Basse époque égyptienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La basse époque est une période de l'histoire de l'Égypte antique allant des environs de -750 à -332. Elle débute par la réunification du pays par un roi d'origine koushite, Piânkhy et se termine par la conquête de l'Égypte par Alexandre le Grand. On y trouve les six dernières dynasties décrites par Manéthon, qui est lui-même un contemporain des premiers Ptolémées.

Dynasties de la basse époque[modifier | modifier le code]

La Basse époque est une période de forte instabilité caractérisée par des prises de pouvoir successives par des souverains étrangers, entrecoupée de courtes périodes d'indépendances. Bien que de cultures très différentes, ces souverains s'adaptent au modèle égyptien et respectent sa culture, tout en y intégrant des éléments de la leur. Ils se feront proclamer pharaon et choisiront une titulature royale, souvent calquée sur celle des anciens rois. Certains, notamment les rois saïtes de la XXVIe dynastie, cherchent même à retourner vers un archaïsme architectural et lyrique tout droit issu de l'Ancien et du Moyen Empire.

L'art et la religion sont également fortement marqués par la double influence de l'extérieur et la tendance à l'archaïsme. C'est ainsi que l'on voit apparaître de nouveaux thèmes dans les décorations ainsi que des divinités hybrides : Bastet en oiseau avec une tête de chat, la divinité Toutou, etc. La vénération des temps glorieux et lointains suscite la divinisation de plusieurs grandes figures de l'histoire égyptienne comme Imhotep, Amenhotep fils de Hapou, ou encore Horemheb. Du côté religieux, le culte des animaux, comme le taureau Apis, gagne en popularité: le Sérapéum de Memphis est agrandi pour qu'affluent les fidèles. Saqqarah devient un centre religieux important, comportant notamment des nécropoles pour animaux. Le culte d'Osiris et d'Isis se développe considérablement, cet engouement trouvant certainement son origine dans la souffrance subie par les Égyptiens lors des occupations.

La Basse époque commence par la réunification du pays par Piânkhy, qui inaugure la XXVe dynastie, nubienne, et met fin à la IIIe période intermédiaire. Elle respecte scrupuleusement les coutumes et les institutions, s’affirmant pleinement égyptienne. Dès cette période se manifeste une intense activité intellectuelle et artistique, cherchant ses références dans les formes anciennes du passé, notamment dans l’Ancien Empire. Elle est marquée par la perte du contrôle du pays, après l'invasion assyrienne qui laisse de profondes blessures dans l'esprit des Égyptiens : les Assyriens pillent en effet des temples et brûlent des villes comme Thèbes. Ne pouvant gérer la nation, ils favorisent l'émergence de la XXVIe dynastie, saïte, d'origine libyenne.

Les Perses s'emparent du pays vers -525. La première occupation perse n'est en aucune façon une période médiocre pour les Égyptiens, du moins au début, car, malgré les malheurs et autres maux dont seraient responsables les premiers pharaons perses, le peuple est respecté. Le seul roi de la XXVIIIe dynastie est l'Égyptien Amyrtée, qui reprend les rênes du pays en chassant provisoirement les Perses : la XXIXe dynastie est un mélange de gouvernements égyptiens sans réel pouvoir. Nectanébo II fut bien le dernier pharaon égyptien du pays, et celui qui entreprend la construction du temple d'Isis à Philæ (portique). Par la suite, l'Égypte redevient une province, d'abord de l'Empire perse puis du royaume de Macédoine.

Pharaons significatifs de la Basse époque[modifier | modifier le code]

Politique et économie égyptienne à la Basse époque[modifier | modifier le code]

L'Égypte sous domination nubienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Napata#Le royaume de Napata.

Le morcellement politique progressif de l'Égypte à la fin de la troisième période intermédiaire se produit en parallèle de l'essor de la Nubie, en grande partie dû au ressources disponibles sur son territoire (or, cuivre, produits de l'agriculture) et son contrôle d'une partie des routes commerciales reliant la péninsule arabique à la Méditerranée en évitant les taxes pratiquées à Gaza. Celle-ci conquiert rapidement l'Égypte et s'y maintient près d'un siècle. Sa puissance grandissante et ses tentatives d'expansion au Levant contrôlé par les Assyriens conduit cependant à plusieurs guerres contre ces derniers. À l'issue de celles-ci Assurbanipal rend indépendants de nombreux gouverneurs locaux dans le delta du Nil, pille la ville de Thèbes en Haute-Égypte et refoule les Nubiens en amont de la première cataracte avant de se retirer définitivement. La Nubie retrouve alors ses frontières d'avant la conquête, au cœur de l'actuel Soudan, le pillage de Thèbes la privant de toute assise sur le chemin de la Méditerranée, pendant que la Basse-Égypte cesse d'être une menace pour le Proche-Orient assyrien [1].

