Affaire Otto Warmbier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Affaire Otto Warmbier concerne l'arrestation en Corée du Nord d'un étudiant américain, Otto Warmbier, accusé d'avoir essayé de voler une affiche de propagande dans le hall de l’hôtel dans lequel il résidait.

Otto Warmbier, inculpé d'« actes hostiles » contre la Corée du Nord, est condamné à 15 ans de travaux forcés. Tombé dans le coma, il est rapatrié en juin 2017 et meurt six jours après son arrivée.

Emprisonnement en Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Otto Frederick Warmbier, né le à Cincinnati, suit un cursus d'économie à l'université de Virginie. En décembre 2015, il part pour un voyage organisé par Young Pioneer Tours (en), une agence basée en Chine, pour fêter le nouvel an à Pyongyang. Le voyage était prévu pour durer cinq jours, et Otto Warmbier devait revenir aux États-Unis le [1]. Il aurait tenté de voler une affiche de propagande politique nord-coréenne dans l'hôtel international Yanggakdo[2]. Arrêté, il est condamné à quinze ans de travaux forcés pour subversion le [3].

Il apparaît pendant une trentaine de minutes dans une vidéo tournée le à Pyongyang qui a été transmise à un journaliste de CNN. Il se dit bien traité par le gouvernement nord-coréen et avoue avoir été manipulé par une organisation universitaire secrète et la CIA afin d'accomplir l'acte hostile qui a conduit à son arrestation[4]. On ne sait pas si Warmbier a fait ces aveux sous la contrainte[5]. Cependant, le directeur adjoint de Human Rights Watch, Phil Robertson, a déclaré que l'audience avait été totalement arbitraire[6].

Entré dans un coma profond pendant sa détention, Otto Warmbier est libéré et renvoyé dans son pays en juin 2017[7]. Les autorités nord-coréennes affirment que le coma est causé par la conjonction de botulisme et de la prise de somnifères. Pris en charge par l'université de Cincinnati dès le 13 juin, en vue d'évaluation et de traitement, on lui diagnostique de sévères dommages neurologiques. Son père pense qu'il a été terrorisé et brutalisé.

Le 19 juin 2017, six jours après son retour aux États-Unis, Otto Warmbier meurt à l'âge de 22 ans[8].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la mort de l'étudiant, le président américain Donald Trump dénonce le « régime brutal » de Pyongyang[1].

L'agence Young Pioneer Tours, fondée par un expatrié britannique à Xi'an, annonce le 20 juin 2017 refuser les citoyens américains, mais continue de proposer ses voyages en Corée du Nord à des touristes occidentaux d'autres nationalités[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gilles Paris (Washington correspondant), « Donald Trump dénonce le « régime brutal » de Pyongyang après la mort d’Otto Warmbier », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  2. (en) Choe Sang-hun et Rick Gladstone, « North Korea Sentences Otto Warmbier, U.S. Student, to 15 Years’ Labor », sur The New York Times, (consulté le 17 avril 2016)
  3. (en) « Explainer: Who is Otto Warmbier and what happened to him in North Korea? - Independent.ie », Independent.ie,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Will Ripley, « First on CNN: U.S. student detained in North Korea confesses to 'hostile act' », sur cnn.com, (consulté le 20 juin 2017).
  5. (en) « North Korea sentences U.S. student to 15 years hard labor », CNN, 17 mars 2016.
  6. (en) Phil Robertson, « Death of Otto Warmbier Highlights North Korea Rights Abuses », Human Rights Watch, 20 juin 2017.
  7. « Corée du Nord : l'Américain Otto Warmbier libéré pour raisons "humanitaires" », Courrier international,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « Otto Warmbier Dies Days After Release From North Korea », sur NPR.org (consulté le 20 juin 2017).
  9. Heike Schmidt, Chine: Young Pioneer Tours et ses voyages «hors du commun» en Corée du Nord, RFI, 21 juin 2017