Temple de Jupiter Tonnant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Temple de Jupiter Tonnant
Image illustrative de l’article Temple de Jupiter Tonnant
Denarius d'Auguste : au revers, représentation du temple de Jupiter Tonnant.

Lieu de construction Regio VIII Forum Romanum
Capitole
Date de construction 22 av. J.-C.
Ordonné par Auguste
Type de bâtiment Temple romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome3.png
Temple de Jupiter Tonnant
Localisation du temple dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 33″ nord, 12° 29′ 00″ est
Liste des monuments de la Rome antique

Le temple de Jupiter Tonnant (en latin : Aedes Iuppiter Tonans) est un temple romain construit sur le Capitole à Rome, autrefois confondu avec le temple de Vespasien.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le temple se situe sur la colline du Capitole (in Capitolio), près de l'entrée de l'Area Capitolina depuis le Forum Romain[1], au sommet du Clivus Capitolinus, à proximité immédiate du sanctuaire dédié à Fortuna Primigenia[2]. Depuis sa construction, les auteurs antiques donnent parfois au Capitole le nom d'Arx Tonantis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le temple est voué par l’empereur Auguste en souvenir d’un « miracle » attribué à Jupiter, lors d’une campagne militaire contre les Cantabres en Hispanie, en 26 av. J.-C.[1],[2] Alors qu'Auguste voyage de nuit en litière, l’esclave qui le précède avec un flambeau est frappé et tué par la foudre[a 1],[a 2].

La construction du temple commence peu après à Rome, sur le Capitole. Auguste le dédie le 1er septembre 22 av. J.-C.[1] mais le temple semble avoir aussi une place spéciale lors des célébrations des calendes de février[a 3].

Auguste fréquente régulièrement le temple qui jouit d'une grande popularité auprès du peuple romain. À tel point que selon une légende rapportée par Suétone, Jupiter Capitolin serait apparu en songe à Auguste pour se plaindre de ce que ces adorateurs ont abandonné l'ancien temple au profit du nouveau, ce à quoi Auguste aurait répondu que Jupiter Tonnant ne serait pas un concurrent mais le gardien du sanctuaire du Capitole[a 4]. Auguste fait fixer aux extrémités du faîte du toit du temple des cloches qui semble avoir disparu à l'époque de Dion Cassius bien que ce dernier mentionne une cloche suspendue à une des mains de la statue de culte[a 5].

Description[modifier | modifier le code]

Les vestiges du podium du temple ont été mis au jour en 1896. Un temps identifiés au temple de Jupiter Custos, ces vestiges semblent davantage correspondre au temple de Jupiter Tonnant[3]. Le temple augustéen devait être prostyle hexastyle corinthien. Après une restauration de Domitien, et si l'identification du temple avec le relief du tombeau des Haterii est correcte, les chapiteaux corinthiens sont remplacés par des chapiteaux composites[3]. La frise est ornée d'instruments sacrificiels et d'aigles et le fronton d'une grande couronne[3]. Sur le relief des Haterii, le temple est surmonté d'un attique d'ordre ionique avec un parapet décoré d'éclairs de foudre. Il n'est pas certain qu'une telle structure ait vraiment existé, à moins qu'il ne s'agisse d'une sorte de balcon offrant un panorama sur la ville de Rome depuis le sommet du Capitole[3].

Selon Pline l’ancien qui juge le temple « splendide », les murs sont revêtus de marbre et des statues de Castor et Pollux d'Hegias sont installées devant le temple[a 6]. La cella abrite une statue de culte réalisée par Léocharès[a 7]. Jupiter est représenté nu, la main gauche tenant un sceptre et la main droite, tendue vers le bas, tenant un éclair[4],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources antiques :
  • Sources modernes :
  1. a b et c Richardson 1992, p. 226.1.
  2. a et b Thein 2008.
  3. a b c d et e Richardson 1992, p. 226.2.
  4. British Museum, Catalogue of Coins of the Roman Republic, vol. 2, 1910, p. 28-29

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lawrence Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Johns Hopkins University Press, , 488 p. (ISBN 0801843006)
  • (en) Filippo Coarelli, Rome and environs : an archaeological guide, University of California Press,
  • (en) Alexander G. Thein, « Iuppiter Tonans, Aedes », Digital Augustan Rome,‎
  • Pierre Gros, « Iuppiter Tonans, aedes », dans LTUR, vol. III, , p. 159-160
Plan intemporel du Capitole antique
Auguraculum
Iseum
Casa Romuli
Autel
Tensarum
Centus
Gradus
Porta Pandana
Temple de
Janus
Temple de
Junon Sospita
Temple de
Spes
Inter duos lucos
Clivus
Argentarius
Temple de
Vénus
Érycine
Temple de
Mens (?)
Temple de
Fides (?)
Temple
d'Ops (?)
T. de Vénus
Victrix (?)
T. du
Genius publicus
populi Romani
 (?)
T. de Fausta
Felicitas
 (?)