Berger australien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berger (homonymie) et Australien.
Berger australien
{{#if:
Photo d'un berger australien « Rouge merle »
Photo d'un berger australien « Rouge merle »

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Caractéristiques
Taille mâle: 51.0 à 58.0 cm, femelle: 46.0 à 53.0 cm
Poids Pour mâle : 20 à 30 kg et pour femelle : 19 à 26 kg.
Poil Texture et longueur moyennes. Droit à ondulé.
Robe noire unicolore- rouge unicolore-Bleu-merle unicolore-rouge merle unicolore-noir et blanc bicolore-rouge et blanc bicolore-bleu merle et blanc bicolore-rouge merle et blanc bicolore-noir et feu bicolore-rouge et feu bicolore-bleu merle et feu bicolore-rouge merle et feu bicolore-noir tricolore-rouge tricolore-bleu merle tricolore-rouge merle tricolore.
Tête Crâne aussi large que long, stop modéré, bien défini.
Yeux En amande: de couleur marron, bleu, vert ou ambre ou vairons ou hétérochrome;
Oreilles Tombantes, attachées haut, triangulaire.
Queue Longue, parfois courte ou écourtée.
Caractère Endurant, souvent attentif.
Nomenclature FCI
  • groupe 1
    • section 1
      • no 342

Le berger australien est une race de chien de berger. La Fédération cynologique internationale l'a enregistré sous le nom de australian shepherd, comme une race reconnue provisoirement depuis 1996 et définitivement depuis juin 2007. Son standard est attribué aux États-Unis avec une modification concernant la queue pour les standards européens.

De gauche à droite: noir tricolore, rouge-merle, bleu-merle, rouge tricolore

Histoire[modifier | modifier le code]

Malgré son nom, il n’est pas originaire d’Australie, mais du Pays basque et il se serait développé en Amérique du Nord.

Les Basques, peuple de pasteurs, avaient des chiens ressemblant beaucoup au Berger Australien, depuis des centaines d’années. Beaucoup de basques ont émigré vers d’autres régions à la recherche d’un emploi, emmenant leurs chiens avec eux. Certains sont partis vers l’Australie, pays connu pour ses élevages de moutons et sa production de laine. Les compétences de ces pasteurs et de leurs chiens y furent très appréciées. Vers les années 1900, certains ont emmigrés d’Australie vers les États-Unis (et notamment Californie) emmenant avec eux leurs chiens et leurs moutons.

Les fermiers américains ont alors développé cette race, immédiatement appréciée pour son agilité. Comme ce chien arrivait d'Australie, ils l'ont nommé australian sheperd dog (ou australian shepherd), souvent abrégé en aussie tel qu'on le surnomme aujourd'hui. La race revient en France dans les années 1980 et la société centrale canine reconnait son standard en 1996.
De nos jours, c'est un chien qui est toujours très utilisé aux États-Unis pour la conduite des troupeaux, notamment ovins.
En France, la race se développe et en 2000 on comptait plus de 1 700 individus recensés.

Couleurs[modifier | modifier le code]

Chiots de 2 mois : Bleu merle et rouge tricolore

Il existe 4 couleurs de robe chez le berger Australien:

  • Noir Tricolore (robe noire avec panachures blanches et feu)
  • Bleu merle (gêne de "merling", qui dissout une partie de la couleur noire et qui donne une impression de tacheté argenté ; par chien bleu merle on entend en réalité avec blanc et feu.
  • Rouge Tricolore (robe rouge (marron en termes profane), plus ou moins soutenue, avec panachures blanches et feu)
Berger australien fp - Chiot de 4 mois - Rouge tricolore.
  • Rouge merle (gêne de "merling", qui dissout une partie de la couleur rouge, c'est-à-dire marron) et qui donne une impression de tacheté rosé ; par chien rouge merle on entend en réalité avec blanc et feu.

En plus de ces coloris qui représente 99 % des robes en France, il existe également des robes particulières et rares :

  • 4 robes identiques aux précédentes SANS blanc
  • 4 robes identiques aux précédentes SANS feu

Ces 8 robes précédentes s'appellent bicolore.

  • 4 robes identiques aux précédentes SANS blanc NI feu (ex-le noir seul est appelé zain ou le rouge seul est appelé marron).

L'accouplement de deux parents "merles" (qu'ils soient rouge merle ou bleu merle) a pour potentialité la naissance de chiots avec de graves soucis de santé ; c'est-à-dire cécité et/ou surdité. En effet le gène "merle" est dominant et létal à l'état homozygote. Ce mariage est déconseillé par le club de race officiel de la SCC.

L'accouplement doit être précédé de contrôle des parents : Au minimum, tests oculaires et radiologiques de la dysplasie de la hanche et des coudes. La race est peu touchée par ces affections et le restera pour peu que les éleveurs occasionnels ou professionnels continuent ces tests et écartent de la reproduction les sujets atteints.