Le retour à l'indépendance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : XXVIe dynastie égyptienne.

Réunification de l'Égypte[modifier | modifier le code]

Psammétique Ier, d'origine libyenne est placé à la tête de la ville de Saïs suite au retrait assyrien d'Égypte en 664 av. J.-C.. Son règne long de 54 ans et l'absence de toute nouvelle tentative nubienne d'invasion vont lui permettre de rallier progressivement les autres chefs locaux du delta, en accordant à ceux qui se rallient volontairement à lui une place dans la nouvelle administration. La manière dont il annexa ensuite les villes plus au sud de Basse-Égypte et de Moyenne-Égypte est mal connue ; il semble cependant qu'il ait cherché à s'attirer le soutien de la population ainsi que des élites, respectant ainsi les diverses situations locales en vigueur notamment dans la ville de Memphis. En ce qui concerne la prise de contrôle de la Haute-Égypte, les élites locales rétives, en particulier à Thèbes, furent gagnées par la diplomatie. Psammétique Ier négocia un accord pour que sa fille Nitocris Ire soit nommée divine adoratrice d'Amon, et des donations furent faites au temple d'Amon. Dans le même temps, le roi plaça des hommes de confiance dans d'autres villes de Haute-Égypte, comme le gouverneur d'Edfou en amont de Thèbes. Lorsque débute le règne de son successeur Néchao II le royaume était réunifié [2].

Politique extérieure de l'Égypte[modifier | modifier le code]

L'emprise égyptienne s'étendit dans toutes les directions depuis son coeur dans la vallée du Nil ; vers l'ouest les oasis du désert libyque furent annexées, y compris celle de Siwa essentielle pour contrôler le commerce terrestre vers la ville de Cyrène et qui n'avait jusque là jamais été dirigée par l'Égypte ; au sud Psammétique II lança des expéditions militaires victorieuses en Nubie, qui ne débouchèrent pas sur une occupation mais éloignèrent définitivement les risques d'une reconquête de l'Égypte par son voisin méridional ; à l'est la chute de l'empire assyrien incita Néchao II à lancer une campagne de reconquête du Levant : il vainquit le royaume de Juda à la bataille de Megiddo mais fut refoulé sur l'Euphrate à la bataille de Karkemish par les armées babyloniennes ce qui aboutit à la perte de ses positions levantines ; au nord le pharaon Ahmôsis II parvint un temps à se rendre maître de Chypre. Les campagnes militaires à l'est et au nord montrèrent les limites de la puissance égyptienne celle-ci se tourna donc vers la diplomatie, recherchant le soutien des cités grecques et cariennes et ce plus particulièrement contre les Perses suite à leur essor en Asie. Ceux-ci parviennent cependant à conquérir l'Égypte en 526 av. J.-C.[2].

Politique économique et commerciale[modifier | modifier le code]

L'Égypte a axé à cette époque sa stratégie vers la mer, et ce de plusieurs façons. Le pharaon Néchao II fit ainsi construire (ou recontstruire) un canal reliant le Nil à la Mer Rouge afin de faciliter les échanges commerciaux avec l'Arabie, et d'en retirer des taxes. Il fit en outre construire deux flottes militaires pour protéger les flux maritimes, une en Méditerranée et une dans la Mer Rouge, ce qui représentait une première pour un pays souffrant à ce point d'une pénurie de bois. C'est d'ailleurs grâce à cette flotte que la conquête de Chypre sera rendue possible plusieurs décennies plus tard. Ce tropisme méditerranéen permettra à l'Égypte de nouer des liens étroits avec le monde grec. Hérodote a également écrit que Néchao II aurait commandité une expédition qui a réalisé pour la première fois le tour de l'Afrique, mais cela n'a pas été confirmé par d'autres sources[2].

Parallèlement au développement du secteur maritime, le pouvoir royal améliora son administration afin d'accroitre ses revenus sans devoir recourir au pillage des pays conquis. On assiste alors à la création d'un corps de hauts administrateurs spécialisés chargés de contrôler les opérations financières effectuées par les scribes royaux dans tout le royaume, de superviser l'utilisation de la flotte égyptienne ou de vérifier que les terres du domaine royal n'étaient pas accaparées par les pouvoirs locaux[2].

Première période de domination perse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : XXVIIe dynastie égyptienne.

