Aïdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aïdi
Image illustrative de l’article Aïdi
Région d’origine
Région Maroc (détenteur du standard)[1]
Afrique du Nord (région d'origine)[1]
Caractéristiques
Taille Entre 52 et 62 cm
Poids 25 à 30 kg
(mais non précisé dans le standard)
Poil Demi-long (10 cm), épais, assez rêche
Robe Fauve, marron ou noire
Tête Forte, large, de forme générale conique, au stop peu marqué
Yeux De taille moyenne, de couleur foncée variant selon la robe
Oreilles Semi-tombantes, aux pointes légèrement arrondies
Queue Longue, en cimeterre, très touffue
Caractère Affectueux, fidèle, obéissant protecteur
Nomenclature FCI
  • groupe 2
    • section 2.2
      • no 247

L'aïdi, ou chien de montagne de l'Atlas, est un chien de berger originaire du massif de l'Atlas, en Afrique du Nord[1],[2],[3] où il est présent depuis des siècles. On le retrouve principalement au Maroc, qui détient le standard de la race[1], mais également en Libye, en Tunisie et en Algérie[4].

Description[modifier | modifier le code]

La morphologie de l'aïdi n'a jamais été modifiée, contrairement à celle de nombreuses autres races. La tête d'ours est forte, large, de forme générale conique, au stop peu marqué. La robe est très variée : sable, fauve, blanche, rousse, bringée, blanche et noire[1].

Il a une espérance de vie d'environ seize ans. Rustique, adapté aux climats les plus rigoureux, sa fourrure mi-longue et épaisse (environ 6 cm) le protège à la fois du chaud, du froid et des morsures des prédateurs. Il existe également des variétés à poil ras.

Son odorat est très développé ce qui en fait un très bon chasseur. Il est parfois encore utilisé en duo avec le sloughi pour chasser le sanglier, le renard et le chacal[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme aïdi provient de l’amazighe ⴰⵢⴷⵉ (aydi) et signifie « chien ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Aïdi n’a jamais véritablement été un chien de berger, mais plutôt un défenseur des campements et des biens de ses maîtres[5].

Il est traditionnellement utilisé pour garder les tentes, les maisons et pour protéger les troupeaux des bergers nomades de l'Atlas depuis des temps reculés. Il est aussi utilisé par les chasseurs dans les battues (sangliers, renards et chacals).

Ses origines les plus lointaines sont méconnues[6]. Les premières véritables représentations de ce chien datent du XIXe siècle, elles sont le fait de peintres orientalistes et de photographes. Son histoire est très floue, et il en va de même pour ses origines exactes. Des spécialistes estiment toutefois que l’Aïdi aurait des liens avec à la fois le Chien de Montagne des Pyrénées, le Berger Yougoslave et l’Akbash d’Anatolie[4]. La race est présente depuis des siècles dans un territoire qui recoupe actuellement le Maroc, la Libye, la Tunisie et l’Algérie, dans lequel il était largement utilisé par les peuples nomades et semi-nomades, tant pour garder leurs fermes et tentes que pour protéger leurs troupeaux de bétail[4].

La race a été reconnue officiellement en 1966 par la Fédération Cynologique Internationale. Les enquêtes de terrain effectuées par le Club du chien de l’Atlas, créé en 1985 et placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, et dirigé par une équipe de vétérinaires et de techniciens, sous la responsabilité de Dr Id Sidi Yahia Khadija[5], ont grandement contribué à faire connaître cette race et à assurer son recensement et son suivi sanitaire[7].

En 2004, une quarantaine de montagnards berbères, accompagnés de leurs Aîdi, venus de Bekrit, une bourgade située près de Timahdite (Moyen Atlas central) allaient à l’exposition canine internationale, organisée à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan-II, par la Société Centrale Canine Marocaine (SCCM), sous l’égide de la Fédération cynologique internationale (FCI)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Aïdi (Chien de montagne de l'Atlas) », sur Fédération Cynologique Internationale, (consulté le )
  2. « L'Aïdi ou Berger de l'Atlas, chien de travail », sur Binette et Jardin (consulté le )
  3. (en) David Alderton, The Dog, Crescent Books, (ISBN 978-0-517-06104-6, lire en ligne), p. 30
  4. a b c et d « Aïdi : caractère & éducation, santé & entretien, prix... », sur Chien.com (consulté le )
  5. a b et c « L’aïdi de l’Atlas, une race canine menacée d’extinction », sur Ecologie.ma, (consulté le )
  6. « Berger de l'Atlas », sur Wamiz (consulté le )
  7. Zineb Ibnouzahir, « Aïdi, le chien de l’Atlas: une race 100% nationale méconnue des Marocains », sur Le360 (consulté le )

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dr Yassine Mimouni, Les chiens de garde et de défense en Algérie, Editions En Nahdha, 1990 (p.  18-19)

Liens externes[modifier | modifier le code]