Brannens (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brannens.
Brannens
L'hôtel de ville (sept. 2009).
L'hôtel de ville (sept. 2009).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Réolais et Les Bastides
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Yannick Duffau
2016-2020
Code postal 33124
Code commune 33072
Démographie
Gentilé Brannensois
Population
municipale
226 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 18″ nord, 0° 09′ 06″ ouest
Altitude Min. 15 m – Max. 65 m
Superficie 6,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Brannens

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Brannens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brannens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brannens

Brannens (Branens en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Brannens, arrosée par le Beuve, se situe dans l'est du département, au sud (rive gauche) de la Garonne, à 55 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 9,5 km à l'est-sud-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 3 km au nord d'Auros, chef-lieu de canton[1].

Les communes limitrophes en sont Bieujac au nord, Savignac à l'est et Auros au sud et à l'ouest.

Communes limitrophes de Brannens
Bieujac
Brannens Savignac
Auros


La commune est traversée, en dehors du bourg proprement dit, par la route départementale D116, qui relie Langon à l'ouest-nord-ouest à Savignac à l'est et permet de rejoindre la route départementale D12 (La Réole-Bazas via Auros). L'ouest du territoire communal est traversé par la route départementale D15 qui relie Castets-en-Dorthe au nord à Auros au sud.
L'autoroute la plus proche est l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) dont les accès sortie 3 Langon et sortie 4 La Réole sont tous deux distants de 11 km par la route, le premier vers l'ouest, le second vers l'est. Cette autoroute traverse d'ailleurs le nord du territoire communal.
L'accès sortie Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 14 km vers le sud-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 8,5 km par la route vers le nord, de Caudrot sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Cependant, la gare de Langon, distante de 10 km vers l'ouest-nord-ouest, présente plus d'opportunités de liaisons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette très ancienne paroisse qui existait dès le XIe siècle est devenue une petite seigneurie détachée de la baronnie d'Auros au début du XVIe siècle. Après avoir appartenu à la famille d'Alis, elle a été achetée par les chartreux de Bordeaux[2].

À la Révolution, la paroisse Saint-Sulpice de Brannens forme la commune de Brannens[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 septembre 2011[Note 1] Jean-Michel Duffau    
octobre 2011 mars 2016 Claude Courrèges[4]   Agriculteur retraité
avril 2016 en cours Yannick Duffau SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la Communauté de communes du Pays d'Auros ayant été supprimée, la commune de Brannens s'est retrouvée intégrée à la Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde siégeant à La Réole.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 226 habitants, en augmentation de 2,26 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 236 248 255 240 254 236 258 248
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
241 245 266 247 274 274 252 273 279
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262 267 262 213 230 201 202 189 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
205 178 162 176 193 173 219 221 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les informations suivantes proviennent principalement de : L'église Saint-Sulpice de Brannens[10].


L'église Saint-Sulpice est un édifice de style roman construit aux XIe et XIIe siècles avec sa nef prolongée d'un chœur plus étroit et terminée par une abside semi-circulaire. Un bas-côté a été ajouté au nord de la nef au XVIe siècle. Il y a eu deux campagnes de consolidation de l'église dans la période médiévale, comme témoigne le petit appareillage cubique du bas de la nef. Celui-ci remonte au XIe siècle, tandis que les autres éléments romans ont été élevés au cours du XIIe siècle.

Dans la nef, des départs de colonnes montrent que l'on avait eu l'intention de la voûter en pierre ; on y renonça.

L'arc triomphal, en plein-cintre, retombe sur deux chapiteaux historiés : au nord, deux animaux bicorporés ; au sud, le Christ, assis dans une mandorle tenue par deux personnages nus, tient le Livre de la main gauche et bénit de la droite.

Le chœur, voûté en berceau-brisé n'as pas de fenêtre ; il y en a trois dans l'abside, voûtée en cul-de-four.

Au XVIe siècle, l'église a été agrandie avec l'ouverture d'un bas-côté nord et la création d'un long porche devant le portail sur la nef sud.

Le portail s'ouvre dans un avant-corps saillant, avec une voussure faite de trois rouleaux en plein-cintre ; le premier rouleau retombe sur des colonnes et des chapiteaux aux motifs végétaux, les deux autres retombent sur des pieds-droits.

L'entrée est surmontée d'un linteau monolithe sculpté, orné d'un motif appelé ondes ou flots, sous lequel court celui d'un cordon festonné.

Au-dessus, le tympan porte une plaque moderne où est gravé le mot PAX.

Un clocher-mur, percé de deux baies surmonte l'arc triomphal. Une petite tourelle permet d'accéder aux cloches.

La cloche est une des plus anciennes de la Gironde. Elle est en bronze, date de 1511, et est classée à l'inventaire des monuments historiques depuis 1903[11].

L'inscription sur la cloche, en lettres gothiques majuscules : « POUR SAINT SULPICE DE BRANNENS JESUS AN 1511 »

Lors de la célébration des 400 ans de la cloche en 1911, l'historien Jean-Auguste Brutails a fait publié son discours.

La commune de Brannens a fait restaurer l'église en 1988.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Duffau est décédé en septembre 2011.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 49 km pour Bordeaux, 8,4 km pour Langon et 3 km pour Auros. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 29 juin 2011.
  2. Généalogie bazadaise, consulté le 11 août 2010.
  3. Historique des communes, p. 9, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 3 avril 2013.
  4. Commune de Brannens sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 29 juin 2011.
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. L'église Saint-Sulpice de Brannens - Fiche d'information disponible à l'entrée de l'église.
  11. « Classement MH de la cloche », notice no PM33000409, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 11 août 2010.