Louis Calaferte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis Calaferte
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Turin (Italie)
Décès (à 65 ans)
Dijon
Activité principale
Écrivain
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Requiem des innocents
  • Partage des vivants
  • Septentrion
  • Promenade dans un parc
  • La Mécanique des femmes
  • C'est la guerre
  • Carnets (1956-1994)

Louis Calaferte est un écrivain français né le à Turin et mort le à Dijon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Calaferte, fils d'un père immigré italien, maçon, et d'une mère stéphanoise, couturière à domicile, passe son enfance – à la fin de laquelle son père meurt de tuberculose – et son adolescence – correspondant aux années de guerre 1939-1945 – entre Lyon et la Haute-Loire.

Après l'obtention du certificat d'études, il travaille tour à tour comme garçon de courses, manutentionnaire dans une entreprise textile, manœuvre dans une usine de piles électriques, puis apprenti dessinateur dans un cabinet de dessins sur soierie. À cette époque, grâce à des retransmissions radiophoniques, il découvre le théâtre et s'essaie à l'écriture de nombreuses pièces[1].

En janvier 1947, il quitte Lyon pour Paris, espérant devenir comédien. S'ensuivent quatre années de misère et de doute pendant lesquelles il continue néanmoins d'écrire. Des rencontres décisives ont lieu : en 1949, avec Guy Rapp, comédien et metteur en scène, qui lui apportera son amitié et l'encouragera à écrire ; en 1950, avec Guillemette, qui partagera sa vie ; avec Joseph Kessel, à qui il soumet, en 1951, le manuscrit de Requiem des innocents. Ce « père en littérature », lui prodiguant ses conseils, et après l'avoir fait retravailler, le présente à l'éditeur René Julliard. Le livre est aussitôt accepté, publié en 1952 et suivi, en 1953, de Partage des vivants, qui connaît un réel succès critique.

En 1956, il s'installe, avec Guillemette, à Mornant, dans les Monts du Lyonnais, et y écrit Septentrion[2]. L'été 1962, il en achève l'écriture six semaines après la disparition de René Julliard qui attendait impatiemment ce manuscrit en vue de sa publication. Le Cercle du livre précieux (Claude Tchou) en assurera l'édition, en 1963, le proposant en souscription privée, avant même que ne tombent deux interdictions – de vitrine et de vente en librairie – émanant du Ministère de la Santé, puis du Ministère de l'Intérieur. Il faudra alors vingt ans pour que, sous l'égide de Gérard Bourgadier, le livre soit enfin édité aux Éditions Denoël.

Dans ce récit largement autobiographique, Calaferte relate à la première personne les errances d'un apprenti écrivain, ses premières lectures clandestines au cours de son travail d'ouvrier et ses rencontres avec les femmes, dont la plus importante, dans le récit, est sans conteste Nora la Hollandaise, figure de l'émancipation féminine et de la réussite sociale. Ce livre subversif est un hymne au désir créateur et à la liberté de l'artiste, dans un contexte social à la fois rigide et fluctuant, celui de l'Après-Guerre.

De 1957 à 1972 – année où le couple quitte Mornant pour Lyon – Louis Calaferte collabore à la Radiodiffusion-télévision française, puis à l'ORTF, au titre de producteur-animateur.

Dans le même temps, il continue de publier chez Denoël, de façon très régulière, des récits à l'atmosphère intimiste – parfois onirique – quelquefois liés au monde de l'enfance. Ainsi que des recueils de poésie, chez différents éditeurs. En 1980, avec la protection bienveillante de Georges Piroué, commencera la parution des Carnets (1956-1977).

L'ensemble de ces notes, prises sur près de quarante années, nous offre le témoignage unique de la vie d'un écrivain volontairement en marge, en même temps que celui d'un créateur en proie à l'angoisse et à la maladie, adorateur de Dieu, des femmes et de la nature. Ils nous renseignent également sur l'autre facette artistique de l'écrivain, passionné de peinture, et sur ses goûts littéraires, qui vont de Stendhal, Paul Léautaud et Marcel Jouhandeau, aux moralistes français et à Franz Kafka.

