Infiltration de Gangneung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Infiltration de Gangneung
Description de cette image, également commentée ci-après
Le sous-marin de classe Sang-O échoué sur la côte sud-coréenne
Informations générales
Date 17 septembre -
Lieu Gangneung, en Corée du Sud
Issue Victoire sud-coréenne
Belligérants
Drapeau de la Corée du Sud Corée du SudDrapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Forces en présence
40 000 soldats1 submersible
26 soldats
Pertes
12 morts
41 blessés
24 morts
1 prisonnier
1 submersible capturé
4 civils sud-coréens tués

Guerre du Crabe

Batailles

Coordonnées 37° 43′ 07″ nord, 129° 00′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

(Voir situation sur carte : Corée du Sud)
Infiltration de Gangneung

L'infiltration de Gangneung a eu lieu en dans la ville de Gangneung en Corée du Sud.

Historique[modifier | modifier le code]

Les côtes et la plage de Gangneung en 2008.

Elle a commencé lorsque 26 militaires nord-coréens ont débarqué sur les côtes à proximité de Gangneung depuis le sous-marin de reconnaissance no 1, de la seconde équipe du 22e escadron du département maritime du Bureau de Reconnaissance, le service des forces spéciales de l'Armée populaire de Corée chargé des infiltrations en territoire étranger ; le navire était un sous-marin de poche de la Marine populaire de Corée de la classe Sang-O de 35,5 mètres de long déplaçant 370 tonnes en plongée[1] qui a quitté Toejo-Dong, le quartier-général de la Flotte de l'Est près de la ville de Hamhung le 13 septembre 1996[2].

La mission consiste à infiltrer un commando de trois agents le 15 septembre visant à espionner des installations militaires, mais leur submersible s'étant échoué sur des rochers sous l'eau lors de la récupération du commando, le 17 septembre, il n'a pas pu repartir obligeant son équipage à l'abandonner.

Le capitaine du bâtiment était le capitaine Chong Yong Ku avec 21 membres d'équipage, dont 2 formés pour escorter l'équipe de reconnaissance. Le directeur du Département maritime, le colonel Kim Dong Won, et le vice-directeur étaient également à bord ainsi que l'équipe de reconnaissance de trois hommes des forces spéciales[2].

Le submersible nord-coréen exposé au parc de Gang-Neung.

Les commandos dont certains avaient l'uniforme militaire sud-coréen ont exécuté onze de leurs camarades de bord sur une colline à huit kilomètres du lieu de l'échouage afin de faciliter leur propre évasion[2]. Le sous-marin est remarqué par un chauffeur de taxi qui donne l'alerte le 18 septembre[3]. Une chasse à l’homme de 53 jours a suivi entrainant la mort de 16 Sud-Coréens (dont 4 civils) tués par les militaires nord-coréens (trois tués le 8 octobre sur une colline comme « punition ») et 4 militaires décédés accidentellement. Environ 60 000 militaires sud-coréens sont mobilisés lors de cet incident essentiellement pour boucler la zone coréenne démilitarisée[4]. Un Nord-Coréen a été capturé et un autre a réussi à échapper aux recherches[2],[5].

On soupçonne l'empoisonnement de l'agent consulaire sud-coréen Choe Deok-geun (en) le 1er octobre 1996 à Vladivostok d’être une action de représailles organisé par les services de renseignement nord-coréens.

Bilan des pertes nord-coréennes[modifier | modifier le code]

Sur les 26 militaires nord-coréens infiltrés, un est capturé, onze sont assassinés ou victimes d'un meurtre-suicide, treize sont tués lors de combats avec l'armée sud-coréenne, le dernier, nommé Li Chul Jin selon un expert américain, a réussi à s'échapper vers la Corée du Nord[6]. L'infiltration a duré 49 jours du 18 septembre au 5 novembre[2].

  • 18 septembre : 11 marins de l'équipage sont exécutés, 1 soldat nord-coréen est capturé par la police locale.
  • 19 septembre: 7 pertes dans trois fusillades séparées.
  • 22 septembre : 2 pertes.
  • 28 septembre : 1 perte.
  • 30 septembre : 1 perte.
  • 5 novembre : 2 pertes.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Fin décembre 1996, la Corée du Nord présente ses excuses, et les corps des Nord-Coréens sont restitués[7].

Le submersible est depuis exposé dans le Gang-Neung-Unification-Park à Gangneung[8].

En 1998, deux autres submersibles nord-coréens sont capturés et leurs équipages tués à bord dans les eaux sud-coréennes lors d'incidents séparés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « SSC Sang-O Class », sur Global Security, (consulté le 30 mars 2016).
  2. a b c d et e (en) Harry P., Jr. Dies, « North Korean Special Operations Forces: 1996 Kangnung submarine infiltration. », Military Intelligence Professional Bulletin,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Brandon K. Gauthier, « This Day in the History of the DPRK: Submarine Invasion », sur NK News, (consulté le 30 mars 2016).
  4. (en) Sohn Jie-Ae, « S. Korea says another infiltrator killed », sur Cable News Network, (consulté le 30 mars 2016).
  5. « DMZ Flashpoints : The 1996 Spy Submarine Incident », sur http://rokdrop.com/, (consulté le 29 mai 2010).
  6. (en) Joseph S., Jr. Bermudez, North Korean Special Forces : Special Warfare, Naval Institute Press, , 320 p. (ISBN 978-1557500663), p. 219.
  7. Jean-François Navarrot, « La Corée du Nord accepte de discuter avec le Sud. Pyongyang a présenté ses excuses à Séoul pour l'incursion en septembre de l'un de ses sous-marins. », sur Libération, (consulté le 5 juin 2016).
  8. Vidéo Captured North Korean Submarine, YouTube.

Liens externes[modifier | modifier le code]