Berger du Caucase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Berger du Caucase
Berger du Caucase
Berger du Caucase
Caractéristiques
Silhouette
  • femelle : 45 kg minimum, moyenne 55-60 kg
  • mâle : 50 kg minimum, moyenne 60-70 kg

Pas de poids maximum[1].

Taille
  • femelle : minimum 62cm au garrot
  • mâle : minimum 65cm au garrot

[1]

Poil Selon le type :
  • Type A : Massif à poils longs, avec un panache à la queue, des franges aux pattes et une crinière pour les mâles uniquement.
  • Type B : Svelte à poils courts et denses.
  • Type C : Poils mi-longs, sans culotte ni crinière.
Robe Diverses couleurs. Gris par zones avec des nuances variées, roux, couleur paille, blanc, brun rougeâtre,

bringé, et également robe pie et parsemée de taches.

Tête Crâne massif, stop pas nettement marqué, truffe forte et large généralement noire.
Yeux Sombres, petits, de forme ovale, enfoncés dans l’orbite.
Oreilles Pendantes, attachées haut.
Queue Attachée haut. En forme de faucille, de crochet ou d’anneau.
Caractère Type de très grande activité nerveuse, fort, équilibré, calme.
Nomenclature FCI
  • groupe 2
    • section 2.2
      • no 328
Berger du Caucase sur un timbre postal russe (2015).

Le berger du Caucase (en géorgien : ქართული ნაგაზი Kartuli nagazi, ou კავკასიური ნაგაზი) est une race de chien originaire du Caucase, au versant sud (Géorgie). Au cours de l'histoire, son élevage s'est répandu dans l'ancien empire russe et l'URSS. C'est un chien molossoïde qui pèse au minimum 50 kg et en moyenne de 60 à 70 kg. Le standard de la race ne prévoit pas de poids maximum et certains individus peuvent peser plus de 100 kg. La Fédération cynologique internationale le reconnaît sous le nom russe de kavkazskaïa ovtcharka (Кавказская овчарка).

Description[modifier | modifier le code]

Berger du Caucase - un an (2017)

Le berger du Caucase est une race très ancienne[2]. C'est un chien rustique, fier et extrêmement courageux pour protéger ceux qui lui sont chers[2]. Ces chiens sont en général réputés comme étant très méfiants vis-à-vis de ceux qu'ils ne connaissent pas, mais ils sont dévoués à leur famille. Ils peuvent vivre dans un environnement très dur, hostile et rempli de prédateurs (ours, loup, lynx, etc.)

On peut parfois désigner sous ce nom le berger géorgien ou encore le gampr arménien, les deux ancêtres du berger du Caucase. Le berger géorgien a les poils beaucoup plus courts et une queue moins touffue, il est aussi beaucoup plus rare.[2]

On distingue trois types[réf. nécessaire] suivant le poil :

  1. Le type « montagne » : poils de couverture plus long. Le poil long sur le cou forme une crinière, sur les régions postérieures des membres, des franges et des culottes. L’épaisse fourrure, qui couvre la queue de toutes parts, la rend grosse et touffue.
  2. le type « steppe » : couvert d’une fourrure épaisse, très courte, sans crinière, sans franges, sans culottes ni panache de la queue. Il est aussi plus svelte et plus élancé.
  3. le type intermédiaire : poil long, mais sans crinière ni franges ni culottes ni panache.

Dans les faits, le standard de la race établi par la Fédération Cynologique Internationale ne reconnaît que le type montagne, en faisant mention d'un poil long, avec une culotte et une crinière.

Le type influence peu le caractère de ce chien et est plutôt le résultat de variables environnementales. En effet, le type steppes travaille plutôt dans les plaines où le climat est moins rigoureux et a donc une fourrure moins importante que son homologue de type montagne qui doit résister à des températures bien plus basses.

