Dollarama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fondé en 1992 par Larry Rossy, Dollarama est une entreprise canadienne de type magasin à prix unique. Jusqu'en 2004, cette chaine appartenait à S. Rossy inc. propriétaire des magasins Rossy. Ensuite, Bain Capital LLC acquiert la majorité des actions de l’entreprise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un magasin Dollarama à Toronto.

Le tout premier magasin « tout à un dollar » a été fondé à Montréal en 1910 par Salim Rassy, un immigrant libanais[1], dont le nom francisé est devenu Rossy. Larry Rossy, un descendant de Salim, ouvre le premier magasin Dollarama en 1992 à Matane dans le Bas-Saint-Laurent au Québecd'ascendance libanaise[1] (famille Rassy). L’entreprise étend sa présence en convertissant les magasins Rossy existants au nouveau concept Dollarama et ouvre de nouveaux magasins.

En 2004, Bain Capital prend une position majoritaire dans Dollarama en payant 1,05 milliard $ CA[2].

En 2005, Dollarama génère des ventes de 743 millions $ CA dans ses 400 magasins. En 2006, l'ouverture de 50 magasins est prévue, dont la moitié dans l'Ouest canadien[3].

Le 17 avril 2009, Dollarama annonce qu'il dépasse pour la première fois de son histoire un milliard $ CA de ventes (1,1 milliard), soit une augmentation de 12 % par rapport à l'année fiscale précédente[4].

Le même communiqué révèle aussi qu'à cette date, 565 magasins sont ouverts au Canada, d'un océan à l'autre. En 2009, la chaîne exploite 585 magasins[5].

En 2009, son président et actionnaire minoritaire est Larry Rossy.

Le 9 octobre 2009, le titre de Dollarama est entré à la bourse[6].

En avril 2012, la société annonce exploiter « 704 magasins, dont 230 au Québec ». Au 31 janvier 2012, elle déclare des ventes brutes annuelles de 1,6 milliard $ CA[7].

En septembre 2012, Dollarama compterait 735 magasins au Canada[8].

En juin 2015, l'entreprise annonce vouloir ajouter des caisses mobiles dans les magasins dans le but de réduire les files d'attente. Ses ventes du premier trimestre 2015 s'élève à 566 millions $ CA. À la fin mai 2015, elle compte 972 magasins[9],[10].

Modèle d'affaires[modifier | modifier le code]

À l'origine, Dollarama s'était donnée pour slogan « Tout à un dollar ».

Les clients pouvaient ainsi acheter 1, 2, 3 ou 4 articles pour un dollar. Les friandises chocolatées de marques Oh Henry!, Mars ou Aero, par exemple, étaient offertes à deux pour un dollar. Au début du XXIe siècle, avec la hausse des prix de ses fournisseurs, Dollarama prend la décision de faire une première incartade à son modèle d'affaires, et c'est ainsi que les friandises chocolatées passent à 0,65 $ CA.

En février 2009, Dollarama lance de nouvelles gammes de prix, avec des articles à 1,25 $ CA, 1,50 $ CA et 2,00 $ CA[11].

En juin 2015, Dollarama maintient un prix maximum de 3 $ CA[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b James Cowen, « La fabuleuse ascension de Dollarama », L'Actualité,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Dollarama undergoes major transformation », National Post (consulté le 1 juin 2006)
  3. François Desjardins, Dollarama dans la cour des grands, Le Devoir, 6 et 7 mai 2006, pages C1 et C5.
  4. (en) « Dollarama Group L.P. and Dollarama Group Holdings L.P. Announce Fourth Quarter and Fiscal Year 2009 Results »,‎
  5. La Presse canadienne, « Dollarama veut entrer en Bourse », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  6. « En bref - Le titre de Dollarama grimpe à son premier jour », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  7. La Presse canadienne, « Fort de résultats records, Dollarama ne craint pas l'expansion de Dollar Tree », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  8. La Presse canadienne, « Dollarama accélère la mise en œuvre de son développement », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  9. (en) The Canadian Press, « Dollarama plans mobile registers to speed checkout lines », CBC News,‎ (lire en ligne)
  10. a et b La Presse canadienne, « Des caisses mobiles pour réduire les files d'attente », La Tribune,‎
  11. (en) Sean Silcoff, « Million-dollar question: Are $5 stores up next? », Globe and Mail,‎