Société des gens de lettres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SGDL)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Société des gens de lettres
upright=Article à illustrer Organisation
Hotel de Massa 2009.jpg
Histoire
Fondation
31 décembre 1837
Cadre
Type
Objectif
La Société des gens de lettres a pour vocation la promotion du droit d’auteur et la défense des intérêts des auteurs.
Siège social
Pays
Organisation
Membres
6 000 adhérents sur toute la France
Président
Représentativité
Membre du CSPLA (Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique) du CPE (Conseil Permanent des Écrivains) et de l’European Writers Council (EWC).
Site web

La Société des gens de lettres (SGDL)[1] est une association française de promotion du droit et de défense des intérêts des auteurs. Elle a été fondée à Paris le , sur une idée de Louis Desnoyers, soutenue par Honoré de Balzac et un comité d'écrivains. C'est une association privée reconnue comme établissement d'utilité publique par décret en date du .

Le siège est situé, depuis 1928, à l'hôtel de Massa (Paris).

Historique[modifier | modifier le code]

Jules Claretie, président de la Société des gens de lettres en 1888.

Fondation[modifier | modifier le code]

Place en hommage à Desnoyers, 10 rue de Navarin (Paris).

Sous lé régime de la révolution de Juillet, en pleine vague romantique, le 10 décembre 1837, Louis Desnoyers réunit chez lui une assemblée d'écrivains composée de Louis Viardot, Émile Marco de Saint-Hilaire, Élie Berthet, Alphonse Royer, Emmanuel Gonzalès, Louis Reybaud, Louis Bergeron et Honoré de Balzac. Un comité chargé d'élaborer les statuts de l'association fut constitué, auquel se joignirent Jules-Antoine David (1811-1890), Léon Gozlan et André Delrieu[2]. La Société des gens de lettres est officiellement fondée le 31 décembre 1837, les statuts d'une « société civile » étant déposés conformément au code pénal en vigueur le 28 janvier 1838 devant maître Maréchal, notaire[3]. Dans cette première aventure, c'est Balzac qui se montra le plus enthousiaste. La première assemblée générale nomme Abel François Villemain président et Desnoyers vice-président le 16 avril 1838, et comptabilise déjà près de 200 membres. Une deuxième assemblée générale se tient le 17 mars 1839, le comité administratif de 24 membres est renouvelé, et sont élus Balzac (nommé président), George Sand, Cauchois-Lemaire, Henry Celliez[4], Roger de Beauvoir, Henri Martin, Hippolyte Fortoul, et François-Théodore Claudon. Entré au comité directeur en 1839, Victor Hugo y restera près de quinze ans[5]. Chaque nouveau membre admis devait régler 50 francs à l'année[3]. Un personnage possède ici un rôle important : c'est Louis-Antoine Pommier, ancien avoué, nommé agent central de la Société, c'est lui qui la représente légalement et il est le seul à percevoir un appointement[3].

Les premières réunions se tiennent soit en des restaurants qui disposent de salles : ainsi, en janvier 1839, c'est le traiteur Lemardeley, rue de Richelieu, qui accueille l'assemblée générale et les discussions portent sur les journaux qui reproduisent sans autorisation des textes, soit au 21 rue de Provence, adresse qui semble être celle du premier siège, en tous les cas où réside Pommier[3]. Les réactions du monde des lettres ne tardent pas, la plus virulente émane du critique Jules Janin[6]. Il faut dire qu'en 1839, la Société, qui ne dispose que d'une trésorerie ridicule[5], se lance dans un programme éditorial ambitieux, programmant la publication de nouvelles, en douze volumes, sorte de recueils collectifs composés à partir de textes écrits par les sociétaires. Le problème est que ces publications, pourtant vendues... ne donnent droit à aucune rétribution. En quelques mois, les dessinateurs des vignettes prévues refusent à ce titre de livrer leurs travaux[7],[8].

Alexandre Dumas père devient brièvement le troisième président le et fait immédiatement campagne en faveur de la propriété littéraire et des droits des auteurs. Cette année-là paraît Babel chez Jules Renouard[9], qui est la première publication périodique officielle de la Société. Le premier numéro, qui contient comme prévu des nouvelles, s'ouvre par une introduction que Jules Clarétie[5] estime écrite par Balzac et qui se termine par ces mots :

« L'esprit de corps rehausse l'individu, en ajoutant à sa responsabilité personnelle une responsabilité collective. Il est temps, pour tout le monde, de compter avec l'intelligence qui n'a jamais su compter avec personne. »

De 1841, année où démissionne Balzac pour « inefficacité de la Société » à 1869, le siège de la SGDL se situe 14 cité Trévise. En décembre 1843, la SGDL prévoit outre une caisse de secours pour venir en aide à ses sociétaires dans le besoin ainsi qu'une assistance juridique, de rendre hommage aux écrivains décédés et injustement calomniés : ainsi fut fait de Marie-Joseph Chénier, dans une ambiance où grondait l'esprit républicain[10]. Deux ans plus tard, le bibliophile Jacob, et néanmoins sociétaire, rappelait, non sans humour, que Narcisse-Achille de Salvandy, ministre de l'Instruction publique mais également sociétaire, versait à la dite caisse, la somme de... 2 000 francs ![11] Année faste, qui permet l'édition d'un Bulletin mensuel qui va durer jusqu'en mars 1892[12].

