Banque Scotia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scotia (homonymie).
Groupe Banque Scotia
Description de l'image Logo Banque Scotia.svg.
Création 1832 à Halifax (Nouvelle-Écosse)
Forme juridique Appel public à l'épargne
Action TSX : BNS
Slogan Vous êtes plus riche que vous le croyez
Siège social Drapeau du Canada Halifax, Nouvelle-Écosse (Canada)
Direction Brian Porter : président et chef de la direction
Activité Banque
Produits Produits financiers
Effectif 86 932 (2014)
Site web http://scotiabank.com
Chiffre d’affaires en augmentation 11,6 milliards CAD (2006)

La Banque de Nouvelle-Écosse (TSX : BNS), qui exerce ses activités sous les noms Banque Scotia en français et Scotiabank en anglais, est une banque à charte canadienne.

La Banque Scotia est l'une des plus importantes institutions financières en Amérique du Nord et la plus internationale des banques canadiennes.

Le bureau de la direction a été transféré à Toronto en 1900, mais le siège social se trouve encore à Halifax. La Banque Scotia a maintenant des activités dans toutes les sphères du marché financier, grâce à sa propre compagnie d'assurance-vie, à sa maison de courtage et à sa compagnie de fiducie, et à un certain nombre d'achats, dont celui de Montreal Trustco, en 1994. Elle emploi, aujourd'hui, plus de 81 000 personnes dans une cinquantaine de pays à travers le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

La Banque de Nouvelle-Écosse, a été fondée en 1832 à Halifax. Elle est la deuxième banque à charte la plus ancienne au Canada. Elle ouvre sa première succursale dans les Maritimes, mais elle s'installe aussi à Winnipeg et au Minnesota dans les années 1880, à l'époque de la construction du Canadien Pacifique.

Entre 1883 et 1919, elle fusionne avec des banques moins importantes, la première étant la Union Bank de l'Île-du-Prince-Édouard et la dernière, la Bank of Ottawa. Elle est la première banque à s'installer aux Caraïbes, en ouvrant une agence à la Jamaïque dès 1889; elle établit aussi une agence à Londres dès 1920.

Expansion[modifier | modifier le code]

Durant les années 1960, la banque se diversifie de nouveau au niveau international : elle exploite à ce moment plus de 200 agences et filiales dans 44 pays, et possède 1460 succursales et agences au Canada. Elle offre une gamme de services financiers parmi lesquels le commerce de l'or et de l'argent, les prêts hypothécaires, le crédit-bail et des services immobiliers et de fiducie. Maintenant appelée couramment la « Banque Scotia », elle a été pionnière dans le développement de plusieurs services financiers destinés à simplifier les opérations bancaires du consommateur ordinaire.

En plus de veiller à l'expansion de ses services aux particuliers, la Banque de Nouvelle-Écosse a commencé à fournir, dès le début des années 1980, des services bancaires aux entreprises par l'intermédiaire de ses bureaux de New York.

En 1981, elle devient la première banque canadienne à offrir les services d'une agence complète au Japon et participe aussi à l'essai des applications commerciales d'un satellite de communication au monde des affaires.

En 1983, elle étendait ses services à plusieurs autres villes américaines et canadiennes sous l'impulsion de la demande des clients.

En 1988, la Banque de Nouvelle-Écosse se portait acquéreur de McLeod Young Weir (désignée par la suite sous le nom de ScotiaMcLeod), une importante firme de courtage de Toronto fondée en 1921. En novembre 1995, ScotiaMcLeod était officiellement intégrée à la division des marchés des capitaux de La Banque de Nouvelle-Écosse sous le nom de Marchés des capitaux Scotia. Pour fermer la boucle des compétences ainsi réunies, La Banque de Nouvelle-Écosse fait peu après l'acquisition du Groupe Mocatta - un chef de file de longue date du courtage des métaux précieux - et crée l'entité actuelle baptisée ScotiaMocatta.

Expansion récente[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 1999, la Banque de Nouvelle-Écosse a mis en commun les ressources de ses deux divisions des Services bancaires aux sociétés et des Services bancaires d'investissement pour mettre sur pied notre nouvelle structure intégrée, Scotia Capitaux.

En 2000, le Groupe Banque Scotia a effectué l'acquisition de Grupo Financiero Inverlat, un groupe financier très réputé comptant plus de 60 ans d'expérience sur le marché mexicain. En 2005, Scotia Capitaux a créé la plate-forme intégrée de services bancaires de gros destinée à nos clients de la zone de l'ALENA afin d'optimiser les services qui leur sont offerts.

En juin 2005, la Banque de Nouvelle-Écosse a acquis Waterous & Co. et l'a regroupée avec sa division des fusions et acquisitions des sociétés pétrolières et gazières de Scotia Capitaux, pour former Scotia Waterous, un puissant chef de file en matière de fusions et d'acquisitions dans le secteur du pétrole et du gaz naturel.

En juin 2006, la Banque de Nouvelle-Écosse acquiert les activités canadiennes de la Banque Nationale de Grèce[1].

En juillet 2008, la banque de Nouvelle-Écosse acquiert les activités canadiennes de E-Trade pour 442 millions de dollars[2],[3].

En février 2011, la Banque de la Nouvelle-Écosse acquiert les 82 % qu'il ne détenait pas encore dans DundeeWealth pour 2,3 milliards de dollars[4],[5].

Le 29 août 2012, la Banque de la Nouvelle-Écosse achète la banque en ligne ING Direct Canada pour 3,13 milliards de dollars. À la suite de cette acquisition, ING Direct Canada annonce le 5 novembre 2013 qu'elle changera son nom pour Tangerine[6]. Ce changement est complété en avril 2014.

En novembre 2014, la Banque de Nouvelle-Écosse annonce son souhait de faire une augmentation de capital de 7 milliards de dollars et de se séparer de 1 500 employés[7].

En juillet 2015, la Banque de la Nouvelle-Écosse acquiert les activités de banque de détail de Citigroup au Panama et au Costa Rica passant dans les deux pays de 137 000 clients à 387 000[8].

Partenariats[modifier | modifier le code]

La banque Scotia est membre de la Global ATM Alliance qui permet aux porteurs de carte des retraits gratuits dans des automates des banques partenaires dans le monde entier (Bank of America aux États-Unis, Barclays en Grande-Bretagne, BNP Paribas en France, Ukrsibbank en Ukraine...).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Scotiabank acquires NBG Bank's Canadian operations, Globe and Mail, 8 novembre 2005
  2. Scotiabank snaps up E-Trade Canada, Rita Trichur, The Star, 15 juillet 2008
  3. Scotia snaps up online brokerage E*Trade Canada, Tara Perkins, The Globe and Mail, 15 juillet 2008
  4. Scotiabank completes majority acquisition of DundeeWealth, The Star, 1 février 2011
  5. Scotiabank's Dundee deal marks new tack, Tim Kiladze, Grant Robertson, Tara Perkins, Boyd Erman, The Globe and Mail, 22 novembre 2014
  6. La Banque Scotia achète la Banque ING du Canada, Radio Canada, 29 août 2015
  7. Scotiabank files to raise up to $7 billion in shares, debt, Reuters, 12 novembre 2014
  8. Scotiabank to buy Citigroup assets in Panama and Costa Rica, Reuters, 14 juillet 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]