Asbestos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asbestos (série télévisée).

Asbestos
Asbestos
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Estrie
Subdivision régionale Les Sources (Chef-lieu)
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Hugues Grimard
2017-2021
Démographie
Gentilé Asbestrien, ienne
Population 6 877 hab.[1] (2018)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 00″ nord, 71° 55′ 59″ ouest
Superficie 3 025 ha = 30,25 km2
Divers
Code géographique 40043
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Asbestos

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Asbestos

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir la carte administrative d'Estrie
City locator 14.svg
Asbestos

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir la carte topographique d'Estrie
City locator 14.svg
Asbestos
Liens
Site web www.ville.asbestos.qc.ca

Asbestos est une ville située dans la MRC des Sources en Estrie, au Québec, au Canada[2]. Ses habitants sont les Asbestriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Les Sources

Toponymie[modifier | modifier le code]

« La nouvelle ville d'Asbestos a été créée le 8 décembre 1999. Elle est issue du regroupement de la ville d'Asbestos et de la municipalité de Trois-Lacs »[3].

Le nom de la ville vient du mot anglais pour l'amiante, asbestos, lui-même étant à l'origine un mot grec signifiant : incombustible.

Histoire[modifier | modifier le code]

Industrie minière d'Asbestos, vers 1923
Dimensions de la mine :
largeur 2 km, profondeur 370 m

Le paysage actuel d’Asbestos est indissociable de l'activité industrielle qui s’est développée des suites de la découverte d'un important gisement d'amiante à la fin du XIXe siècle. La mine de Jeffrey, avec un des puits miniers les plus grands au monde, les haldes minières, ses infrastructures routières et son parc industriel témoignent de l'importance de cette activité pour la ville et la région.

Asbestos aura connu grandes et petites misères au cours de son histoire, sous divers rapports. D'abord, l'industrie minière du début du XXe siècle, utilisant des moyens et techniques rudimentaires, aura entraîné des accidents ininterrompus aussi bien dans le puits à ciel ouvert que dans les moulins. Les conditions déficientes au niveau de la santé et de l'environnement de travail auront laissé des séquelles mortelles chez de nombreux autres mineurs affectés par des maladies pulmonaires, couramment appelées amiantose[4],[5].

Plus tard, en 1949, le Syndicat des Mineurs d'Asbestos, devant ces conditions lamentables et les conditions économiques déplorables des travailleurs, réussit à convaincre ses membres mineurs d'entamer une grève, devenue mémorable, qui aura duré plus de huit mois, gagnant aussi d'autres mines d'exploitation d'amiante du Québec, dont Thetford Mines. Cette contestation causa des dommages sociaux irréparables au sein de la communauté locale entre grévistes et opposants (appelés scabs), entre les policiers appointés spécialement par le gouvernement de Duplessis et les chefs locaux.

Plus tard, dans les années 1970, des glissements et affaissements de terrains imprévus sur la frange du puits minier, puis un élargissement de son cratère immense nécessité par un développement commandé, entraîneront la destruction de résidences riveraines, le déménagement de la population touchée vers un nouveau périmètre d'habitations, y compris la destruction de son centre-ville et de son patrimoine historique. Tout cela allait modifier dorénavant tout son tissu social et culturel, anéantissant les témoignages de son passé.

Et comble de tout, les risques sanitaires associés à l'amiante allaient créer une opposition systématique aussi bien en Amérique qu'au niveau international[6].

La plus grande pelle mécanique canadienne chargeant un train de minerai d'amiante à la mine Jeffrey, Johns-Manville Co., Asbestos (Québec), juin 1944

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[7].

Asbestos
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 Louise Moisan-Coulombe Voir
2005 Jean-Philippe Bachand Voir
2009 Hugues Grimard Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
6 7936 5806 8197 0966 786

Économie[modifier | modifier le code]

Vésuvianite
provenant de la mine Jeffrey

Principales activités industrielles :

  • Mine Jeffrey : production d'amiante chrysotile. Elle ne fonctionne qu'environ 6 mois par an, pour combler une demande réduite de fibre de chrysotile[8] ;
  • Magnola (MAGnesium - NOranda - LAvalin) : production de barre de magnésium. Hélas, à cause de la concurrence chinoise inabordable au niveau des coûts de production, Noranda aura été forcée de fermer l'usine neuve avant même son inauguration et sa mise en marche. La mauvaise évaluation par Lavalin des émissions en BPC, dioxine et furane, et en chlorobenzene rend le projet inacceptable sans modification majeure [9]. Une perte estimée à près d'un milliard de dollars. Comble de malheur, ne pouvant être réutilisés à d'autres fins, les bâtiments sont maintenant en cours de démolition.

La ville a été durement touchée ces dernières années au niveau économique en raison de la fermeture prématurée de l’usine Magnola et de la diminution de la production d’amiante chrysotile à la mine de Jeffrey. Le plus grand employeur de la région est aujourd'hui le Centre de santé et de services sociaux des Sources.

Le gouvernement du Québec annonce le 29 juin 2012 qu'il accorde un prêt de 58 millions de dollars, permettant la relance de l'explotation du minerai en privilégiant l'exploitation souterraine au lieu d'un puits à ciel ouvert[10] ;

Tourisme et culture[modifier | modifier le code]

Principales activités touristiques et culturelles :

  • à deux pas du centre-ville, les amateurs de plein-air profitent du site de villégiature des Trois-Lacs, du Club de Golf ou de la piste cyclable ;
  • le Festival des Gourmands est le principal événement festif de la ville, mais la musique accompagne la ville toute l’année grâce à l’Harmonie d’Asbestos, une institution longtemps reconnue dans toute la région durant les années 1945-60 et au Camp musical d’Asbestos, qui accueille de jeunes musiciens de partout au Québec.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Les équipes de hockey de la ville d'Asbestos se nomment les Aztèques.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tingwick Saint-Rémi-de-Tingwick Rose des vents
Danville N
O    Asbestos    E
S
Danville Wotton

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 8 avril 2018).
  2. Gouvernement du Québec, « Asbestos », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  3. Toponymie : Asbestos
  4. J.-Adonias Lussier, « L’amiantose » Le Devoir, 10 juin 1946, p. 4
  5. L'Encyclopédie canadienne : Amiante : Effets de l'amiante sur la santé
  6. Radio-Canada : L'amiante au banc des accusés
  7. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  8. Cyberpresse : Le paradoxe d'Asbestos
  9. BAPE, Rapport d'enquête et d'audience publique 124 : Projet d’usine de production de magnésium par Métallurgie Magnola inc., à Asbestos, Québec, (lire en ligne)
  10. Radio-Canada : Mine Jeffrey : Québec accorde un prêt de 58 millions

Liens externes[modifier | modifier le code]