En 1847, est fondé le Cercle de la librairie (Paris) qui tente de devenir un interlocuteur de la SGDL, entre autres sur les questions de droits à l'international.

En mars 1865, c'est Paul Féval qui est élu président et en 1869, le siège déménage au 10 cité Rougemont[5]. En 1888, Guy de Maupassant devient sociétaire de la SGDL. Il est parrainé par François Coppée et Jules Claretie.

Affaire du Balzac de Rodin[modifier | modifier le code]

Émile Zola est admis, en qualité de sociétaire, le et est élu au comité le lendemain. Le 17 juin, il est élu président de la SGDL. Alexandre Dumas avait, dès le lendemain de la mort de Balzac, tenté de lancer une souscription en faveur d'une sculpture. Échec. Quand Zola arrive à la Société, il relance l'idée en contactant le sculpteur Henri Chapu, qui meurt quelque jours plus tard. Il est donc décidé que ce sera Auguste Rodin qui réalisera une statue de Balzac, Rodin que l'on cherche à convaincre par le biais de Frantz Jourdain ; en juillet, il accepte. En mai 1893, le comité revient consterné d'une visite à l'atelier de Rodin dont le retard est jugé considérable. Zola lui obtient un délai supplémentaire de deux ans. Rodin s'attèle enfin à de multiples études, et fait finalement le choix de représenter l’auteur dans sa robe de moine dominicain qu’il revêtait pour écrire. Un an plus tard, une nouvelle commission de la SGDL, venue constater l'avancée du projet, juge l'œuvre du sculpteur « artistiquement insuffisante », la considérant comme « une masse informe, une chose sans nom, un colossal fœtus »[13]. C'est ce qui entraine la démission de Zola. Les choses se calment, Zola est réélu membre du Comité de la SGDL le puis à nouveau président le . Il exerce son dernier mandat au comité exécutif le . Le plâtre du Balzac de Rodin est présenté au Salon de la Société nationale des beaux-arts en mai 1898, et déchaîne un torrent de propos haineux. Il fallut attendre 1939 pour que le bronze soit enfin édité et disposé boulevard Raspail[14].

Question des femmes[modifier | modifier le code]

L'accès des femmes au comité exécutif de la SGDL fut laborieux. En 1846, on compte sur près de 300 membres, seulement 20 femmes[3].

Des écrivaines tentèrent au tout au long du Dix-neuvième siècle d'être élues mais leurs échecs ne sont pas dus aux « indélicatesses » de George Sand : juste après la mort de cette dernière, la SGDL est la première à lancer une souscription pour élever un monument en son honneur. Membre à part entière dès les origines, George Sand, cependant, se retrouve dans une situation très étrange en 1849 : alors qu'elle et l'éditeur Casimir Delavigne portent plainte contre un journal pour reproduction non autorisée de La Mare au diable, elle demande une aide juridique de 3 000 francs à la Société qui se retrouve sans aucune ressources ; le baron Taylor lui vient alors en aide... en attendant un hypothétique remboursement de Sand. L'ironie de l'histoire est que le journal en question était dirigé par M. Pommier [?], agent de la SGDL chargé lui-même de négocier ce genre de droits de reproduction[15],[16] !

Il est juste en revanche de signaler qu'il fallut attendre l'élection de Mme Daniel Lesueur en 1907 pour qu'une tel événement advienne. Non seulement celle-ci accède aux fonctions de secrétaire en 1907-1908 (présidence de Victor Margueritte) puis de vice-présidente en 1908-09, 1909-10 et 1913-14 (présidence de Georges Lecomte), mais c'est encore elle qui présidera (de 1913 à sa mort) une œuvre philanthropique qui existe toujours : le « Denier des veuves de la SGDL ». Ce fut la fin de l'ostracisme qui visait les femmes de lettres. D'autres élues suivront, telles Mme Jean Dornis (présidente active du Denier des veuves de la SGDL, de 1922 à 1928), Lya Berger (rapporteur en 1921-22 sous la présidence d'Edmond Haraucourt), Jeanne Landre (seconde femme vice-présidente en 1925-26, et à nouveau en 1935-36). Camille Marbo devient la première femme présidente en 1937, réélue en 1938 et 1946. Ces dernières années sont marquées par les présidences de Régine Deforges (élue en 1989) et Marie Sellier (élue en 2014).