Auteur dramatique jusqu'alors inconnu, Calaferte rencontre Jean-Pierre Miquel, directeur artistique du Théâtre national de l’Odéon, qui met en scène Chez les Titch, en 1973 – un réel compagnonnage créatif, ensuivi d'une amitié sincère, les amènera, l'un et l'autre, à une riche expérience théâtrale – et, un peu plus tard, les comédiens Sylvie Favre et Victor Viala, qui créeront et joueront aussi bien le théâtre intimiste que baroque.

Usant d'une tonalité comique très personnelle, Louis Calaferte exploite souvent dans ses pièces le thème de la relation familiale. Selon le metteur en scène Patrick Pelloquet, actuel directeur du Théâtre régional des Pays de la Loire : « ...les personnages de Louis Calaferte sont davantage des stéréotypes de comportements que des personnages au sens restrictif du terme, évoluant dans un décor en huis clos[3] ».

Guillemette et Louis Calaferte acquièrent une petite maison[4] en Bourgogne, et s'installent dans le village de Blaisy-Bas, en 1982.

En 1988, Louis Calaferte « suit » Gérard Bourgadier quand ce dernier crée L'Arpenteur – Memento mori, inaugure cette nouvelle unité éditoriale Gallimard – qu'il ne quittera qu'à la publication du seizième et dernier tome des Carnets de l'écrivain.

C'est un peu plus tard que le livre d'artiste Danse Découpage – dans lequel Philippe Cognée s'approprie la poésie de Calaferte – initié par Tarabuste éditeurs, semble être à l'origine de la publication intégrale de cette veine, largement ignorée jusqu'alors, travail éditorial de près d'une vingtaine d'années.

Publié en 1992, La Mécanique des femmes, mis en images par Jérôme de Missolz en 2000, reçoit, sous cette forme, un accueil très mitigé. Pourtant, une des neuf Merveilles de folio en 2017 et republié sous quatre couvertures différentes, son succès en littérature ne se dément pas depuis vingt-cinq ans.

Quelques années auparavant, en 1987, Sotha, José Pinheiro et Louis Calaferte, ont signé un premier film, Mon bel amour, ma déchirure.

De 1993 à 1999 les Éditions Hesse publient le Théâtre complet de Louis Calaferte.

Durablement marqué par ses souvenirs d'enfance liés à la Guerre, à l'Occupation et à la Libération, il en donne son récit en 1993 dans C'est la guerre, ouvrage publié six mois avant sa disparition, le 2 mai 1994, à Dijon.

L'inhumation a lieu au cimetière de Blaisy-Bas, où lui sera présenté, dernier hommage, un livre d'artistes, Nativité, sur lequel travaillait Tarabuste éditeurs.

Parallèlement à l'écriture, Louis Calaferte a consacré un large temps à une œuvre graphique très en relation avec son univers, parfois emprunte de poésie, mais aussi faite d'« essais », de fulgurances, de réminiscences... Il entretient une relation très suivie – le rencontrant souvent dans son atelier – avec le peintre Jacques Truphémus, qui illustre quelques-uns de ses livres.

Régulièrement exposés de son vivant, ses dessins, peintures glycérophtaliques, objets poétiques, collages font maintenant partie des collections de l'Association S.Ca.r.a.b.é.e[5], les amis de Louis Calaferte, aujourd'hui présidée par son épouse Guillemette – elle a permis et contribué à la parution des écrits inédits de l'écrivain (récits et poésie) et des volumes restants du Théâtre complet et des Carnets (Le Jardin fermé (1994), tome XVI et dernier, est paru en 2010).

Comme le souhaitait Louis Calaferte, l'ensemble des manuscrits et des archives littéraires de l'écrivain[6] a été confié à la Bibliothèque municipale de Lyon. Une autorisation est bien sûr nécessaire pour les consulter.

