Jean Winand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Winand
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la Belgique Belgique
Naissance
Liège

Jean Winand (né à Liège le ) est un égyptologue belge. Il est maître de recherches honoraire du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), et professeur ordinaire[1] à l'Université de Liège, où il dirige le service d'égyptologie. De 2010 à 2017, il a été doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège.

Il est membre de l'Académie royale de Belgique, classe des lettres, depuis 2017.

Après des études de lettres classiques et des études en langues et littératures orientales (égyptien et akkadien), il soutient une thèse de doctorat consacrée à la morphologie verbale en néo-égyptien, puis une « thèse d'agrégation de l'enseignement supérieur »[2] sur Temps et aspect en égyptien ancien. Une approche sémantique. Ses travaux portent actuellement sur la langue et les textes de l'Égypte ancienne[3].

Il est le fondateur et le co-directeur (avec Stéphane Polis) du projet Ramses[4], lancé en 2006.

Il a été le co-président du comité des programmes de la première conférence mondiale des humanités[5], qui s'est tenue à Liège, sous l'égide de l'UNESCO, du 6 au 12 août 2017.

En octobre 2018, Jean Winand a été élu Premier vice-recteur de l'université de Liège pour un mandat de quatre ans.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Défenseur convaincu de la place de la recherche fondamentale à l’université et de son articulation avec l’enseignement, il a régulièrement plaidé pour un refinancement public de l’enseignement supérieur. Adversaire d’une conception étroitement technique de l’université, il s’est souvent exprimé en faveur d’une intégration harmonieuse des sciences exactes, des sciences humaines et de la culture au sens large, y compris les formes artistiques dans les curriculums universitaires. Il a aussi pris fermement position pour tous types de formations qui ouvrent à l’esprit critique, combattent le dogmatisme et contribuent à mieux comprendre la complexité du monde dans lequel nous vivons[6].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix annuel de la Classe des Lettres de l'Académie royale de Belgique, 1988.
  • Prix des Amis de l'Université de Liège, 1993.
  • Prix des Alumni de la Fondation universitaire, 1998.
  • Prix Anne-Liese Maier de la Fondation von Humboldt, 2015.
  • Chevalier dans l'ordre des Palmes académiques (France).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Voyage d'Ounamon. Index verborum, concordance, relevés grammaticaux, collection « Ægyptiaca Leodiensia », I, Liège, 1988.
  • Les hiérothytes. Recherche institutionnelle, collection « Académie royale de Belgique - Classe des Lettres », LXVIII-4, Bruxelles, 1990.
  • Études de néo-égyptien. I : La morphologie verbale, collection « Ægyptiaca Leodiensia », II, Liège, 1992.
  • L'art du parfum, Éditions Le Temps Apprivoisé, Paris, 1993.
  • (avec Michel Malaise), Grammaire raisonnée de l'égyptien classique, collection « Ægyptiaca Leodiensia », VI, Liège, 1999.
  • Temps et aspect en ancien égyptien. Une approche sémantique, collection « Probleme der Ägyptologie », XXV, Éditions Brill, Leyde, 2006.
  • Les hieroglyphes égyptiens, Paris, 2013, Presses universitaires de France, coll. Que-sais-je ?, 3980.
  • Aux origines de l’écriture. Le cas de l’Egypte ancienne, Bruxelles, Académie royale, 2013, coll. L’Académie en poche, 20.
  • La réception des hiéroglyphes de l’Antiquité aux Temps modernes, Bruxelles, Académie royale, 2013, coll. L’Académie en poche, 21.
  • Les Pharaons. Histoire personnelle, Paris, 2017, Presses universitaires de France.
  • L'Université à la croisée des chemins : Plaidoyer pour une université de la culture, Bruxelles, Académie royale, 2018, coll. L’Académie en poche.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. c'est-à-dire titulaire de chaire
  2. Autrement-dit une habilitation
  3. Service d'Égyptologie - Renseignements généraux
  4. Ramses. An annotated database of Late Egyptian
  5. Première conférence mondiale des Humanités
  6. Voir J. Winand, L'Université à la croisée des chemins

Liens externes[modifier | modifier le code]