'il compte alors 5 points d'avance sur son premier poursuivant. Coïncidence amusante, c'est déjà lors d'une victoire chez le cercle bruxellois que le « Essevé » avait pris la tête qu'il n'allait plus quitter. Le club flandrien rejoint l'élite nationale seulement trois ans après sa première apparition en Division 2.

Comme lors de la saison précédente, la 30e journée est en fait l'avant-dernière et on termine par la 29e. Le Sporting Charleroi est accroché par Willebroek (0-0). Seraing qui a battu en profite et prend la 2e place grâce à une victoire supplémentaire. THOR Waterschei revient à hauteur des « Zèbres ». L'Olympic est un point derrière tout ce beau monde, dont il doit espérer un faux-pas commun. Par contre, l'Union St-Gilloise battu (3-1) au Patro Eisden est éliminée de la course.

Top 5, avant la dernière journée
P Clubs J P V
1. SV WAREGEM 29 40 15
2. FC Sérésien 29 35 14
3. Sporting Charleroi 29 35 13
4. THOR Waterschei 29 35 13
5. Olympic Charleroi 29 34 13

Lors de la dernière journée, le FC Sérésien est tenu en échec (1-1) et dépassé par le Sporting de Charleroi et Waterschei, victorieux respectivement à Diest (1-4) et contre Namur (3-0). Les « Zèbres » et les « Thorians » terminent à égalité de points et de victoires. Un test-match est nécessaire pour les départager et désigner le deuxième promu. Dans leur déception au Puyenbeke, le « Tigres sérésiens » ne savent pas encore que leurs rêves de « D1 » devront attendre 14 ans et un double retour en Promotion avant de s'accomplir.

Verviers repêché[modifier | modifier le code]

Bien que vainqueur de Turnhout (3-1), lors de l'avant-dernière journée, Verviers est mathématiquement relégué en raison de la victoire (0-3) de St-Nicolas/Waas à Herentals. Mais part après, le mince espoir de maintien de « Béliers » se concrétise positivement. Un dossier sensible ouvert en Division 1 à la suite d'une plainte du Lierse débouche sur une rétrogradation du Cercle de Bruges de « D1 » en « D3 ». Le « matricule 8 » est repêché et poursuit en D2 la saison suivante.

Test-match pour désigner le 2e promu[modifier | modifier le code]

Le choix du terrain est fait par l'URBSFA qui fixe la rencontre au stade Joseph Marien, fief de l'Union Saint-Gilloise.

La rencontre est dirigée par Monsieur Hubert Burguet.

Date Équipe 1 Équipe 2 Résultat
??/??/1966 R.Charleroi SC K. Waterschei SV THOR Genk 2-0
R.Charleroi SC Promu !

Meilleur buteur[modifier | modifier le code]

Récapitulatif de la saison[modifier | modifier le code]

Répartition des clubs partitipants par province
Drapeau de la Région flamande Région flamande (8) Province de Brabant (3)[noteDuModele 1] Drapeau de la Région wallonne Région wallonne (5)
Drapeau de la province d'Anvers Province d'Anvers 3 Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale 2 Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut 2
Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale 2 Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand 1 Drapeau de la province de Liège Province de Liège 2
Drapeau de la province de Flandre-Orientale Province de Flandre-Orientale 1 Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon 0 Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg 0
Drapeau de la Province de Limbourg Province de Limbourg 2   Drapeau de la province de Namur Province de Namur 1
  1. Au niveau footballistique, la province de Brabant est toujours unitaire malgré sa partition territoriale en 1995.


Admission et relégation[modifier | modifier le code]

Le SV Waregem gagne le droit de monter en Division 1 pour la première fois de son Histoire. Il est accompagné du Sporting Charleroi qui retrouvé l'élite dont il est descendu dix ans auparavant.

Ces deux cercles remplacent les deux descendants : Berchem Sport et le K. SV Cervle Brugge. Celui-ci, puni dans une affaire de corruption, est renvoyé directement en Division 3 [1].Blanchi dans les mois qui suivent, le « matricule 12 » ne demandera pas sa réintégration en D2.

En raison de la punition infligée au Cercle de Bruges, une seule équipe est reléguée de D2 en D3: Turnhout. Les deux promus depuis le 3e niveau sont: le RC Mechelen et Beveren/Waas.

Débuts en D2[modifier | modifier le code]

Un club évolue pour la toute première fois de son Histoire au 2e étage national du football belge. Il est le 103e club différent à atteindre ce niveau.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un second descendant est bien prévu par le réglement. Mais à la suite d'un dossier de corruption, le K. SV Cercle Brugge est puni et renvoyé directement en Division 3 ! À la suite de cette décision, le 15e classé de Division 2 (R. CS Verviétois) est sauvé de justesse. Peu après la reprise des compétitions "1966-1967", le Cercle de Bruges sera totalement blanchi. Mais le « matricule 12 » n'exigera pas d'être replacé en D1.
  2. Le nom des clubs est celui employé à l'époque.
  3. L'abréviation « THOR » accolée au nom du club de Waterschei signifie: « Tot Herstel Onze Rechten » (littéralement: Jusqu'au rétablissement de nos droits). Il s'agissait aux origines d'une contestation du monde ouvrier envers le patronat, lorsque le cercle fut créé majoritairement par des ouvriers-mineurs.


Sources et liens externes[modifier | modifier le code]