Sanctuaire d'Hercules Magnus Custos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Temple d'Hercule Victor ou Temple d'Hercule et des Muses.

Sanctuaire d'Hercules Magnus Custos
Lieu de construction Regio IX Circus Flaminius
Sud du Champ de Mars
Type de bâtiment Temple romain
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome3.png
Sanctuaire d'Hercules Magnus Custos
Localisation du temple dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 33″ nord, 12° 28′ 37″ est
Liste des monuments de la Rome antique

Le sanctuaire d'Hercules Magnus Custos (en latin : Aedes (?) Herculi Magno Custodi in Circo Flaminio, littéralement « Hercule Grand Gardien ») est un lieu de culte romain qui a pu prendre la forme d'un temple, d'un autel ou d'une simple statue, situé sur le Champ de Mars, près du cirque Flaminius.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire se situe avec certitude à proximité immédiate du Cirque Flaminius, mais sa localisation exacte n'est pas connue. Selon une première hypothèse, le sanctuaire se situe à l'extrémité occidentale du cirque, au sud du temple de Mars[1],[2].

Fonction[modifier | modifier le code]

Il est inhabituel à Rome qu'un temple ou un sanctuaire soit dédié à une divinité portant deux épithètes, la seule exception étant le temple dédié à Jupiter Optimus Maximus sur le Capitole. Il est possible que le culte ait été fondé après consultation des Livres Sibyllins alors que la ville est menacée par les épidémies, dans un contexte similaire à la fondation du culte d'Apollo Medicus. L'épithète Custos semble placer Hercule comme « gardien du cirque Flaminius »[3] ou comme « gardien personnel » du commanditaire à l'image de nombreuses autres dédicaces de la fin de la République[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La date de la fondation du lieu de culte ne fait l'objet que d'hypothèses qui la placent entre le IIIe siècle av. J.-C. et la première moitié du Ier siècle av. J.-C. durant la dictature de Sylla. Selon Ovide, ce dernier aurait en effet approuvé (probatio) la construction[3] ou la restauration du sanctuaire[a 1],[5],[6]. Toutefois, l'hypothèse selon laquelle le sanctuaire a été érigé après consultation des Livres Sibyllins place la construction de l'édifice avant 83 av. J.-C., les Livres ayant été détruits peu après dans un incendie[7]. Il est possible qu'en mentionnant Sulla, Ovide fasse en fait référence à un ancêtre du dictateur comme Publius Cornelius Rufinus Sulla, préteur en 212 av. J.-C., resté célèbre pour ses analyses des prophéties des Livres Sibyllins[8]. Il est également possible que le sanctuaire ait été voué lors d'une guerre contre les Gaulois en 225 av. J.-C. mais sa construction aurait été différée en attendant une situation plus stable. Le sanctuaire aurait alors été voué de nouveau par Caius Flaminius Nepos durant une campagne militaire en Lombardie et érigé en même temps que le cirque, vers 220 av. J.-C.[9],[10]. Cette dernière hypothèse s'appuie sur la mention d'une supplicatio qui se serait déroulée dans un temple dédié à Hercule par Tite-Live pour l'année 218 av. J.-C.[a 2]

Le dies natalis du temple est fixé au 4 juin[11] ou au 12 août[12], le doute quant au jour précis provenant d'une confusion avec l'autel dédié à Hercules Invictus ad circum Maximum[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. Jacobs et Conlin 2015, p. 14.
  2. Ziolkowski 1992, p. 55.
  3. a et b Ziolkowski 1992, p. 52.
  4. Coarelli 1997, p. 503.
  5. Coarelli 1997, p. 498.
  6. Richardson 1992, p. 186.
  7. Coarelli 1997, p. 504.
  8. Zevi 1993, p. 707.
  9. Jacobs et Conlin 2015, p. 71.
  10. Ziolkowski 1992, p. 53-55.
  11. Degrassi 1963, p. 58.
  12. Degrassi 1963, p. 148-149.
  13. Degrassi 1963, p. 494.
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (it) Filippo Coarelli, Il Campo Marzio : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, Quasar,
  • (en) Amanda Claridge, Rome : an Oxford Archaeological Guide, Oxford University Press, (ISBN 9780199546831)
  • (it) Attilio Degrassi, Fasti anni Numani et Iuliani : accedunt ferialia, menologia rustica, parapegmata, Rome, Istituto poligrafico dello stato,
  • (en) Adam Ziolkowski, The Temples of mid-republican Rome and their Historical and Topographical Context, Rome,
  • (en) Paul W. Jacobs et Diane Atnally Conlin, Campus Martius : The Field of Mars in the Life of Ancient Rome, Cambridge University Press, (ISBN 9781107664920)
  • (en) Lawrence Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Johns Hopkins University Press, , 488 p. (ISBN 0801843006)

Ouvrages sur le temple[modifier | modifier le code]

  • (en) Guido Petruccioli, « The Circus Flaminius in Rome (MPhil Thesis) », British School at Rome,‎
  • (en) Guido Petruccioli, « Hercules Magnus Custos », Digital Augustan Rome,‎ (lire en ligne)
  • (it) F. Zevi, « Per l'identificazione della porticus Minucia frumentaria », MEFRA, no 105,‎ , p. 661-708

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan intemporel du Champ de Mars méridional