Parmi les grands noms de la littérature contemporaine, notons par exemple la présidence de François Mauriac élu en 1932 ou celle d'un oulipien, Paul Fournel, élu en 1992.

Siège[modifier | modifier le code]

Hôtel Thiroux de Montsauge dit hôtel de Massa, siège de la Société des gens de lettres, photographie d’Eugène Atget (1906) avant son déplacement.
L'hôtel de Massa, siège de la SGDL, côté droit, servant d'entrée au 38, rue du Faubourg-Saint-Jacques.

La SGDL occupe l'hôtel de Massa depuis juin 1930[17] : c'est une construction du XVIIIe siècle de style classique qui a eu l'étrange destin d'avoir été déplacé pierre par pierre en 1928, de son emplacement d'origine, sur les Champs-Élysées, à son emplacement actuel, au bout du jardin de l'Observatoire de Paris, 38 rue du Faubourg-Saint-Jacques, dans le 14e arrondissement à Paris.

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Représentante des écrivains[modifier | modifier le code]

La SDGL est, en France, la seule association d'auteurs gérée par des auteurs, dont la vocation est de défendre le droit moral, les intérêts patrimoniaux et le statut juridique et social de tous les auteurs de l'écrit. Elle exerce une action de vigilance, de réflexion et de proposition de lois et avantages nouveaux au bénéfice de la communauté des auteurs. Elle propose ainsi aux auteurs un service de protection de leurs idées par un dépôt des manuscrits qui leur garantit l'antériorité.

Dirigée par un Comité bénévole de vingt-quatre écrivains, elle est présidée, depuis 2020, par Christophe Hardy.

La SGDL exerce également un rôle international, défendant les droits et le statut des auteurs dans différentes instances européennes.

Membres[modifier | modifier le code]

Pour faire partie de la Société, il faut être auteur d'œuvres écrites, qu'elles soient littéraires, radiophoniques ou même multimédia, à condition qu'elles aient fait l'objet d'un contrat (les éditions à compte d'auteur ne sont pas prises en compte). La SGDL propose à ses membres des bureaux d'aide sociale, d'aide juridique et un service de dépôt des œuvres afin d'en garantir l'antériorité en cas de litiges. Elle organise chaque année diverses manifestations culturelles et l'attribution d'un certain nombre de prix à des œuvres publiées à compte d'éditeur, pour un montant de 75 000 euros.

Les membres sont composés de « stagiaires », d'« adhérents » et de « sociétaires ». La qualité de « stagiaire » requiert un livre édité en volume à l'exclusion des éditions à compte d'auteur. La qualité d’« adhérent », 3 livres ; la qualité de « sociétaire » est conditionnée par la publication de 6 livres édités en volumes pour lesquels l’auteur est rémunéré selon le même principe que les catégories précitées[19].

Actions[modifier | modifier le code]

Droits numériques des auteurs[modifier | modifier le code]

L’enjeu des années futures est le passage à la numérisation. La SGDL n’a pu obtenir satisfaction dans ses discussions avec le Conseil permanent des écrivains et le Syndicat national de l'édition sur le « contrat séparé », la durée limitée et la rémunération des auteurs. Depuis l’automne 2011, elle travaille en lien avec le professeur Jean-François Sirinelli sur une adaptation indispensable du contrat d’édition à l’univers numérique. N’ayant pu obtenir satisfaction, la SGDL a, en quelque sorte, devancé les accords en communiquant aux auteurs des recommandations pour la négociation des droits numériques[20].

Prix des livres numériques[modifier | modifier le code]

La SGDL s’est montrée favorable à la loi du qui permet de garantir une assiette fixe pour le calcul des droits des auteurs, et d’assurer la diversité de l’édition et de la création à condition que les librairies puissent jouer un rôle essentiel dans l’univers numérique. En outre, l’article 5 bis garantit dans le contrat d’édition une rémunération « juste et équitable » pour les auteurs et une reddition des comptes « explicite et transparente » lors de l’exploitation numérique de leurs livres.

Exploitation numérique des livres indisponibles[modifier | modifier le code]

La SGDL, avec le Syndicat national de l'édition (SNE), le ministère de la Culture, le Commissariat général à l’investissement et la BnF, essaie de trouver un terrain d’entente sur la numérisation et l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle. La SGDL confirme son accord à la seule condition que les auteurs puissent refuser, sans justification, la mise en ligne, et que ceux-ci soient rémunérés.

