Danville (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danville.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danville.
Danville
Image illustrative de l'article Danville (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Estrie
Subdivision régionale Les Sources
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Michel Plourde
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Danvillois, oise
Population 3 826 hab. (2016)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 00″ nord, 72° 01′ 00″ ouest
Superficie 15 175 ha = 151,75 km2
Divers
Code géographique 24 40047
Localisation
Localisation de Danville dans Les Sources
Localisation de Danville dans Les Sources

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir sur la carte administrative d'Estrie
City locator 14.svg
Danville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Danville

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Danville

Danville est une ville située dans la MRC des Sources en Estrie, au Québec, au Canada[1]. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

Toponyme[modifier | modifier le code]

« La nouvelle ville de Danville a été créée le 17 mars 1999. Elle est issue du regroupement de la ville de Danville et de la municipalité de Shipton »[2],[3].

Elle est nommée en mémoire du village de Danville, au Vermont, d'où provenaient plusieurs des premiers habitants.

Description[modifier | modifier le code]

Piste cyclable à l'endroit où était la gare

Danville se trouve sur un tronçon de la « Route de Boston » ou chemin Craig qui reliait la Province de Québec à la Nouvelle-Angleterre. Les immigrants loyalistes venus après 1783 de la Nouvelle-Angleterre qui s'y installèrent lui ont donné son nom en mémoire de la ville du même nom au Vermont d'où ils venaient.

Elle a une population mixte, francophone et anglophone. Le recensement de 2006 y dénombre 4 041 habitants[4].

Jusqu'en 1971, la population de Danville était majoritairement anglophine, puis la proportion s'est inversée dans les années qui suivirent quand une partie de la jeune génération a émigré vers les provinces canadiennes anglophones ou vers Montréal.

La ville possède un riche patrimoine bâti, dont trois églises protestantes (Advantist, anglicane et United), une église évangélique (baptiste) et une église catholique romaine.

Danville possède une école primaire française, l'École Masson, et une école secondaire anglaise, l'École ADS (Asbestos-Danville-Shipton)

Son centre-ville est formé par l'élargissement du carrefour qui forme un square avec, au centre, un monument commémoratif des soldats morts lors des deux conflits de 1914-1918 et de 1939-1945. Un autre monument commémoratif au soldat Timothy O'Hea est érigé devant l'ancien bâtiment de l'hôtel de ville.

L'étang Burbank, qui accueille régulièrement des milliers d'oies des neiges (oies sauvages en québécois), se trouve sur le territoire de Danville[5].

Oies sauvages sur l'étang Burbank

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 2013 en cours Michel Plourde    
2002 2013 Jacques Hémond    
1999 2002 Charles Noble    
1997 1999 Jean-Rock Paquet    
1986 1997 Réjean Auclair    
1979 1986 Donald Roy    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
4 529 4 301 4 041 4 070 3 826
(Sources : Recensement du Canada)

Personnalités[modifier | modifier le code]

La pionnière du féminisme et gynécologue Kate Campbell Hurd-Mead y est née en 1867.

Une des figures majeures de la ville de Danville est Michael Sinott inhumé au cimetière Sainte-Anne de Danville, grand-père du réalisateur Mack Sennett né à Richmond en 1880 et pionnier du cinéma muet.

L'ancien premier ministre québécois Daniel Johnson (père) y est né en 1915.

L'artiste, auteur littéraire et dramatique Jovette Marchessault y a vécu et y est décédée le 31 décembre 2012.

Résidence de l'avocat James Greenshields, l'un des avocats ayant défendu l'homme politique de Louis Riel.

Ville natale de deux ministres libéraux provinciaux: Émilien Lafrance et Yvon Vallières. Le premier fut député de Richmond de 1952 à 1970, dont six années (1960 à 1966) dans le cabinet ministériel du premier-ministre Jean Lesage. Le second, Vallières, fut député de Richmond de 1973 à 1976, et de 1981 à 2012, lequel revendique la 4e plus longue expérience parlementaire à partir de l'Acte de l'Union, en 1791. Vallières fut aussi le 44e président de l'Assemblée Nationale.

Ville natale du député provincial de l'Union Nationale, en Abitibi, Jacques Miquelon, de 1948 à 1960. Il fut membre des cabinets ministériels des premiers-ministres Maurice Duplessis, Paul Sauvé et Antonio Barrette.

Ville où ont grandi André Bourbeau, député libéral de 1981 à 2003 et ancien Maire de Saint-Lambert, qui fut entre autres, ministre des finances au sein du gouvernement de Robert Bourassa, de même que Monique Bourbeau-Landry, ministre progressiste-conservatrice au sein du cabinet du premier-ministre Brian Mulroney de 1984 à 1993. Frère et sœur, ils sont respectivement neveu et nièce de Jacques Miquelon.

Ville natale de l'auteure romancière de type 'Chick-Lit', ((Amélie Dubois)).

Ville natale et où a grandi Mario Plourde, le président et chef de la direction du Groupe Cascades, multinationale spécialisée dans les pâtes et papiers, depuis 2012.





Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Kingsey Falls Tingwick Rose des vents
Saint-Félix-de-Kingsey N Asbestos, Wotton
O    Danville    E
S
Cleveland Saint-Claude Saint-Georges-de-Windsor