Charles de Verneilh Puyraseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles de Verneilh Puyrazeau
Description de cette image, également commentée ci-après
Charles de Verneilh
Naissance
Piégut-Pluviers en Dordogne
Décès (à 39 ans)
Blaisy-Bas, Côte-d'Or
Nationalité France France
Profession

Le baron Charles de Verneilh Puyrazeau, né le , est un aviateur français originaire de Piégut-Pluviers en Dordogne, mort le à Blaisy-Bas dans l'accident de son avion "Biarritz" qui était de retour de Tunis, après un circuit autour de la Méditerranée. L'appareil s'est écrasé dans la matinée, la faute au brouillard épais, tuant les trois membres d'équipage: le pilote Charles de Verneilh Puyrazeau, le mécanicien Le Bas et le radiotélégraphiste Goulmy[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils du baron Jules de Verneilh, dessinateur, élève de Viollet-le-Duc, et le descendant de Jean-Joseph de Verneilh-Puyraseau. Il épouse Suzanne de Langourian qui écrira plusieurs ouvrages notamment sur deux pilotes Charles et Pierre de Verneilh, car leurs fils Pierre sera lui aussi pilote.

Carrière[modifier | modifier le code]

Charles de Verneilh et Max Dévé.

Membre de la cavalerie, puis chef d'escadrille dans l'aviation de chasse durant la première guerre mondiale, il devient par la suite entrepreneur en créant une société de transport aérien à Biarritz, avant d'être pilote de l'Aéropostale[2], puis pilote de raids[3].

À bord du Couzinet 33 Biarritz, il réalise en vingt-huit jours le Raid Paris Nouméa en 1932[4], accompagné du capitaine Max Dévé et du mécanicien Emile Munch, soit environ 24 000 kilomètres en quinze étapes[5].

Il est ami de Jean Mermoz et le choisira comme parrain de son fils Pierre[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Parisien, Paris, 31 octobre 1933, quotidien (ISSN 0999-2707) [lire en ligne]
  2. Jean Le Groignec Jean Mermoz, l'archange Nouvelles éditions latines, 2002.
  3. Le Matin, Paris, 31 octobre 1933, quotidien (ISSN 1256-0359) [lire en ligne]
  4. G. Kling La Poste et le timbre en Nouvelle-Calédonie p. 26
  5. Carte de la première liaison aérienne France - Nouvelle-Calédonie Archives.ville-larochesuryon.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]