Arrien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arrien.
Arrien
Arrian7.jpg
Fonctions
Sénateur romain
Consul de l'Empire romain
Archonte éponyme
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Activités
Autres informations
Mouvement
Maître
Œuvres principales
Discourses of Epictetus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Arrien (en latin : Flavius Arrianus Xenophon ; en grec : Ἀρριανός) est un écrivain grec de l'époque romaine, né à Nicomédie vers 85, mort après 146. Fidèle d'Hadrien, il assuma de hautes fonctions administratives et militaires au sein de l'Empire romain. À la mort de l'empereur (138), il se retira à Athènes pour se consacrer à l'écriture. Son Anabase d'Alexandre est le récit antique le plus rigoureux que nous ayons des campagnes militaires menées par Alexandre le Grand. Arrien prit le surnom de Xenophon, en hommage à l'élève de Socrate. La plupart de ses œuvres portent le titre des œuvres de Xénophon (Anabase, Mémorables, Cynégétique...).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et années de formation[modifier | modifier le code]

Né à Nicomédie, alors capitale de la province de Bithynie en Asie mineure, Arrien est un homme de culture et de langue grecques. Ses parents sont des notables, qui possèdent la citoyenneté romaine. Il s'initie tôt au culte de Déméter et Koré, déesses principales de Nicomédie, dont il est plus tard prêtre. Il suit l'enseignement du philosophe stoïcien Épictète à Nicopolis, ville d'Épire, région du nord-ouest de la Grèce, et se charge de le transmettre à la postérité. En Grèce, il se lie d'amitié avec le futur empereur Hadrien, ce qui favorise son ascension politique.

Au service de l’Empire romain[modifier | modifier le code]

Vers l'an 107, Arrien s'engage en tant qu'officier de cavalerie. Ayant ainsi effectué son service militaire, indispensable pour pouvoir postuler à des responsabilités administratives, il poursuit sa carrière politique jusqu'à devenir proconsul en Bétique (Espagne) vers 129-130. Hadrien le nomme par la suite gouverneur de Cappadoce, aux frontières de l'Empire, de 131 à 137. Pour sécuriser la province, proche de l'empire rival des Parthes et assurer l'influence romaine sur le Pont-Euxin (l'actuelle Mer Noire), il dispose de deux légions. En 134, il repousse l'invasion des Alains qui, sous leur roi Pharasurane, avaient attaqué la Médie parthe, puis l'Arménie, enfin la Cappadoce. Il se retire à Athènes en 138, à la mort d'Hadrien, et se consacre à l'écriture. Il est archonte éponyme pour l'année 145/46.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Alexandri anabasis, 1575
  • Anabase ou Expédition d'Alexandre : description des campagnes militaires d'Alexandre le Grand, en sept livres. Arrien puise sa source dans les Mémoires d'Aristobule et de Ptolémée ; il offre le plus fiable des récits antiques (encore conservés à nos jours) de la conquête de l'Asie[1],[2].
  • Indica : servant de livre VIII à l’Anabase, rédigé en dialecte ionien (le dialecte d'Hérodote), il est en partie inspiré du récit de Néarque et de la Géographie de Strabon, ainsi que du récit que fit l'ambassadeur Mégasthène à la cour de l'empire de Chandragupta Maurya. L'étude de Mégasthène, richement documentée et fournissant des données uniques sur l'histoire de l'Inde, nous est connue principalement par son résumé dans l’Indica. — voir 8° livre de l'Anabase. L'Inde, trad. P. Chantraine, Les Belles Lettres, 1927, 152 p[3],[2].
  • Histoire de la succession d’Alexandre : œuvre inspirée par le récit de Hiéronymos de Cardia, connue seulement par un résumé de Photius[4].
  • Guerre des Romains et des Parthes, en 17 livres, ouvrage recensé dans la Bibliothèque de Photius (codex 58), mais perdu (aucun fragment).
  • Histoire de la Bithynie, sa région natale, des origines à l'annexion par Rome en 75 av. J.-C., en huit livres, ouvrage recensé par Photius (codex 93), et perdu.

Philosophie[modifier | modifier le code]

  • Entretiens d'Épictète : transcription de l'enseignement oral du maître, organisée à l'origine en huit ou douze livres, dont seulement quatre nous sont parvenus ; il s'agit probablement des notes d'Épictète lui-même, et Arrien n'en est que l'éditeur..
  • Manuel (Enchiridion) : cet ouvrage, édité sous le titre de Manuel d'Épictète, est un abrégé pratique des Entretiens, réalisé par Arrien[5].

Traités[modifier | modifier le code]

  • Traité de tactique : exposé sur les anciennes formations tactiques grecques et macédoniennes (§ 2-32), puis sur les manœuvres de la cavalerie romaine (§ 33-44), l'infanterie romaine ayant fait l'objet d'un autre de ses écrits, perdu.
  • Périple du Pont-Euxin (en grec : Περίπλους Εὐξείνου πόντου ; en latin Periplus Ponti Euxini): écrit en 131/132, après la mort de Cotys II du Bosphore, il s'agit d'une description de tout le littoral de la Mer Noire (développement à partir d'un rapport d'inspection de la zone littorale ente Trébizonde et Dioscurias, qu'il avait eu à rédiger en tant que gouverneur de Cappadoce)[6].
  • Cynégétique : bref traité sur la chasse, complément à celui de Xénophon.
  • Ordre de bataille contre les Alains (en grec : Έκταξις κατ' Αλανών; en latin : Acies contra Alanos): Quand Arrien était gouverneur de Cappadoce, celle-ci était en butte aux attaques de turbulents voisins : les Alains, des barbares. N'étant pas en mesure de les attaquer, il écrivit seulement un traité sur la manière dont il s'y prendrait pour les attaquer[7]. Photius signale qu'Arrien avait écrit un ouvrage plus général sur les Alains, dont ce fragment est peut-être extrait.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Expéditions d'Alexandre : trad. française
  2. a et b Texte grec et latin
  3. Indica : trad. anglaise
  4. Ouvrage résumée par Photius, Bibliothèque, codex 92 ; pour les fragments voir Felix Jacoby, Fragmente der griechischen Historiker, II B, 156.
  5. Au sujet des conditions de cette édition, voir Ilsetraut et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l'Antiquité, Livre de Poche, 2004.
  6. Le Périple du Pont-Euxin : Texte grec et traduction française d'Henry Chotard (Paris, Durand, 1860). Et aussi : Arrien, Périple du Pont-Euxin, Texte établi et traduit par A. Silberman, Les Belles Lettres, CUF, Paris, 1995
  7. Ordre de bataille contre les Alains : texte grectraduction anglaise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ilsetraut et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l'Antiquité, Livre de Poche, 2004.
  • Simone Follet, Arrien de Nicomédie in Richard Goulet (dir.) Dictionnaire des Philosophes Antiques, tome I. Paris, 1989, pp. 597-604.
  • Pierre Vidal-Naquet, « Flavius Arrien, entre deux mondes », dans la notice à Anabase, traduction de Pierre Savinel, Editions de Minuit, 1984.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Platon | Aristote | Stoïcisme | Néoplatonisme | Plotin | Épictète | Sénèque | Simplicius de Cilicie | Xénophon

Liens externes[modifier | modifier le code]