Hypéride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hypéride
Arte romana, iperide, II sec. ca..JPG

Hypéride

Fonction
Stratège
Biographie
Naissance
Décès
Époque
Nationalité
Athènes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dème
Activités
Enfant
Glaucippus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hypéride, en grec ancien Ὑπερείδης / Hypereídês, né à Athènes en 389, mort en 322 à Égine[1]) fut l'un des dix orateurs attiques et un homme d'État athénien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Glaucippe, Athénien de bonne famille, Hypéride suit l'enseignement de Platon et d'Isocrate, puis se spécialise dans la rhétorique. En -360, pendant la guerre sociale, il commence par attaquer en justice Autoclès, un général athénien ayant un commandement en Thrace, pour trahison. À partir de -346, il se range aux côtés de Démosthène, contre Philippe II de Macédoine. Il est membre du Conseil en -338, en conséquence de quoi il ne peut prendre part à la bataille de Chéronée[2]. En -324, l'affaire d'Harpale a raison de son amitié pour Démosthène : Hypéride figure parmi les dix accusateurs publics contre ce dernier. Après l'exil du grand orateur, il prend la tête du parti pro-macédonien[3]. Après la mort d'Alexandre le Grand en -323, il est le promoteur de la Guerre lamiaque contre Antipatros. Cette même année, le peuple le désigne pour prononcer l'éloge funèbre du stratège Léosthène et de ses soldats, tombés au cours de la guerre. Après la défaite décisive de Crannon, en -322, il est torturé (on lui arrache la langue) puis exécuté par le parti pro-macédonien, avec ses partisans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Hypéride était renommé pour l'adresse de ses discours, pleins d'élégance et d'aisance, et souvent d'ironie, ainsi que pour la solidité de leur composition. On lui reprochait néanmoins de manquer d'ampleur. Les anciens le classent deuxième derrière Démosthène dans le classement des orateurs, mais beaucoup le placent même premier devant Démosthène.

Dans l'Antiquité, 77 discours étaient attribués à Hypéride, la plupart d'authenticité douteuse. Nous n'en avons que quelques fragments, dont les plus importants proviennent de rouleaux de papyrus d'une tombe thébaine, en Égypte, découverte en 1849, et d'une autre découverte en 1856.

Parmi ces discours on trouve :

  • Contre Philippidès, procès en illégalité : Philippidès a proposé un décret attribuant une couronne honorifique à des proèdres, présidents d’une réunion de l’assemblée où l’on a voté des honneurs au roi de Macédoine.
  • Contre Athénogène dont une grande partie est conservée. Il l’a rédigé en tant que logographe pour un procès civil. Le client d’Hypéride s’intéressait à un esclave d’Athènogène mais celui-ci le lui vend avec un contrat compliqué qui lui coûte finalement très cher. Il accuse Athénogène de l’avoir escroqué.
  • Contre Démosthène. Hypéride s’attaque à Démosthène en 323 av. J.-C. dans le cadre de l’affaire d'Harpale où Démosthène est accusé de corruption. Il fait en effet partie des accusateurs désignés par le peuple. Démosthène est alors condamné à une lourde amende.
  • L'oraison funèbre des morts de la guerre lamiaque
  • Pour Lycophron et un Pour Euxénippe, deux discours où il défend des accusés de Lycurgue.
  • Un plaidoyer pour une courtisane, Phryné, dont il était un des amants, poursuivie pour impiété.

L’un de ses discours, Contre Dorothée, est discuté : il pourrait appartenir à Philinos d'Athènes.

Récemment, l'étude du palimpseste d'Archimède par Natalie Tchernetska a permis d'identifier par-dessous les textes de prières byzantins dix pages jusqu'alors inédites des fragments de la fin du Contre Diondas et du début du Contre Timandre, discours dont on ne connaissait que de brefs extraits[4]. D'après la forme d'écriture employée, Nigel Wilson date cette version manuscrite du XIe siècle. Ces fragments, d'une lecture difficile en raison du mauvais état du palimpseste, ont été publiés une première fois en 2005 par Natalie Tchernetska, puis en version corrigée en 2007 et en 2008[5].

Liste de ses discours connus :

  • Contre Antias
  • Contre Archéstratidès
  • Contre Aristophon
  • Contre Athénogène
  • Contre Autoclès
  • Contre Démade
  • Contre Démétrias
  • Contre Démosthène
  • Contre Diondas
  • Contre Diopéithès
  • Contre Philippidès
  • Contre Philocratès
  • Contre Timandre
  • Déliaque (Pour Délos)
  • Oraison funèbre de Léosthénès et ses hommes
  • Pour/Contre Aristogiton
  • Pour Chairéphilos
  • Pour Euxénippe
  • Pour Lycophron
  • Pour Phryné =Contre Euthias

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque de Chéronée, Démosthène, Chap. xxviii.
  2. Lucien de Samosate 2015.
  3. Lucien de Samosate 2015, p. 454.
  4. (en) Natalie Tchernetska, « New Fragments of Hyperides from the Archimedes Palimpsest », ZPE 154, 2005, pp. 1-6
  5. Demont 2011, p. 23

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Études sur les orateurs attiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Edwin Carawan, The Attic Orators, Oxford, Oxford University Press, coll. « Oxford Readings in Classical Studies », , 480 p. (ISBN 978-0199279937)
  • Christian Habicht, Athènes hellénistique. Histoire de la cité d'Alexandre le Grand à Marc-Antoine, Paris, Belles Lettres, coll. « Histoire », (1re éd. 1995) (ISBN 2-251-38077-9)
  • (en) Stephen Usher, Greek Oratory: Tradition and Originality, Oxford, Oxford University Press, , 404 p. (ISBN 978-0199250028)

Études sur Hypéride[modifier | modifier le code]