Alors que la SGDL affirme que cette loi est conforme au droit d'auteur[21], certains estiment qu'elle le contredit sur de nombreux points[22].

Depuis le , par arrêté ministériel[23], la Sofia s'est vu confier la gestion des livres indisponibles tels que la loi les a définis[24].

Formation continue des auteurs[modifier | modifier le code]

Il est question de mettre en place une formation continue pour les artistes auteurs en . La SGDL, tout en ne remettant pas ce projet en cause, insiste sur la nécessité que la charge financière incombant aux auteurs soit supportable pour tous. Elle propose que le taux de la cotisation prélevée sur les droits d’auteur, prévu à 0,45 %, soit ramené à 0,35 %. Par ailleurs, cette formation ne saurait concerner que les affiliés dans la mesure où la cotisation est exigée de tous.

Reddition des comptes[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d’un travail commun entre la SGDL et le SNE a été établi un document commun relatif à la reddition des comptes[25],[26]. En cas de litige, les auteurs et leurs éditeurs disposent désormais d’un document commun validé par le SNE.

Prix décernés[modifier | modifier le code]

Session de printemps[modifier | modifier le code]

Session d'automne[modifier | modifier le code]

  • Prix Révélation (quatre prix pour récompenser des nouveaux talents littéraires)
  • Grand Prix SGDL du premier roman
  • Prix du Premier recueil de nouvelles
  • Prix Révélation de poésie
  • Prix André-Dubreuil du premier roman

Prix de traduction[modifier | modifier le code]

  • Prix Nerval/Goethe Institut, de traduction de l'allemand
  • Prix Baudelaire, de traduction de l'anglais
  • Prix Maurice-Edgar-Coindreau de traduction de l'américain

Anciens prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Un certain nombre de dossiers de membres de la Société des gens de lettres sont conservés aux Archives nationales sous la cote 454AP[27].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Larousse 2009 a une entrée (classée à la lettre G) intitulée « gens de lettres (Société des) [SGDL] ». Le Dictionnaire Hachette 2009 a une entrée (classée à la lettre S) intitulée « Société des gens de lettres (SGDL) ». Le Robert encyclopédique des noms propres 2009 a une entrée (classée à la lettre G) intitulée « Gens de lettres (Société des) [SGDL] ».
  2. « Delrieu, André (?-?) », Catalogue général de la BNF.
  3. a b c d et e « Historique, règlement et liste des membres de la SGDL », Achile Comte, Annuaire des sociétés savantes, Paris, Victor Masson, 1846, pp. 197-214en ligne.
  4. « Celliez, Henry (1806-1884) », Catalogue général de la BNF.
  5. a b c et d Jules Clarétie, La Vie à Paris - « Le déménagement de la Société des gens de lettres - Le présent et le passé », In: Le Temps, Paris, 16 octobre 1885, p. 2sur Gallica.
  6. Selon Le Biographe universel, Paris, janvier 1841, p. 203.
  7. Charles Malo, La France littéraire, tome XXXIV, Paris, 1839, p. 587sur Gallica.
  8. Joël Cherbuliez (dir.), Revue critique des livres nouveaux, Paris, novembre 1839, pp. 338-339sur Gallica.
  9. Babel, publication de la Société des gens de lettres, tome premier, Paris, Jules Renouard, 1840 — sur Gallica.
  10. Le Constitutionnel, Paris, 15 décembre 1843, n° 349, p. 1.
  11. Bulletin des arts, Paris, 1845, p. 268-269.
  12. Bulletin de la Société des gens de lettres, Catalogue général de la BNF.
  13. Lire le Monument à Balzac par Rodin (avec notes, références et bibliographie).
  14. Détails de toute l'affaire sur Rétronews / Gallica.
  15. Le Bulletin de la Société des gens de lettres, Paris, mai 1848, p. 36-37.
  16. Le Bulletin de la Société des gens de lettres, Paris, octobre 1849, p. 446.
  17. Société des gens de lettres de France. Inauguration de l'hôtel de Massa... 21 juin 1930, Catalogue général de la BNF.
  18. https://www.sgdl.org/sgdl-accueil/la-sgdl/la-sgdl-et-son-histoire/les-presidents#presidents-a-partir-de-2000.
  19. Statuts de la SGDL, art. III.
  20. Voir sur sgdl.org.
  21. « explications données par la SGDL sur son site ».
  22. « Point de vue d'un juriste ».
  23. « agrément de la Sofia pour la gestion des indisponibles ».
  24. La Sofia, Société française des intérêts des auteurs de l'écrit, a été créée en 1999 par la SGDL, rejointe quelques années plus tard par le SNE.
  25. Voir sur sgdl.org.
  26. Sur le Code de la propriété intellectuelle et le Code des usages.
  27. Archives nationales

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]