Décrottage de nez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Décrottage de nez
Description de cette image, également commentée ci-après
Exemple de décrottage de nez humain.
Spécialité PsychiatrieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 F98.8

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Un décrottage nasal animal.

Le décrottage de nez (rhinotillexomanie) est l'acte d'extraction de mucus nasal, généralement avec un doigt (rhinotillexis), qui implique éventuellement ensuite l'ingestion de la glaire ainsi recueillie (rhinotillexophagie)[1]. Cet acte est condamné socialement dans la plupart des cultures.

Risques médicaux[modifier | modifier le code]

L'environnement du nez et les sécrétions séchées que l'on en extrait contiennent de nombreux micro-organismes. Lorsqu'une personne est contagieuse, en cas de rhume ou d'un quelconque virus, il est important de bien laver les mains ou tout objet ayant servi à cette opération. Dans le cas contraire, on risque de propager ces micro-organismes sur d'autres parties du corps ou à d'autres personnes. Dans le cas où une personne est saine, la rhinotillexophagie peut éventuellement avoir des effets bénéfiques de renforcement de son propre système immunitaire.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Nose-picking » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Alan Bellows, Alien Hand Syndrome: And Other Too-Weird-Not-To-Be-True Stories (A Booger A Day Keeps The Doctor Away: A Medical Doctor Describes the Health Benefits of Nose-Mining), Workman Publishing, (ISBN 978-0761152255, lire en ligne), p. 28–30.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James W. Jefferson et Trent D. Thompson, « Rhinotillexomania : psychiatric disorder or habit ? » [« Rhinotillexomanie : trouble psychiatrique ou habitude ? »], The Journal of Clinical Psychiatry, vol. 56, no 2,‎ , p. 56-59 (PMID 7852253).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]