Rogers Communications

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rogers Communications Inc.
logo de Rogers Communications

Création 1920
Fondateurs Edward S. Rogers, Sr. (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Edward S. Rogers : Président
Forme juridique Appel public à l'épargne
Action TSX : RCI.ARCI.B
NYSE : RCI
Siège social Toronto
Drapeau du Canada Canada
Activité Télécommunications
Produits Télévision par câble, Sans fil, Télécommunications, Édition, Broadcast, Partenariat avec les Blue Jays de Toronto
Filiales Mobilicity
Effectif 18 057
Site web www.rogers.com

Chiffre d’affaires en augmentation 7,48 milliards CAD
Résultat net en augmentation 2,1 milliards CAD

Rogers Communications Inc. (TSX : RCI.ARCI.B, NYSE : RCI) est l'un des plus grands groupes de télécommunications au Canada, particulièrement dans les domaines de la téléphonie mobile et de l'accès à Internet, de la télévision par câble ainsi que des médias de masse. Edward S. Rogers est l'actionnaire majoritaire de l'entreprise. Son principal concurrent est Bell Canada.

Ses activités sont réparties suivant différentes grandes filiales : Rogers Câble et Télécom sont les filiales responsables de la télévision par câble, de l'accès à Internet et de la téléphonie résidentielle, les activités de téléphonie mobile sont réparties via ses trois opérateurs Rogers Sans-fil, Fido et Chatr, et Rogers Media gère la partie contenu, via ses différentes chaînes de télévision et stations de radio.

Histoire[modifier | modifier le code]

En juin 2015, Rogers acquiert l'opérateur mobile Mobilicity pour 440 millions de dollars canadiens, en plus de signer l'achat de fréquences à Shaw Communications pour 100 millions de dollars canadiens. Dans le même temps, Rogers vend des fréquences à Wind Mobile, dans le but d'avoir l'aval du gouvernement pour ses acquisitions[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Canada's Rogers says to buy Mobilicity, Shaw airwaves, Alastrair Sharp et Allison Martell, Reuters, 24 juin 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]