Les historiens antiques ont décrit l'occupation perse de l'Égypte suite à sa conquête par Cambyse II comme une période particulièrement sombre. Cette vision resta dominante jusqu'aux travaux de Georges Posener qui en renouvela l'étude, montrant entre autres que les premiers rois perses adoptèrent le mode de gouvernance égyptien pour régner sur leur nouvelle possession. La mise en valeur et la rentabilité du territoire reposaient essentiellement sur la population locale, les seuls Perses à émigrer en Égypte étant un petit nombre de généraux, gouverneurs et haut-administrateurs. Les Perses furent aussi à l'origine de quelques travaux d'infrastructure, notamment sur le canal des pharaons de Néchao. Ils limitèrent également le pouvoir des temples en limitant leurs finances et en participant à la nomination des hauts dignitaires religieux mais de manière inégale, les temples de Memphis étant exemptés des restrictions financières les plus sévères. Les temples ayant été jusque là un relai privilégié de l'autorité royale dans les différentes villes et villages, les réformes perses eurent un impact profond[3].

La domination persane fut contestée de manière épisodique, la principale révolte fut la révolte d'Inaros en 462 av. J.-C., pendant laquelle les rebelles bénéficièrent du soutien d'Athènes mais celle-ci échoua à prendre Memphis et la rébellion fut un échec. Cependant le pouvoir achéménide se concentrait sur les voies fluviales essentielles, tolérant l'existence de petites principautés indépendantes dans les marais inexpugnables du delta occidental. C'est l'un de ces princes qui prend le pouvoir sans violence visible en 405 av. J.-C., sans doute à la faveur de la crise de succession qui eut lieu dans l'empire Perse à la même époque[3].

Retour temporaire de dirigeants égyptiens[modifier | modifier le code]

Le retour de dirigeants égyptien se fait dans des conditions délicates. Les relations établies avec les Grecs sous la XXVIe dynastie ont été mises à mal sous le siècle d'occupation persane, les Perses restent une menace majeure pour le royaume et le pouvoir exsangue peut difficilement annuler les coupes pratiquées par les précédents dirigeants contre les temples, relais locaux du pouvoir central. Pour pallier ces problèmes financiers les pharaons augmentent la fiscalité, mettant à contribution aussi bien les temples que les simples particuliers, tout en construisant de nouveaux lieux de culte afin de s'assurer le soutien des religieux sans devoir leur verser de nouveaux des donations régulières. Le nouveau pouvoir tente en parallèle de résoudre le problème diplomatique en ménageant dans un premier temps son puissant voisin, mais tout en fournissant des vivres et des navires à la ville de Sparte, ennemie de la Perse, en 396 av. J.-C. dans le but de renouer avec ses anciens alliés grecs. L'Égypte noue finalement une alliance avec Athènes, qui repousse un temps de nouvelles tentatives d'invasions perses de l'Égypte mais échoue à empêcher la victoire finale d'Artaxerxès III en 343 av. J.-C. [3].

Deuxième période de domination perse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : XXXIe dynastie égyptienne.

La seconde période d'occupation persane commence par une phase de répression suivie d'un apaisement sous le règne de Darius III, apaisement qui se manifeste entre autres par la présences de membres de l'élite égyptienne à la cour du roi de Perse à Suse [3]. La conquête de l'Égypte par Alexandre le Grand en 332 av. J.-C. met cependant rapidement fin à cette période.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Damien Agut et Juan Carlos Moreno-Garcia, L'Égypte des pharaons - De Narmer à Dioclétien, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 847 p. (ISBN 978-2-7011-6491-5), chap. 12 (« L'Égypte prise en étau : entre Napata et Assur (751-664) »)
  2. a, b, c et d Damien Agut et Juan Carlos Moreno-Garcia, L'Égypte des pharaons - De Narmer à Dioclétien, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 847 p. (ISBN 978-2-7011-6491-5), chap. 13 (« Face aux empires : la monarchie saïte (664 - 526) »)
  3. a, b, c et d Damien Agut et Juan Carlos Moreno-Garcia, L'Égypte des pharaons - De Narmer à Dioclétien, Paris, éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 847 p. (ISBN 978-2-7011-6491-5), chap. 14 (« Dans l'ombre de la Perse (526 - 332) »)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux sur l'Égypte antique[modifier | modifier le code]

  • Damien Agut et Juan Carlos Morena-Garcia, L'Egypte des pharaons : De Narmer à Dioclétien, Paris, Belin, coll. « Mondes anciens », (ISBN 2701164915)

Ouvrages sur la période[modifier | modifier le code]

  • Steve Pasek, Griechenland und Ägypten im Kontexte der vorderorientalischen Großmächte. Die Kontakte zwischen dem Pharaonenreich und der Ägäis vom 7. bis zum 4. Jahrhundert vor Christus. München 2011, (ISBN 978-3-89975-744-6).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :