Paul Paillole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Paillole
Naissance 18 novembre 1905
Rennes
Décès 15 octobre 2002
Paris
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Colonel
Distinctions Légion d'honneur

Paul Paillole, né le 18 novembre 1905 à Rennes, mort le 15 octobre 2002 à Paris, est un officier des services spéciaux de renseignements français, à la tête du contre espionnage militaire et clandestin entre 1935 et 1945.

Un militaire de carrière avant-guerre[modifier | modifier le code]

Pupille de la Nation, Paillole fait des études secondaires au lycée Thiers de Marseille, avant de s'engager le 1er octobre 1925. Saint-Cyrien de la Promotion « Maroc et Syrie » (1925-1927), il est affecté avec le grade de sous-lieutenant au 17e régiment de tirailleurs algériens en octobre 1927 puis au 21e RTA le 1er janvier 1929. Promu lieutenant le 1er octobre 1929, il est admis à l'école des officiers de gendarmerie de Versailles le 7 octobre 1930, avant d'être affecté comme stagiaire au 7e régiment de chasseurs, le 1er avril 1931.

Le 21 novembre 1935, Paillole rejoint l'administration centrale de la guerre, où il sert dans les Services spéciaux et obtient le grade de capitaine le 25 juin 1936. Il est alors affecté au 2e Bureau : « service SR-SCR » (SR : service de renseignement, SCR : service de centralisation du renseignement et de contre-espionnage) dirigé par le colonel Rivet. Il est responsable du service de contre-espionnage allemand succédant au commandant de Robien, sous les ordres du lieutenant colonel Guy Schlesser. Dès 1937, Schlesser et Paillole réorganisent le contre espionnage à la veille de la guerre : la directive ministérielle 1800 définit les attributions en matière de contre-espionnage, constitue dans chaque région militaire un bureau de centralisation de renseignements et organise le contre-espionnage préventif de l’armée. Ce sont les premières mesures de protection du secret militaire. L’effort de protection porte également sur le plan judiciaire.

Le 3 octobre 1939, il est versé au 5e bureau de l'état-major de l'armée.

Reconstruire les services spéciaux, 1940-1942[modifier | modifier le code]

Le 21 juillet 1940, Paillole est mis administrativement en congé à la suite de l'armistice. Toutefois, le 24 juin 1940, près d’Agen, dans la cour du Séminaire de Bon-Encontre, le colonel Rivet, le capitaine Paillole et les cadres du contre-espionnage font serment de poursuivre dans la clandestinité la lutte contre les services spéciaux ennemis. Ils bénéficieront de l’appui du général Weygand pour réaliser les structures adaptées à cette lutte:

  • les Travaux Ruraux (avec l’appui du Génie rural), couverture du contre-espionnage clandestin offensif, sous la direction de Paillole, alias M. Perrier (Philippe Perrier);
  • le Bureau des menées antinationales, admis par la convention d’armistice, censé assurer la protection de l’armée : dans chaque région militaire de zone libre, le bureau officiel MA camoufle deux postes clandestins, le poste SR et le poste TR;
  • le SR Guerre, dirigé par le lieutenant-colonel Perruche, s’installe à Royat;
  • le SR Air clandestin sous les ordres du colonel Georges Ronin.

Paillole anime, de l’automne 1940 à août 1942, depuis Marseille, un service de lutte contre les services ennemis et les "agents de l'étranger", surnommé « la Centrale » ou « Cambronne »[1].

En zone Nord, les services de Paillole font du renseignement contre l'occupant, ce qui les amène à coopérer avec certains groupes de résistants. En zone Sud, ces mêmes services traquent les espions de l'Axe, mais aussi les "dissidents" présentés comme agents "anglais" ou "gaullistes". Après la guerre, Paillole cite ses embryons de réseaux militaires en zone occupée comme précurseurs de la Résistance et affirme avoir protégé la naissance de certains mouvements: il n'aurait fait arrêter en zone Sud que des agents grillés[2]. Il aurait également couvert la fuite de résistants (tel Roger Wybot, dont l'évasion aurait été permise par Robert Blémant sous l'autorité de Paillole) ou d'hommes de l'Intelligence Service[3].

Depuis Saint-Cyr, Paillole est un ami d'Henri Frenay. En zone libre, Maurice Chevance assure une liaison théorique entre les TR et le Mouvement de Libération Nationale. En zone occupée, des officiers de Paillole et de Ronin subventionnent Les Petites Ailes de France, Combat Zone Nord, le réseau Hector[4].

