Emmanuel Faber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Faber.

Emmanuel Faber est un dirigeant d'entreprise d'origine française né en 1964 à Grenoble. Il est directeur général de Danone et vice-président du conseil d’administration de la société, aux côtés de Franck Riboud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Faber passe une partie de son enfance dans le village de Saint-Bonnet-en-Champsaur dans les Hautes-Alpes[1]. Il a un frère cadet, malade psychique qui souffre de troubles bipolaires apparus à l’adolescence[2].

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Emmanuel Faber passe son bac à Gap au début des années 1980[3]. Diplômé d’HEC Paris en 1986, Emmanuel Faber commence sa carrière chez Bain & Company . Il travaille ensuite pour Barings, avant de rejoindre Legris Industries en 1993 en tant que directeur administratif et financier. Il en devient directeur général en 1996[4].

Danone[modifier | modifier le code]

Il intègre Danone en 1997 au poste de directeur finances, stratégie et systèmes d'information. En 2000, il devient directeur financier et membre du Comité Exécutif. En 2005, il est nommé directeur général de la zone Asie Pacifique, en charge des activités opérationnelles. À la suite de la rencontre entre Franck Riboud et Muhammad Yunus, il initie le projet de joint-venture en social business Grameen-Danone Foods Ltd au Bangladesh.

Fin 2006, il supervise la création de danone.communities, la première SICAV structure porteuse de social business en France. Il est administrateur de la SICAV danone.communities depuis 2008. Du 1er janvier 2008 au 30 septembre 2014, il occupe le poste de directeur général délégué de Danone, responsable des grandes fonctions corporate (finances, ressources humaines). Il a été nommé Vice-Président du Conseil d’administration de la société le 28 avril 2011 [5].

À l'invitation de Chico Whitaker, il participe au Forum Social Mondial de Belem en 2009 [6].

En 2013, à la demande du Ministre Délégué au Développement, Pascal Canfin, il rédige avec Jay Naidoo un rapport (paru en juin 2014) : Innover par la mobilisation des acteurs : une nouvelle approche de l’aide au développement. 10 propositions pour une nouvelle approche de l’aide au développement[7].

En 2014, il succède à Franck Riboud et prend la main sur la direction opérationnelle en devenant directeur général de Danone[8],[9].

En octobre 2015, interpellé par Elise Lucet de l'émission cash investigation concernant la promotion de lait en poudre en Indonésie, consommation parfois dangereuse dans les pays émergents, il a refusé de s'exprimer[10]. Danone a, par la suite, publié sur son site une réponse pour réfuter les accusations contenues dans le reportage [11].

Il est connu pour avoir pris position en faveur de plus de justice sociale, se basant sur son expérience personnelle[12].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre du Comité Exécutif de Danone depuis 2000.
  • Membre du Conseil d'administration de Ryanair de 2002 à 2010.
  • Co-président avec Martin Hirsch de l'Action-Tank "Entreprise et Pauvreté", un laboratoire d’expérimentations sociales créé en 2010 à 'initiative de la Chaire HEC Paris "Social Business - Entreprise et Pauvreté" qui réunit entreprises, associations et monde académique autour d'un objectif commun : contribuer à la réduction de la pauvreté et de l'exclusion en France [13].
  • Depuis 2011, président du Comité d'Orientation Stratégique de l'IEDES (Institut d'Étude du Développement Économique et Social) de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, qui publie notamment la revue "Tiers-Monde".
  • Il a été, avec Michael Lonsdale et Éric-Emmanuel Schmitt, choisi pour être l’un des 3 parrains français des Journées mondiales de la jeunesse 2011[14],[15].

Rémunération[modifier | modifier le code]

Emmanuel Faber.jpg

En 2012, sa rémunération annuelle est de 3,9 millions d'euros[16].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Main basse sur la cité ; éthique et entreprise, Hachette 1992
  • Chemins de traverse ; vivre l’économie autrement, Albin Michel 2011, Prix de l'Humanisme Chrétien
  • Quand la fragilité change tout (Ouvrage collectif), Albin Michel 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]