Antoine Wauters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Wauters
Description de l'image Avant-première Préjudice.jpg.
Naissance
Liège
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  1. "Nos mères" (2014), "Pense aux pierres sous tes pas" (2018)

Antoine Wauters, né le à Sprimont (Belgique), est un écrivain et scénariste belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Wauters a étudié la philosophie à l'Université Libre de Bruxelles.

Ses études terminées, il effectue des remplacements dans l'enseignement, devenant tour à tour professeur de français, de religion, puis de philosophie, à la Haute École Charlemagne.

Il publie ses premiers livres en 2008, trois recueils de poésie. L'un d'eux, Debout sur la langue, reçoit le Prix Emile Polak de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

En 2012, son récit Césarine de nuit, chez Cheyne Éditeur, reçoit le Prix Marcel Thiry et le Prix de littérature française de la ville de Tournai, avant d'être lu dans divers festivals par la comédienne Isabelle Nanty[1],[2]. Dans le cadre de l'exposition consacrée aux photographies de l'artiste américain Cy Twombly organisée par Bozar[3], il publie parallèlement Poésie pour Cy Twombly.

Nos mères, son premier roman, paraît chez Verdier en 2014. Rapidement remarqué, le livre reçoit le Prix Première de la RTBF, le Prix Révélation de la SGDL et est finaliste du Prix des cinq continents de la Francophonie, faisant d'Antoine Wauters « la révélation littéraire belge de ces dernières années », selon Mariane et le Focus Vif[4].

Scénariste, il a cosigné Préjudice, long métrage d'Antoine Cuypers (2015) qui réunit Nathalie Baye, Arno, Thomas Blanchard, Ariane Labed et Éric Caravaca.

Antoine Wauters marque la rentrée littéraire de septembre 2018 en publiant non pas un, mais deux romans : Pense aux pierres sous tes pas et Moi, Marthe et les autres, tous deux chez Verdier. Les deux livres reçoivent un accueil enthousiaste, tant en France qu'en Belgique. Pense aux pierres sous tes pas est notamment finaliste du Prix Décembre[5],[6],[7],[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans et récits[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Scénarios[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Éditeur[modifier | modifier le code]

Directeur de la Collection Grise, chez Cheyne, pendant deux ans, Antoine Wauters démissionne en 2015, pour se consacrer à la collection IF, où il édite des "textes à la croisée des genres, des textes transfrontaliers". Parmi les auteurs publiés, on trouve notamment Fiston Mwanza Mujila, Nicole Caligaris, Doina Ioanid et Ritta Baddoura.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Isabelle Nanty lit Antoine Wauters », sur cwb.fr (consulté le 22 novembre 2018).
  2. http://www.passaporta.be/fr/agenda/isabelle-nanty-antoine-wauters/
  3. « Poésie pour Cy Twombly », sur bozar.be (consulté le 22 novembre 2018).
  4. http://www.editions-verdier.fr/v3/oeuvre-nosmeres.html
  5. « Roman. La « drôle de langue » d’Antoine Wauters », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  6. « Antoine Wauters : « J’écris pour tuer la part non vivante qui m’habite » », DIACRITIK,‎ (lire en ligne).
  7. « Livrés à domicile avec Antoine Wauters », RTBF TV,‎ (lire en ligne).
  8. « Livres : Antoine Wauters "Pense aux pierres sous tes pas" et "Moi, Marthe et les autres" / Du commencement / Afghanistan : des élections pour tester le pays ? / Ne pas oublier le Yémen », France Culture,‎ (lire en ligne).
  9. La langue contre la langue, Laurent Demoulin, Culture ULG
  10. http://www.arllfb.be/prixlitteraires/prixpolak/2008.html
  11. http://www.liege.be/nouveautes/Antoine-Wauters-laureat-du-prix-marcel-thiry-2013
  12. http://www.rtc.be/reportages/culture/1457959-antoine-wauters-laureat-du-prix-marcel-thiry
  13. http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=27833&Itemid=31
  14. « Et le lauréat du Prix Première 2014 est ... Antoine Wauters ! », sur La Première, (consulté le 21 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]