L'exploitation d'archives du contre-espionnage français saisies par les Allemands en 1943, capturées par les Soviétiques en 1945 et rendues à la France en 1994 (le "Fonds de Moscou" du SHD) prouve que, si ses services ont effectivement opéré une action antiallemande et anticollaborationniste en zone occupée, ils ont également mené une traque anticommuniste et antigaulliste active en zone libre.

À partir des documents récupérés[5], il ressort que l'adversaire prioritaire des BMA était l’Abwehr : parmi les 688 suspects arrêtés pour faits d'espionnage, 264 condamnations ont été prononcées dont 194 concernant des personnes travaillant pour l'Allemagne, parmi lesquelles 30 agents de l’Abwehr sont condamnées à mort. Mais, parallèlement à ces activités de contre-espionnage, le BMA collecte également, par le biais des TR, des renseignements sur les « menées antinationales » de partis ou d'organisations particulièrement ciblées comme le Parti communiste, les partis collaborationnistes et les milieux gaullistes. Ces renseignements peuvent conduire à des arrestations et à des condamnations : de et , il y a 173 condamnations de gaullistes et 443 de communistes dont une dizaine de condamnations à mort[6],[2].

Selon plusieurs sources, Paillole serait responsable du démantèlement du réseau Azur de Marseille, en [7],[8],[9],[10],[11]. Cependant, Paul Paillole s'en est toujours défendu car la responsabilité en incombait à la ST qui avait seule le pouvoir de police[12].

Le , Paillole est promu chef d'escadron.

En août 1942, après la dissolution du BMA sous la pression des autorités allemandes, Paillole prend la tête du « Service de Sécurité Militaire » (SSM), créé par le colonel Rivet.

Actions clandestines à Alger, 1942-1944[modifier | modifier le code]

En novembre 1942, les Allemands envahissent la zone libre. Paillole, recherché par les Allemands, s'évade par l'Espagne, rejoint Londres, où il rencontre le colonel Passy, chef du BCRA, puis Alger en janvier 1943. Paillole exerce ensuite des responsabilités au sein des services spéciaux du Général Henri Giraud. Depuis Alger, il dirige les actions de Marcel Taillandier, chef du réseau Morhange, bras armé du contre-espionnage à Toulouse. Paillole organise alors, entre l’Afrique du Nord et Ramatuelle (Var), des transport d'agents et de matériel à bord de sous-marins.

Directeur de la Sécurité Militaire basé à Alger, Paillole conserve la haute main sur les TR, adapte les structures de son service, et participe aux opérations menées par les Forces françaises et alliées jusqu’à la libération de la France: campagnes de Tunisie, d’Italie et de Corse, participation aux opérations d’intoxication préalables au débarquement, notamment l'Opération Force A et l'Opération Fortitude, qui visait à tromper l'ennemi sur l'ensemble des projets de débarquement alliés en Europe[13].

Préparation du débarquement allié (1944)[modifier | modifier le code]

Paul Paillole a été le premier officier français associé, sous le sceau du secret, à la préparation du débarquement de Normandie. Le 15 avril 1944, le SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force), le quartier général des forces alliées en Europe nord-occidentale commandé par le Général Dwight Eisenhower, demande au président du Comité français de Libération nationale (CFLN), chef des armées, d’avoir la participation de Paul Paillole et du service de sécurité militaire SSM aux missions de sécurité et de Contre Espionnage dans les territoires qui doivent être libérés.

Paul Paillole part à Londres le 7 mai 1944. Il y rencontre les chefs des bureaux du SHAEF le général Bedell-Smith avec le colonnel Menzies de l’IS et est mis sous le sceau du secret de la date du débarquement[14]. Il établit avec le colonel Scheen chef du 2e bureau du SHAEF des accords fixant les attributions respectives des services de sécurité alliés et français après le débarquement, en particulier la responsabilité des activités de contre espionnage est attribuée à l’autorité militaire française (SSM), des officiers de Contre Espionnage de liaison représentant le SHAEF sont attachés aux bureaux de sécurité militaire et des détachements des services SM TR sont affectés aux grandes unités alliées[15].

Ces accords ont contribué à éviter ainsi que la France ne devienne un territoire administré par l'AMGOT, le gouvernement militaire allié.

Rentré en France, Paillole quitte le service actif en novembre 1944 avec le rang de lieutenant-colonel.

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1953, Paillole fonde, avec ses compagnons, l'Amicale des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale (AASSDN). Le 30 septembre 1955, il est promu au grade de colonel.

Paillole occupe alors d’importantes fonctions dans l’industrie et assure plusieurs mandats de maire de sa commune, La Queue-les-Yvelines. Il dirigera aussi le théâtre de Marie Bell, ancienne H.C. (honorable correspondante) du Service. Auprès du ministre Edmond Michelet, il va obtenir les premiers statuts d’intermittents du spectacle.

En 1975, les mémoires de Paillole, Services spéciaux 1935-1945, reçoivent le grand prix Vérité. Certains résistants victimes de la répression des BMA, tel Toussaint Raffini, ont protesté contre le manque de rigueur de cette présentation hagiographique des services spéciaux de Vichy[16].

À travers ses ouvrages (Services spéciaux 1935-1945, Notre espion chez Hitler, L’homme des services secrets) et par la création de l’AASSDN, Paul Paillole a contribué à expliquer l’action historique des services spéciaux entre 1935 et 1945, à entretenir la mémoire de ses agents morts pour la France et à rendre hommage à leur action.

Les archives de l'AASSDN peuvent être consultées au Service Historique de la Défense (Fort de Vincennes), de même les archives du contre-espionnage français saisies par les Allemands et restituées par la Russie, le "Fonds de Moscou".

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=BIPR_036_0045&DocId=339403&hits=3228+2939+942+14+
  2. a et b Sébastien Albertelli, « Paillole, Paul (1905-2002) », François Broche, Georges Caïtucoli, Jean-François Muracciole (dir.), op. cit., 2010, p. 1105-1106.
  3. Voir [1] ; l'ouvrage cité ci-dessus de Simon Kitson qui a pu, sur ce point, accéder aux documents nazis saisis par les Soviétiques ; Claude Faure, « Bref historique des services de renseignement et de sécurité français contemporains », Revue historique des armées, n° 247, 2007.
  4. Henri Frenay, La Nuit finira, Laffont, 1973; Général Chevance-Bertin, Vingt mille heures d'angoisse, Laffont, 1990.
  5. Ces archives ont été triées et épurées au moins deux fois, d'abord par les services allemands, puis par les services soviétiques, ensuite...
  6. Claude d'Apzac-Épezy, « Services spéciaux de Vichy (répression de la France Libre par les) », François Broche, Georges Caïtucoli, Jean-François Muracciole (dir.), Dictionnaire de la France Libre, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2010, p. 1341-1342.
  7. Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France, tome 2 : juillet 1941-octobre 1942, Robert Laffont, p. 691-695, annexe VII (rapport du commissaire principal Léonard du 31 octobre 1941, qui cite clairement à plusieurs reprises « Perrier », alias Paillole, affirmant dès la première phrase: « J'ai l'honneur de vous faire connaître que M. PERRIER vient de fournir, au C.S.T. de Marseille, une documentation très importante sur une organisation de l'I.S. à Marseille et Région »).
  8. Jean-François Muracciole, Histoire de la résistance en France, Presses universitaires de France, 1993, 127 pages, p. 103.
  9. François Broche, Georges Caïtucoli, Jean-François Muracciole, La France au combat, de l'Appel du 18 juin à la victoire, éditions Perrin/SCÉRÉN-CNDP, 2007, p. 179.
  10. Simon Kitson, Vichy et la chasse aux espions nazis, Paris, Autrement, 2005.
  11. Jacques Baynac, Les Secrets de l'affaire Jean Moulin: contexte causes et circonstances, Le Seuil, 1998, 511 pages, p. 117.
  12. Jean-Pierre Vittori, Une histoire d’honneur la Résistance, Edition Ramsay, 1984.
  13. Bulletin de l'AASSDN
  14. Jean Kessler, « Les archives privées du colonel Paul Paillole », Revue historique des armées, n° 248, 2007 ([2])
  15. US national archives : SHAEF/C1/30X 7 june 1944, signed by Colonel HG Sheen chief counter intelligence officer SHEAF and Commandant Paillole head of securite militaire, letter SHAF Colonel Sheen 17 May 1944 and DW Eisenhower 28 May 1944
  16. Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle, Paris, Fayard, 2006, p. 277-279.

Annexes[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Services Spéciaux (1935-1945), Paris, Éditions Robert Laffont, 1975
  • Notre espion chez Hitler, Paris, Éditions Robert Laffont, 1985
  • L’homme des services secrets : Entretiens avec Alain-Gilles Minella, Paris, Éditions Julliard, 1995
  • (en) Fighting the Nazis: French Military Intelligence and Counterintelligence

Archives[modifier | modifier le code]

  • Fonds privé colonel Paillole, Service historique de l'armée de terre, cote 1 K 545.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]