Citations[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • « Au commencement était le Sexe.Sauveur. Chargé d'immortalité. Il y a la Bête. Héroïque. Puissante. Et au-delà de la Bête il n'y a rien. Rien sinon Dieu Lui-même. Magnifique et pesant. Avec son œil de glace. Rond. Statique. Démesurément profond. Fixe jusqu'à l'hypnose. Tragique regard d'oiseau. Allumé et cruel. Impénétrable de détachement. Rivé sur l'infini d’où tout arrive. »
    • Septentrion, Cercle du Livre Précieux, (1963), Denoël (1983), Gallimard Folio (1990)
      • « Elle avait un cou de cygne, des yeux de chatte, un regard d'aigle, une taille de guêpe, des jambes de gazelle, un tempérament de lion, un caractère de chien. Pourtant ce n'était qu'une femme. »
      • « Les révoltants dessous organiques de la beauté. » ; « J'écris pour ne pas me tuer. »
        • Paraphe, Denoël, (1973), Arléa, (2011)
          • « Ou le siècle à venir sera celui du refus, ou il ne sera qu'espace carcéral. »
            • Droit de cité, Manya, (1992), Gallimard Folio (1995)
              • « Amertume : vice de vieillard. » ; « État : gangstérisme officialisé. » ; « Moderne : future vieillerie. » ; « Poésie : musique intime » ; « Xénophobie : démangeaison des prolétaires et des commerçants. »
                • Petit dictionnaire à manivelle, L’Œil de la lettre, (1993)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Récits


  • Requiem des innocents, éd. : René Julliard (1952) ; Gallimard collection Folio n° 3388, (2000) (ISBN 2070410013)
  • Partage des vivants, éd. : René Julliard (1953)
  • Septentrion, éd. : Cercle du livre précieux, [éd. Cl. Tchou] (1963) ; Denoël (1983) ; Gallimard collection Folio n° 2142, (1990) (ISBN 2070382273)
  • No man's land, éd. : Les Lettres nouvelles (pour René Julliard), (n°40) (1963) ; Gallimard collection L'Arpenteur, (2005) (ISBN 2070772683)
  • Satori, éd. : Denoël (1968) ; Gallimard collection Folio (n° 2990), (1997) (ISBN 2070403483)
  • Rosa mystica, éd. : Denoël (1968) ; Gallimard collection Folio (n° 2822), (1996) (ISBN 2070400212)
  • Portrait de l'enfant, éd. : Denoël collection Romans français (1969), (ISBN 2207202933)
  • Hinterland, éd. : Denoël collection Romans français,(1971) (ISBN 2207213455)
  • Limitrophe, éd. : Denoël collection Romans français, (1972) (ISBN 220721723X)
  • Épisodes de la vie des mantes religieuses, éd. : Denoël collection Romans français, (1976) (ISBN 2207222519)
  • Campagnes, éd. : Denoël collection Romans français', (1979) (ISBN 2207225712)
  • Ébauche d'un autoportrait, éd. : Denoël collection Romans français, (1983) (ISBN 2207228541)
  • L'Incarnation, éd. : Denoël collection Romans français, (1987) (ISBN 2207234037)
  • Promenade dans un parc, éd. : Denoël collection Romans français, (1987) (ISBN 2207233367) ; Gallimard collection L'imaginaire n° 617, (2011) (ISBN 2070134725)
  • Memento mori, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1988) (ISBN 2070780007)
  • La Mécanique des femmes, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1992) (ISBN 2070388638) ; Gallimard collection Folio (n° 2589), (1994) (ISBN 2070388638)
  • C'est la guerre, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1993) (ISBN 2070736326) ; Gallimard collection Folio (n° 2821), (1996) (ISBN 2070394441) ; Gallimard collection L'imaginaire n° 694, (2017) (ISBN 2072727200)
  • Le Monologue, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1996) (ISBN 2070743926)
  • Le Sang violet de l'améthyste, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1998) (ISBN 2070752119)
  • Maître Faust, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2000) (ISBN 2070759547)
  • Suite villageoise, éd. : Hesse, (2000) (ISBN 2911272315)
  • Les Fontaines silencieuses, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2005) (ISBN 2070772675)


Essais


  • La Vie parallèle, éd. : Denoël collection Documents actualité, (1974)
  • Les Sables du temps, éd. : Le Tout sur le tout, (1988) (ISBN 2865220281)
  • Droit de cité, éd. : Manya, (1992) (ISBN 2878960580) ; Gallimard collection Folio n°2670, (1994) (ISBN 207038702X)
  • L'Homme vivant, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1994) (ISBN 2070740021)
  • Perspectives, illustrations de l'auteur, éditeur : Hesse, (1995) (ISBN 295040619X)
  • Art-Signal, éditeur : Hesse, (1996) (ISBN 9782911272042)

