Cella (temple romain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 10 décembre 2019 à 20:25 et modifiée en dernier par Pueblo89 (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

La cella (mot dérivé du latin celare, « cacher » et qui désigne un local fermé) est la partie close du temple étrusque puis du temple romain, généralement de forme rectangulaire, parfois ronde (par exemple le temple de Vesta ou le Panthéon de Rome). Elle s’ouvre sur l’avant du temple par une porte à deux battants.

La cella d’un temple romain abrite généralement la statue de la divinité à laquelle le temple est consacré et éventuellement d’autres dieux ou déesses liés à la précédente, dans ce cas le terme de cella désigne le « sanctuaire ». Seuls les prêtres ont accès à l’intérieur de la cella qui reste invisible du public. Toutefois, durant certaines cérémonies, les portes du temple sont ouvertes, pour que la divinité puisse voir et exercer son pouvoir protecteur sur l’extérieur.

Exemples de temple à cella :

Autres acceptions

Le mot « cella » est aussi parfois employé en archéologie mégalithique pour désigner dans les tumulus la chambre délimitée sous le dolmen. On l'utilise plus généralement pour l'espace consacré à la divinité principale d'un temple.

Dans l'architecture des temples hindouistes, il correspond au garbha griha.

Bibliographie

  • René Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l'architecture grecque et romaine, t. III : Espace architecturaux, bâtiments et ensembles, coll. « École française de Rome 84, EFR - EFA », (ISBN 2-7283-0529-3), p. 41.

Voir aussi

Articles connexes