Chaleins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chaleins
Chaleins
La mairie de Chaleins.
Blason de Chaleins
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité Communauté de communes Val de Saône Centre
Maire
Mandat
Lucien Molines
2020-2026
Code postal 01480
Code commune 01075
Démographie
Gentilé Chalinois
Population
municipale
1 382 hab. (2019 en augmentation de 15,26 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 53″ nord, 4° 48′ 19″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 267 m
Superficie 17 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villars-les-Dombes
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chaleins
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Chaleins
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaleins
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaleins
Liens
Site web mairiechaleins.wixsite.com

Chaleins est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation dans l'Ain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chaleins est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (97,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84,1 %), zones agricoles hétérogènes (6,4 %), prairies (5,1 %), zones urbanisées (4,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque à Chaleins.

Paroisse sous le vocable de saint Julien, mentionnée dès 984. A cette époque, l'église dépendait déjà du chapitre métropolitain de Lyon, comme elle en a toujours dépendu depuis.

Parmi ses bienfaiteurs on connaît Uldric Palatin, qui lui légua, en 1231, quarante sous forts pour acheter des chasubles, et le chanoine Gui de Bes (1292). Au mois de , Guillaume Palatin, chevalier, se désista, en faveur du chapitre de Lyon, de tous les droits qu'il avait sur la garde du cimetière et de ses dépendances.

Les revenus de la cure ne s'élevaient guère au-dessus de 100 livres ; ils consistaient dans le quart des dîmes et dans le produit de trois bicherées de terre.

Le , le duc du Maine, souverain de Dombes, démembra de son domaine la terre de Chaleins et en aliéna les droits seigneuriaux et toute la justice à Daniel Le Viste de Briandas, qui la partagea, en 1729, avec Jean Garnier, ancien avocat-général au parlement de Dombes. La part qui échut à ce dernier fut érigée en fief sous le nom de Château-Garnier. Le lot qui resta à Daniel Le Viste était encore dans sa famille en 1789.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Briandas[modifier | modifier le code]

Fief en toute justice, en Dombes, possédé, au XVe siècle, par des gentilshommes du nom et armes de Briandas, dans la famille desquels il resta jusqu'à Adrienne de Briandas, dame de Chaleins, qui le vendit à Nicolas de Naturel, écuyer. Ce dernier l'aliéna, le , à Claude Valeton, échevin de Lyon, qui le céda à Jean le Viste. Ce fief ne sortit plus de la famille le Viste, qui le fit unir à son comté de Montbriand.[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Chalings (984), Ecclesia de Chalengo, de Chalens (1182), Chalein, Chaleyns, Chalenz, Chalains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Chaleins est membre de la communauté de communes Val de Saône Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Montceaux. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[11]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Villars-les-Dombes pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[11], et de la quatrième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2020 Gilbert Gros    
2020 En cours Lucien Molines DVD Industriel
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 1 382 habitants[Note 3], en augmentation de 15,26 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
536606408663847883878826915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
901801822774758738787747732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
687657640571532501523536496
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
4854614285947541 0251 1731 1811 165
2015 2019 - - - - - - -
1 2701 382-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau du jumelage de Chaleins.

Chaleins est jumelé avec Villar Pellice en Italie

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chaleins Blason
D’azur au roseau à massette d’argent accompagné de trois fleurs de lis d’or; à la bordure d'or[17].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Julien de Chaleins.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Guichenon, Dombes, p. 44.
  9. J. Baux, Nobil. Bresse et Dombes, p. 177, 195, 208.
  10. « communauté de communes Val de Saône Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  11. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Chaleins », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. armorialdefrance.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]