Caractère[modifier | modifier le code]

Le berger australien est un chien vif, très adapté aux maîtres sportifs et reconnu pour sa rapidité. Ces qualités en font un chien très adapté à la conduite des troupeaux (bovins, ovins, à plumes, etc.) ou à des disciplines sportives comme le cani-cross ou l'agility, ainsi que pour le cavage ou bien la fouille de décombres.

C'est aussi un chien sociable, qui tolère très bien ses congénères et s'adapte bien à une vie en famille avec des enfants. Il s'agit d'un chien très attachant à déconseiller à des acheteurs d'un premier chien. C'est un chien très affectueux, et même parfois envahissant (il déteste la solitude), une fois qu'il a bien compris qui détenait l'autorité. À déconseiller aux personnes trop sédentaires, car il a besoin de beaucoup d'activité physique pour être heureux, c'est-à-dire que déambuler dans un jardin aussi grand soit-il ne l'amuse guère, au contraire d'accompagner son maître dans ses activités sportives : trail running, ski de fond, VTT, équitation avec des programmes de plusieurs dizaines de kilomètres par semaine, pour lesquels il est vraiment adapté.

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs problèmes de santé peuvent toucher le berger australien, notamment des problèmes de dos, de hanches et des tares oculaires[1]. La race est également concernée par des problèmes d’épilepsie. Des études ont démontré qu’un mariage merle x merle donnera 25 % de chiots risquant de naître aveugles et/ou sourds ou de le devenir ( le "blanc envahissant" est à l'origine d'une dégénérescence des vaisseaux sanguins irriguant rétine et cochlée)[2].

Mortalité[modifier | modifier le code]

En 1998, une enquête internet réalisée sur 614 bergers australiens a estimé leur espérance de vie moyenne à 12 ans et demi, cependant ce chiffre pourrait baisser à l’avenir[3] : selon une autre étude réalisée au Royaume-Uni en 2004, l’espérance de vie se situerait plutôt autour de 9 ans, mais les témoignages recueillis ne concernaient que 22 chiens[4].

La durée de vie moyenne de chiens de races de taille similaire au berger australien se situe entre 11 et 13 ans[5]. De ce fait, si l’on part du principe que les résultats de l’étude faite au Royaume-Uni ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population, l’espérance de vie de l’aussie concorderait avec celle de chiens de même taille. Les principales causes de décès répertoriées dans l’étude réalisée au Royaume-Uni étaient le cancer (32 %), plusieurs causes réunies (18 %), et la vieillesse (14 %).

Maladies[modifier | modifier le code]

Une enquête réalisée sur 48 chiens a permis d’identifier les problèmes de santé les plus fréquemment constatés par les propriétaires : il s’agit de tares oculaires comme l’œil rouge, l’épiphora, la conjonctivite ou les cataractes[4]. Les problèmes dermatologiques et respiratoires sont également répandus.

L’anomalie de l’œil du colley (AOC) et les cataractes sont deux vraies sources d’inquiétude[6] pour les amoureux de la race. On peut également citer le colobome irien, la dysplasie de la hanche, l’anomalie de Pelger-Huet, l’hypothyroïdie, et les dermatites nasales liées aux radiations solaires (appelées aussi « nez de colley »). Avant de penser à la reproduction, il est préférable de réaliser des radios de dépistage de la dysplasie du coude et de la hanche, et de faire les tests ADN qui permettront de déterminer si le chien est concerné par la mutation du gène MDR1, par la cataracte héréditaire, ou par l’AOC. Parmi les examens effectués devraient aussi figurer ceux qui diagnostiqueront une éventuelle anomalie de la thyroïde, ou une autre des tares oculaires présentes chez l’aussie, comme le colobome, l’atrophie progressive de la rétine (APR), ou la dysplasie rétinienne.

Certains bergers australiens peuvent subir une mutation du gène MDR1. Celle-ci ne concerne pas que l’aussie, mais touche également le colley, le berger allemand et d’autres races de chiens de berger[7]. Pour les chiens atteints de cette mutation certains anti-parasitaires comme l’Ivermectine, ainsi que d’autres médicaments, sont toxiques[8]. Il existe des tests qui permettent désormais de savoir si le chien est porteur de cette mutation ou non[9].

