Ritta Baddoura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ritta Baddoura
Ritta Baddoura - Comédie du Livre 2010 - P1390414.jpg
Ritta Baddoura à la Comédie du livre de Montpellier de 2010.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinction

Ritta Baddoura (née en à Deir-el-Qamar au Liban) est une poétesse, journaliste littéraire et chercheuse en psychologie libanaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ritta Baddoura commence à écrire dès l'école primaire des poèmes qui évoquent la guerre du Liban[1]. Elle étudie la peinture et le piano pendant son enfance et sa jeunesse à Beyrouth. Elle publie de courts recueils de poésie en français, Étoiles d’araignée en 2000[2], et La naissance du dé en 2003[3].

Elle obtient en 2005 la médaille d'or en littérature, aux cinquièmes jeux de la francophonie à Niamey, pour sa nouvelle Quinze[4]. Découvrant le Niger avec une autre lauréate de ces Jeux dans la catégorie photographie, elle publie avec elle un ouvrage mêlant photographies et poèmes, Ici désert : des rives du Niger au large du Ténéré en 2010[5].

Pendant le conflit israélo-libanais de 2006, elle ouvre un blog de poésie, Ritta parmi les bombes[6],[7], qui sera publié en 2008 aux éditions Dar al-Saqi. Enlèvement, œuvre dramatique inspirée de la guerre de l'été 2006, obtient une bourse du Centre des auteurs dramatiques de Montréal sous la direction de Wajdi Mouawad en 2007.

Depuis 2007, elle écrit régulièrement des articles pour L'Orient littéraire.

En 2007, elle est boursière en littérature de l’Akademie Schloss Solitude (de)[8], Allemagne où elle passe une année durant laquelle elle écrit et présente des lectures et performances autour de ses textes lors de différents festivals de littérature et d'art. Elle revient par la suite à l'Akademie Schloss Solitude pour des collaborations artistiques ponctuelles.

Elle obtient en 2015 le prix Max-Jacob, dans la catégorie Découverte, pour Parler étrangement[9], qui évoque sa relation à sa langue maternelle, l'arabe libanais, et à la langue française.

Ses poèmes ont été traduits en arabe, allemand, anglais, espagnol, danois et islandais pour des anthologies ou des magazines littéraires.

En parallèle de ses activités littéraires, Ritta Baddoura obtient un master en psychologie clinique et pathologique à l’université Saint-Joseph de Beyrouth en 2006. Après quelques années d'exercice comme psychologue à Beyrouth, elle quitte le Liban pour l'Allemagne en 2007, puis réside en France fin 2008 afin de suivre un master recherche à l'université Paul-Valéry-Montpellier en 2009. Elle obtient un doctorat en psychologie en 2013 dans le même établissement[10], menant des recherches sur les interactions entre humains et robots, avec une approche interdisciplinaire mêlant psychologie, sociologie et éthique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Francesca Tumia, « Ritta parmi les bombes et Parler étrangement : les nouvelles possibilités du poème explorées par Ritta Baddoura », Il Tolomeo, vol. 18,‎ (lire en ligne)
  2. G. D., « Signature « Étoiles d'araignée » de Rita Baddoura, à la Galerie Emmagos, demain, de 18 à 21 heures Instinct de poésie », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  3. Edgar Davidian, « « La naissance du dé », de Ritta Baddoura La dentellière des mots », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  4. « Lauréats libanais », sur Le Liban aux jeux de la Francophonie (consulté le 18 février 2018)
  5. Fifi Abou Dib, « Deux voix pour un silence », L'Orient littéraire,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  6. « Ritta parmi les bombes », sur ChezBlog (consulté le 18 février 2018)
  7. Michael Slackman, « Lebanon tries to understand its agony through art - Africa & Middle East - International Herald Tribune », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  8. « Ritta Baddoura », sur Akademie Schloss Solitude (consulté le 27 avril 2019)
  9. « Maison de la Poésie d'Amay - Parler étrangement - Ritta Baddoura », sur maisondelapoesie.com (consulté le 27 avril 2019)
  10. Rita Baddoura-Gaugler, L'homme et le robot humanoïde : Transmission, Résistance et Subjectivation, Thèse de doctorat de l'Université Paul-Valéry (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]