Barlieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barlieu
Image illustrative de l'article Barlieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Sancerre
Intercommunalité Pays Fort Sancerrois Val de Loire
Maire
Mandat
Christian Forest
2014-2020
Code postal 18260
Code commune 18022
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 21″ nord, 2° 37′ 46″ est
Altitude Min. 181 m – Max. 296 m
Superficie 27,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barlieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barlieu

Barlieu est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Vailly-sur-Sauldre ; en 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, elle fera partie du canton de Sancerre[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Blancafort Cernoy-en-Berry Rose des vents
Concressault N Pierrefitte-ès-Bois
O    Barlieu    E
S
Dampierre-en-Crot Vailly-sur-Sauldre

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , la bulle du pape Innocent II confirma la propriété de plusieurs biens à l’abbaye Saint-Satur, dont l'église de Barlieu : « Ecclesiam de Barlocco ». L'église Saint-Germain devenait définitivement la propriété de l'abbé et des chanoines réguliers de Saint-Satur. En 1164, la bulle du pape Alexandre III confirma cette propriété.

Un prieuré curé dépendant des chanoines réguliers de Saint-Satur y est joint, simple lieu de résidence du chanoine régulier qui dessert la paroisse. L'aumônerie de Barlieu dépendait de l'archevêque de Bourges.

Ancien bourg fortifié comportant une enceinte, le village passe à la maison de Sancerre en 1152. En 1190, avant son départ pour les Croisades, le comte Étienne Ier, comte de Sancerre, octroie aux habitants de Barlieu la coutume de Lorris, qui est alors une ville fermée de murs, indépendante, où se tiennent des marchés et des foires.

Au début du XVe siècle, la seigneurie de Barlieu est vendue à Martin Gouges de Charpaigne, évêque de Clermont, chancelier du duc de Berry. Jacques de Montmorin en hérite, tuteur de son fils Pierre (héritier de son oncle Martin décédé), et la vend à Jacques Cœur en 1448, pour la somme de deux mille écus d'or. En 1458, à la liquidation des biens de ce dernier, la seigneurie de Barlieu est achetée par Jean V de Bueil, comte de Sancerre, et revient ainsi au comté de Sancerre, par l'intermédiaire de la baronnie de Vailly. La terre de Barlieu reste dans la famille de Bueil jusqu'en 1628, puis elle est acquise par Henri Bourbon II prince de Condé, gouverneur de Berry, et demeure dans cette famille jusqu'à Louise Élisabeth de Bourbon-Condé, comtesse de Sancerre, qui meurt en 1775.

À partir de 1785, Louis XVI à partir d'un contrat d'échange révoqué par l'assemblée nationale en 1791, devient seigneur de Barlieu. Plus tard, Barlieu est l'une des sept communes du premier canton de Vailly, lui-même incorporé au district d'Aubigny-sur-Nère le 16 novembre 1790. En août 1801, le village est définitivement rattaché au canton de Vailly-sur-Sauldre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason de Barlieu

Les armes de Barlieu se blasonnent ainsi : Écartelé : au premier d'argent à la divise ondée d'azur, au deuxième de gueules au cœur d'argent, au troisième de gueules à la fleur de lys d'or, au quatrième d'argent à l'épi de blé de sinople en barre[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours
(au 26 septembre 2014)
Christian Forest[1] DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 380 habitants, en diminution de -7,09 % par rapport à 2009 (Cher : -0,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
847 847 960 881 942 992 986 1 104 1 085
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 083 1 115 1 158 1 130 1 191 1 183 1 175 1 230 1 207
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 228 1 202 1 190 1 001 904 808 791 767 672
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
596 537 459 413 433 363 406 382 380
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain datant du XIIe siècle, de la fin du XVe siècle et de 1867. L'abbaye Saint-Satur eut confirmation de sa possession en 1136. Sa reconstruction peut donc lui être antérieure, les chanoines réguliers la prenant en bon état, ou postérieure, les chanoines réguliers la faisant rebâtir. Les campagnes de travaux se déroulèrent à la fin du XVe et vers 1867, époque où elle fut presque entièrement rebâtie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :