Génuflexion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne respecte pas la neutralité de point de vue (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de préciser les sections non neutres en utilisant {{section non neutre}} et de souligner les passages problématiques avec {{passage non neutre}}.

N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

image illustrant la religion
Cet article est une ébauche concernant la religion.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Génuflexion

La génuflexion est littéralement l'action de se mettre à genoux. Pendant la messe, c'est aussi un geste parfois posé avant la réception de la Sainte Communion.

Contrairement à une croyance largement répandue, cette forme d'« adoration eucharistique » n'a en aucune manière été abandonnée après la réforme liturgique voulue par Paul VI. En effet, les fidèles doivent normalement être à genoux pendant la consécration, sauf si l'exiguïté des lieux ou l'âge et la maladie l'empêchent. Les fidèles doivent également, normalement, s'agenouiller, ou faire au moins un autre geste d'adoration approuvé par la Conférence des évêques (l'inclination profonde par exemple), avant de communier. Enfin, en passant devant le tabernacle ou le Saint Sacrement exposé, l'on doit faire la génuflexion.

La génuflexion est toujours acceptée et encouragée dans son caractère dévotionnel.

De ce fait, la génuflexion tombe néanmoins graduellement en désuétude. Beaucoup d'églises sont aussi maintenant équipées de chaises à dossier bas qui ne sont plus conçues pour être retournées et s'y agenouiller.

Dans ce cas, la génuflexion lors de la consécration est remplacée par une attitude silencieuse de respect et un abaissement de la tête ou du haut du corps après l'élévation du pain et du vin consacrés, même s'il ne saurait être fait entorse à la norme liturgique uniquement du fait de l'absence de prie-dieu ou agenouilloir.

Les papes encouragent la pratique de la génuflexion (fléchissement du genou droit devant le Saint-Sacrement) ou de l'agenouillement (attitude de prière et d'adoration à deux genoux). Benoît XVI déclarait récemment aux servants de messe : « N'ayez pas peur de vous agenouiller devant Dieu ! Car adorer le Créateur ne diminue en rien l'Homme, mais lui restitue sa pleine dignité et humanité. »

Poser le genou droit ou le gauche à terre n'a pas la même signification. En effet, lorsque l'on fait une génuflexion devant Dieu ou une autorité ecclésiastique c'est le genou droit que l'on pose sur le sol. Par contre, lorsqu'il s'agit d'une personne laïque telle qu'un roi par exemple, c'est le genou gauche que l'on doit poser au sol.