Carnets


  • Le Chemin de Sion (1956-1967), Carnets I, éd. : Denoël, (1980) (ISBN 2207226239)
  • L'Or et le plomb (1968-1973), Carnets II, éd. : Denoël, (1981) (ISBN 2207227685)
  • Lignes intérieures (1974-1977), Carnets III, éd. : Denoël, (1985) (ISBN 2207231232)
  • Le Spectateur immobile (1978-1979), Carnets IV, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1990) (ISBN 2070780244)
  • Miroir de Janus (1980-1981), Carnets V, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1993) (ISBN 2070736318)
  • Rapports (1982), Carnets VI, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1996) (ISBN 2070743934)
  • Étapes (1983), Carnets VII, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1997) (ISBN 2070750221)
  • Trajectoires (1984), Carnets VIII, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1999) (ISBN 9782070755615)
  • Écriture (1985-1986), Carnets IX, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2001) (ISBN 2070763633)
  • Bilan (1987-1988), Carnets X, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2003) (ISBN 2070767787)
  • Circonstances (1989), Carnets XI, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2005) (ISBN 2070772691)
  • Traversée (1990), Carnets XII, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2006) (ISBN 2070776883)
  • Situation (1991), Carnets XIII, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2007) (ISBN 9782070783144)
  • Direction (1992), Carnets XIV, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2008) (ISBN 978-2-07-011960-8)
  • Dimensions (1993), Carnets XV, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2009) (ISBN 9782070125562)
  • Le Jardin fermé (1994), Carnets XVI, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (2010) (ISBN 9782070128969)

Théâtre


Théâtre complet, (en 6 vol.), éd. : Hesse, (1993-1999) =

  • Pièces intimistes (Trafic ; Chez les Titch ; Les miettes ; Mo ; Tu as bien fait de venir, Paul ; L’entonnoir ; Les derniers devoirs ; L’aquarium), (ISBN 2950406157)
  • Pièces baroques I (Mégaphonie ; Les mandibules ; L’amour des mots ; Opéra Bleu ; Le Roi Victor), (ISBN 2950406165)
  • Pièces baroques II (La bataille de Waterloo ; Aux armes, citoyens ! ; Le serment d'Hippocrate ; Une souris grise ; Un Riche, trois Pauvres ; Les oiseaux), (ISBN 2950406173)
  • Pièces baroques III (Black out ; Les veufs ; Clap ; Le délinquant), (ISBN 2911272021)
  • Clotilde du Nord, (ISBN 2911272161)
  • La Mort du Prince ; Créon, (ISBN 2911272277)

Poésie


  • Rag-time, éd. : Denoël collection Romans français, (1972) (ISBN 2207217248)
  • Paraphe, éd. : Denoël collection Romans français, (1973) (ISBN 2207220524) ; Arléa, collection Arléa-Poche n°174 (2011) (ISBN 9782869599345)
  • Londoniennes, éd. : Le Tout sur le Tout, (1985) (ISBN 2865220184)
  • Décalcomanies, éd. : Grande Nature, Vercheny, (1987) (ISBN 2905632054)
  • A.B.C.D.Enfantines, avec les illustrations de Jacques Truphémus, éd. : Bellefontaine, Lausanne, (1987)
  • Haïkaï du jardin, éd. : Gallimard collection L'Arpenteur, (1991) (ISBN 2070780392)
  • Fruits, Illustré par l’auteur (série Fruits, 1992), éd. : Hesse, (1992)
  • Les Métamorphoses du révolver, éd. : Vestige, St-Montan, (1993)
  • Ouroboros, éd. : Tarabuste, (1995) (ISBN 2908138166)
  • Non-lieu, éd. : Tarabuste, (1996) (ISBN 2908138336)
  • Pile ou face, éd. : Tarabuste, (1996) (ISBN 2908138344)
  • Fac-similé, éd. : Tarabuste, (1997) (ISBN 2908138700)
  • Terre céleste, éd. : Tarabuste, (1999) (ISBN 2908138980)
  • Imagerie, magie. Collages littéraires, éd. : Mollat & Tarabuste, (2000) (ISBN 2909351637)
  • Pasiphaé, éd. : Tarabuste, (2006) (ISBN 2845871171)
  • G. - Isthme de mon amour, éd. : Tarabuste collection Chemins fertiles, (2006) (ISBN 978-2-84587-250-9)