Double merle[modifier | modifier le code]

Il arrive que certains chiots naissent « double merles », ou merles homozygotes, lorsque l’éleveur réalise un mariage merle x merle, et que les petits héritent du gène merle (le gène merle est dominant) de chacun de leurs parents[10]. En général la couleur dominante des chiens double merle est le blanc, et ils sont susceptibles de développer des troubles de la vision et de l’audition, du fait de la présence de deux copies du gène merle. Les merles homozygotes peuvent naître sourds, aveugles, développer un colobome irien ou une microphtalmie. Les merles homozygotes ne sont pas tous sujets à ce genre de problèmes, mais la plupart n’y échappent pas, ce qui rend le sujet du mariage merle x merle très délicat. Les éleveurs choisissent soit d’euthanasier les chiots présentant un blanc envahissant, soit, dans le cas d’éleveurs peu compétents, de les vendre comme des aussies « rares », sans prendre la peine de prévenir le client des risques éventuels que cela implique au niveau de la santé de l’animal. Une grande partie des chiens vendus ainsi finissent dans des refuges, au vu du peu de préparation de la famille face à la charge que représente un animal sourd et/ou aveugle. Cependant, ces chiens peuvent faire de formidables chiens de famille lorsqu’ils sont confiés à des maîtres prêts à prendre en charge leurs besoins si particuliers. Le terme « lethal white » est utilisé à tort lorsque l’on fait référence aux bergers australiens nés double merles : il s’agit en réalité d’un terme propre au syndrome du blanc létal qui touche les chevaux. Il est également possible et assez fréquent d'avoir des petits avec du blanc envahissant nés d'un mariage merle/tricolore; le blanc envahissant n'est pas l'apanage de mariage merle/merle! il faut donc bien sélectionner les chiots à la naissance.

Divers[modifier | modifier le code]

L’ASCA (Australian Shepherd Club of America) fut fondé en 1957 pour promouvoir la race. Le National Stock Dog Registry devint le registre officiel de la race, jusqu’à ce que l’ASCA prenne le relai en 1972[11].

L’ASCA rédigea un standard de la race en 1975, décrivant les critères d'aspect et de morphologie qui définissent les bergers australiens (la conformité au standard). Cela permit de standardiser le type et d'uniformiser la race.

Aux États-Unis, l’American Kennel Club a longtemps été le principal registre des chiens de pure race. Beaucoup d’éleveurs de bergers australiens reprochèrent cependant à l’AKC d’accorder trop d’importance à la conformité au standard de race plutôt qu’aux performances, c’est pourquoi l’ASCA refusa de joindre le club. Certains éleveurs intéressés par les avantages proposés par l'AKC quittèrent l’ASCA pour créer leur propre club, qu’ils nommèrent the United States Australian Shepherd Association. Ces derniers rédigèrent leur propre standard de la race, et joignirent l’AKC en 1993.

En 2007, la Fédération Cynologique Internationale permit à la race de participer aux concours internationaux, et la classa race numéro 342 dans le groupe 1 « Chiens de berger et de bouvier ». On peut d’ailleurs noter la participation d’un berger australien de Lettonie aux championnats du monde d’agility de la Fédération Cynologique Internationale à Helsinki (Finlande) en 2008[12].

Suite à la création du berger australien miniature, les éleveurs de l’Ouest des États-Unis travaillent aujourd’hui à la création d’une version encore plus petite de la race, appelée berger australien toy. Les mâles de cette nouvelle race pèsent de 5,5 à 7 kg. Les conséquences génétiques de l'élevage de bergers australiens mesurant le quart de leur taille standard n’ont pas encore été étudiées. La plupart des éleveurs et maîtres de bergers australiens mini et toy considèrent que leurs chiens appartiennent à des races distinctes, mais d’autres les considèrent comme des versions miniatures d’une seule et même race. En revanche, L’ASCA et l’AKC considèrent ces variétés comme des races à part entière[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hereditary Defects of the Australian Shepherd », sur asca.org (consulté le 23 novembre 2010)
  2. (en) Pam Bethurum (ASCA Educational Coordinator), « Canine Epilepsy », sur asca.org (consulté le 23 novembre 2010)
  3. (en) K. M. Cassidy, « Breed Longevity Data », sur users.pullman.com (Dog Longevity),‎ 1er février 2008
  4. a et b (en) « Individual Breed Results for Purebred Dog Health Survey », sur thekennelclub.org.uk (consulté le 23 novembre 2010)
  5. (en) K. M. Cassidy, « Breed Longevity Data », sur users.pullman.com (Dog Longevity),‎ 1er février 2008
  6. (en) « Collie Eye Anomaly (CEA) », sur asca.org (consulté le 23 novembre 2010)
  7. (en) « MDR1 FAQs », sur ashgi.org (consulté le 23 novembre 2010)
  8. (en) « Problem Drugs », sur vetmed.wsu.edu (consulté le 23 novembre 2010)
  9. (en) « Get Your Dog Tested », sur vetmed.wsu.edu (consulté le 23 novembre 2010)
  10. (en) Pam Bethurum (ASCA Educational Coordinator), « White-linked Deafness in Australian Shepherds », sur asca.org (consulté le 23 novembre 2010)
  11. http://www.lasrocosa.com/ascaearlyyears7274.html
  12. http://voittaja.kennelliitto.fi/EN/agilitywc2008/competitors/etusivu.htm List of teams
  13. Australian Shepherd Club of America, inc | Announcements

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]