Aïdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aïdi
Image illustrative de l’article Aïdi
Région d’origine
Région Maroc
Caractéristiques
Taille Entre 52 et 62 cm
Poids 25 à 30 kg
(mais non précisé dans le standard)
Poil Demi-long (10 cm), épais, assez rêche
Robe Fauve, marron ou noire
Tête Forte, large, de forme générale conique, au stop peu marqué
Yeux De taille moyenne, de couleur foncée variant selon la robe
Oreilles Semi-tombantes, aux pointes légèrement arrondies
Queue Longue, en cimeterre, très touffue
Caractère Affectueux, fidèle, obéissant protecteur
Nomenclature FCI
  • groupe 2
    • section 2.2
      • no 247

L'aïdi ou chien de montagne de l'Atlas[1], est un chien de berger originaire du massif de l'Atlas, en Afrique du Nord.

Présent depuis des temps immémoriaux dans les montagnes et les plateaux d'Afrique du Nord, on le retrouve principalement au Maroc, qui détient le standard[1].

Description[modifier | modifier le code]

La morphologie de l'aïdi n'a jamais été modifiée, contrairement à celle de nombreuses autres races. La tête d'ours est forte, large, de forme générale conique, au stop peu marqué. La robe est très variée : sable, fauve, blanche, rousse, bringée, blanche et noire ou blanche et fauve en Algérie, fauve, marron ou noire au Maroc.

Il a une espérance de vie d'environ seize ans. Rustique, adapté aux climats les plus rigoureux, sa fourrure mi-longue et épaisse (environ 6 cm) le protège à la fois du chaud, du froid et des morsures des prédateurs. Il existe également des variétés à poil ras.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de l'aïdi provient du mot berbère aydi, qui signifie « chien ».

Se retrouvant dans tout l'Atlas, il s'agit d'un cousin du montagne des Pyrénées, du berger yougoslave et de l'akbash d'Anatolie.

On sait cependant qu’il n’a jamais véritablement été un chien de berger, mais plutôt défenseur des campements et biens de leurs maîtres[2].

Il est traditionnellement utilisé pour garder les tentes, les maisons et pour protéger les troupeaux des bergers nomades de l'Atlas depuis des temps reculés. Il est aussi utilisé par les chasseurs dans les battues (sangliers, renards et chacals).

Ses origines les plus lointaines sont méconnues[2]. Les premières véritables représentations de ce chien datent du XIXe siècle, elles sont le fait de peintres orientalistes et de photographes.

Caractère[modifier | modifier le code]

Dans ses pays d'origines, l'aïdi est dressé pour ne jamais laisser passer le moindre étranger dans son domaine.

Ce gardien toujours vigilant est également un chien de compagnie très attachant, d'une fidélité inconditionnelle envers son maître et les siens. Il doit être correctement socialisé et dressé dès son plus jeune âge pour éviter de futurs problèmes d'agressivité et d'accueil hostile envers les visiteurs et les personnes étrangères.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Chien de montagne de l'Atlas (Aïdi), sur le site de la Fédération Cynologique Internationale
  2. a et b « Berger de l'Atlas », sur Wamiz (consulté le )

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dr Yassine Mimouni, Les chiens de garde et de défense en Algérie, Editions En Nahdha, 1990 (p 18-19)

Liens externes[modifier | modifier le code]