Livres d'Artiste


  • Télégrammes de nuit, L. Calaferte ; Catherine Seghers, éd. : La Marge & Tarabuste, Blois, (1988)
  • Danse découpage, L. Calaferte ; Philippe Cognée, éd. : Tarabuste collection Linguales n°5, (1988)
  • Nativité, L. Calaferte ; Lise-Marie Brochen ; Christine Crozat ; Claire Lesteven ; Frédérique Lucien ; Kate Van Houten ; Marie-Laure Viale, éd. : Tarabuste (1994)
  • Ouroboros, L. Calaferte ; Philippe Cognée ; Erik Dietman ; Bernadette Genée & Alain Le Borgne ; Jean-Louis Gerbaud ; Paul-Armand Gette ; Kate van Houten ; Jean-Luc Parant ; Françoise Quardon ; Ian Tyson ; Carmelo Zagari, éd. : Tarabuste (1998-2005)
  • L'Évangile métropolitain, L. Calaferte ; François Bouillon ; Philippe Cognée ; Jeanne Gatard ; Fabrice Hyber ; Gilles Marrey ; Nils-Udo ; James Rielly ; Jean-Jacques Rullier ; Didier Trenet ; Matthew Tyson ; Claude Viallat ; Mâkhi Xenakis, éd. : Tarabuste (2011)

Entretiens, Correspondance


  • Une Vie, une déflagration, entretiens avec Patrick Amine, éd. : Denoël, (1985) (ISBN 2207231240)
  • L’Aventure intérieure, entretiens avec Jean-Pierre Pauty, éd. : René Julliard, (1994) (ISBN 2260012353)
  • Choses dites, entretiens et choix de textes, éd. : le Cherche Midi, (1997) (ISBN 2862745030)
  • Louis Calaferte/Georges Piroué, correspondance 1969-1993, éd. : Hesse, (2001) (ISBN 2911272382)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sur Louis Calaferte[modifier | modifier le code]

  • Revue Triages, n° 3 « Louis Calaferte » (Louis Calaferte, Djamel Meskache, entretien avec Daniel Biga), ma1 1992
  • La Mécanique des femmes de Jérôme de Missolz sur une musique de Jean-François Pauvros, 2000
  • Le Matricule des anges. Le mensuel de la littérature contemporaine, n° 162, avril 2015, dossier Louis Calaferte dirigé par Didier Garcia.
  • Les Actes du colloque « Autour de Louis Calaferte » (Dijon, 16-17 octobre 2014), supplément revue Triages, juin 2015, 152 p. Sous la direction de Djamel Meskache, ce volume comprend une importante bibliographie et les participations de Hervé Bismuth, Guillaume Bridet, Pascal Commère, Bruno Curatolo, Brigitte Denker-Bercoff, Sébastien Hubier, Serge Martin, André Not, Christian Petr, Jacques Poirier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simon Dupont-Gellert, zigmoon.com, 2points13.fr, « LOUIS CALAFERTE — Éditions Hesse », sur editionshesse.com (consulté le 23 février 2018)
  2. Luc pérez, « Louis Calaferte », (consulté le 23 février 2018)
  3. « Entretien avec Patrick Pelloquet autour de Calaferte... - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 23 février 2018)
  4. bmlvideo, « Exposition « La poésie ça ne s'invente pas » LOUIS CALAFERTE - Bibliothèque municipale de Lyon », (consulté le 23 février 2018)
  5. « S.ca.r.a.b.e.e. "les amis de louis calaferte" (saluons calaferte, reunir, archiver, bio-bibliographier, editer, exposer) association Promotion de l'art et des artistes », sur Gralon (consulté le 23 février 2018)
  6. « Fonds Louis Calaferte », sur pleade.bm-lyon.fr (consulté le 23 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]