À noter qu'il n'est pas rare que ces chiens aient les oreilles et même la queue coupées[2], au départ cela se faisait pour que le chien sente et entende le bruit des pas des loups, lorsqu'il viennent attaquer le bétail, aussi, cela le maintient plus en éveil et le sommeil à tendance à moins le gagner[2]. De plus, lors d'une éventuelle attaque, les oreilles en particulier représentent un point sensible puisqu'elles ne sont pas protégées par une épaisse couche de poils et peuvent donc être mordues ou arrachées par un prédateur. Autrefois, cela se faisait dès la naissance du chien, sans matériel tranchant (les oreilles ne tiennent pas fortement à cet âge là) mais maintenant, on le fait sous anesthésie[3]. Cela est de moins en moins pratiqué d'une part car c'est désormais interdit dans la majeure partie de l'Europe (en France depuis 2004) car considéré comme de la barbarie envers les animaux et donc punissable par la loi. D'autre part car cela n'a aucun intérêt en dehors du travail au troupeau.

On peut encore trouver ces chiens avec les oreilles coupées principalement dans les pays de l'ex-URSS dont ils sont originaires. Le standard de la race n'invalide d'ailleurs pas l'otectomie contrairement à la caudectomie.

Son caractère protecteur inné en fait un chien à part à ne pas mettre entre toutes les mains[2].

Taille et silhouette[modifier | modifier le code]

La taille et la silhouette font l'objet d'un standard[4] :

  • taille
    • femelle : minimum 64 cm au garrot, pour une hauteur idéale de 67 à 70 cm
    • mâle : minimum 68 cm au garrot, pour une hauteur idéale de 72 à 75 cm
  • silhouette
    • femelle : 45 kg minimum, moyenne 60-70 kg
    • mâle : 50 kg minimum, moyenne 60-75 kg

Il n'y a pas de limite maximal de poids et de taille pour cette race. Certains individus peuvent dépasser les 100 kg mais on parle alors de chiens "hypertype", qui ne représentent pas la normalité au sein de la race. L'important restant une harmonie générale et la santé du chien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de berger du Caucase, est un nom plus actuel, d'après plusieurs sources[Lesquelles ?]. Le berger du Caucase est un croisement entre des bergers géorgiens et des gamprs arméniens de type montagne (poils longs), on le connaissait en Géorgie, sous le nom de "Tarti" (en géorgien : თართი), comme le précise Soulkhan Saba Orbéliani. Saba précise également que ce chien peut s'obtenir avec un croisement entre un loup apprivoisé et un "Mtzevri" (en géorgien : მწევრი) (un chien des montagnes rapide et imposant), le chien obtenu par ce croisement est, dit-il, préférable.[réf. nécessaire]

Dans l'ex-RDA, sous le régime communiste, ces chiens étaient affectés à la surveillance des frontières du pays, et notamment le mur de Berlin, en 1989 année durant laquelle le mur est tombé, il subira un zoocide de l'armée rouge qui extermina 700 individus en les fusillant. Un certain nombre d'entre eux furent sauvée grâce à des soldats et soigneurs qui volèrent des chiots pour les placer dans leurs familles[5].

Ces chiens sont encore aujourd'hui très répandus en Géorgie, leur pays d'origine, où il joue le rôle de chien de garde des habitations et des troupeaux.

Ils sont également utilisés dans les prisons de Russie pour mater les prisonniers, notamment à la prison du Dauphin Noir (en) à Orenbourg[6].

Ils étaient auparavant utilisés pour la défense de l'Armée Rouge, même si d'autres chiens ont rapidement été préférés pour cette fonction : le Chien de garde de Moscou (en) et le Terrier noir russe.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film finlandais Myrsky (titre français : Un Toutou XXL) relate de façon romancée les aventures d'un berger du Caucase rescapé de l'abattage des chiens de garde du mur de Berlin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.cbei.fr/IMG/standard/8.pdf
  2. a b c d e et f (ka) Reportage : "კავკასიური ნაგაზი " (Berger caucasien) de Radio télévision publique géorgienne, 2011.
  3. "Georgian Society for the Protection and Safety of Animals" (GSPSA)
  4. « Standard F.C.I. N°328 / 19.08.1996 / F », sur cbei.fr
  5. « Histoire de la race », sur desrivieresdethalos.chiens-de-france.com (consulté le 2 juin 2018)
  6. (en) « Inside: Russia's Toughest Prisons », sur National Geographic - Videos, TV Shows & Photos - Asia (consulté le 10 mars 2019)