Étrabonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étrabonne
Étrabonne
Château d'Étrabonne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Saint-Vit
Intercommunalité Communauté de communes du Val Marnaysien
Maire
Mandat
André Pharisat
2014-2020
Code postal 25170
Code commune 25225
Démographie
Gentilé Étrabonnais
Population
municipale
193 hab. (2016 en diminution de 0,52 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 05″ nord, 5° 44′ 36″ est
Altitude Min. 234 m
Max. 340 m
Superficie 5,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Étrabonne

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Étrabonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étrabonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étrabonne

Étrabonne est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants se nomment les Étrabonnais et Étrabonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pagney (Jura) Jallerange, Le Moutherot Courchapon Rose des vents
N Lantenne-Vertière
O    Étrabonne    E
S
Rouffange (Jura) Mercey-le-Grand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était désigné comme Strabunne en 1166 ; Strabona en 1223 ; Estrabeigne en 1266 ; Estrabonne en 1307[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Besançon du département du Doubs. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Doubs.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Audeux [2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Saint-Vit.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes du val Saint-Vitois, créée fin 2001.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet du Doubs a arrêté le nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment l'éclatement de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien, d'autres à Grand Besançon Métropole, et deux, enfin, à la communauté de communes Loue-Lison[3]

C'est ainsi que la commune est membre depuis le de la communauté de communes du Val marnaysien.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours
(au 28 juillet 2016)
André Pharisat DVD Retraité de l'enseignement
Réélu pour le mandat 2014-2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 193 habitants[Note 1], en diminution de 0,52 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
229274278318301267273253248
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
206184195203200191157156146
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13814013510011197938596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
799291101101111158165172
2013 2016 - - - - - - -
190193-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) qui regroupe Mercey-le-Grand - Cottier - Étrabonne et compte quatre classes pour l'année scolaire 2017-2018[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La maison du Bailly.
  • Maison du Bailly.
  • Château d'Étrabonne, d'époque médiévale, inscrit aux monuments historiques en 1968.
  • Église sous le vocable de Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La maison d'Étrabonne (Strabonâ, Strata Bonna = la Bonne route) portait pour armes d'or au lion d'azur, elle a subsisté dans le comté de Bourgogne jusqu'à la fin du XVe siècle. La terre qui lui avait donné son nom était une ancienne baronnie de la région. Le fief était constitué des terres de Courchapon, Lantenne, Rouffange, Mercey, Vertières, Berthelange et Tacenne. Le plus ancien membre connu de cette famille est Gérard, sire d'Étrabonne, fils ou petit-fils de Narduin, nommé dans une charte de donation à l'intention des chanoines de l'église Saint-Étienne de Dijon datée de 1124 et dans celle confirmant les dons de Renaud III de Bourgogne à l'abbaye Notre-Dame de Corneux, Saint-Broing) en 1134. Il fonda, avec le comte de Bourgogne Renaud III et Hugues de Montmirey, l'abbaye d'Acey. Plusieurs membres de cette maison sont cités dans différents actes dont Narduin, comme bienfaiteur de l'abbaye de Corneul en 1157 ; Guy nommé dans un titre en 1189 ; Eudes et son fils Jacques en 1203 ; Gérard, chevalier, son épouse Béatrix et leur fils Guy sont mentionnés dans une charte de l'abbaye de la Charité en 1222 ; Alix, dame de Janly citée en 1314[8].

  • Eudes d'Étrabonne, (? - 1206), seigneur d'Étrabonne.
    Avec sa femme Dameron, ils eureut comme enfant Jacques qui suit.
  • Jacques d'Étrabonne, seigneur d'Étrabonne.
    Avec son épouse est inconnue, ils eurent :
    • Jean Ier qui suit,
    • Marguerite, elle épouse Martel III de Mailly, (? - 1273).
  • Jean Ier d'Étrabonne, seigneur d'Étrabonne, chevalier, chargé d'exécuter le testament de Philippe de Percelx en 1318[8]. Avec sa femme demeurée inconnue, ils eurent :
    • Guillaume Ier qui suit,
    • Isabelle, elle épouse Jean de Goux.
  • Guillaume Ier d'Étrabonne (? - 1303), chevalier, seigneur d'Étrabonne, mentionné dans le testament de Jean Humbert de Grandson, chanoine de Besançon en 1364[8]. Avec sa femme Marguerite de Vayte, il a comme enfant Jean II qui suit.
  • Jean II d'Étrabonne, dit "le Viel", chevalier, seigneur d'Étrabonne. Il sert en 1358 sous la bannière d'Henry de Vienne, sire de Mirebeau[8]. Il a comme enfants :
    • Guillaume II qui suit,
    • Isabelle/Jeanne, (? - 1322), elle épouse Jean de Joux,
    • Simonette (fille naturelle), qui épouse Jacques Sellat dit de la Tour, écuyer.
  • Guillaume II d'Étrabonne, (? - après 1366), seigneur d'Étrabonne, épouse en 1388 Étiennette, fille de Renaud de Corcondray et de Jeanne de Rougemont, de qui il a comme enfants :
    • Jean III, qui suit,
    • Guillemette, qui épouse Jean de Bouclaus,
    • Pierrette, qui épouse Pierre de Montclay,
    • Étiennette.
  • Jean III d'Étrabonne, dit "le Jeune", chevalier, seigneur d'Étrabonne, qui épouse en 1356 Guillemette, (? - 1388), fille de Gauthier de Ray et de Cunégonde de Blâmont. Ils ont comme enfant Jean IV, qui suit.
  • Jean IV d'Étrabonne, (? - avant 1417), seigneur d'Étrabonne, marié en premières noces Philiberte, dame de Nolay, fille de Philibert de Damas de Montagu (fief d'une branche cadette capétienne de Bourgogne, issue d'Alexandre fils du duc Hugues III) et de Jeanne de Vienne, puis en secondes noces Jeanne, fille de Jean d'Antigny ou d'Étienne de Sainte-Croix et d'Alix de Verdun. Du premier mariage il a Guillaume III qui suit.
  • Guillaume III d'Étrabonne, (? - avant décembre 1469), seigneur d'Étrabonne et de Nolay, marié à Philiberte de Montaigu, dame de Nolay, de qui il a Guillaume IV, qui suit.
  • Guillaume IV d'Étrabonne, chevalier, seigneur d'Étrabonne, de Nolay, de Vauvry, de Nantoul, de Charrecey et d'Avanne. Il sert le duc de Bourgogne lors de son voyage d'Arras à Saint-Denis en 1413. Il épouse en premières noces Marguerite, fille de Guy Ier de Rougemont et d'Étiennette de Ruffey-sur-l'Ognon, puis en secondes noces en 1450 Jeanne, fille de Jean de Vienne et de Catherine Rogier de Beaufort. Du premier mariage il a :
    • Jean V,
    • Catherine, dame d'Étrabonne et de Nolay, elle épouse en 1453 Jacques d'Aumont, conseiller et chambellan de Philippe le Bon,
    • Louise, (? - 1472), elle épouse en 1454 Pierre de Brion,
    • Claude, dame de Remiremont.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Étrabonne Blason Coupé voûté et haussé : au 1) d’azur à la comète d’argent posée en fasce au 2) d’or au lion d’azur
Détails
Création N. Vernot, adopté par le C.M. le 2 juin 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne : avec des notes historiques et généalogiques sur l'ancienne noblesse de cette province, t. 1, Besançon, Édition Jean-Antoine Vieille, , 200 p. (lire en ligne), p. 31-35 sur Google books.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre,
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Arrêté du 29 mars 2016 du Préfet du Doubs arrêtant le schéma départemental de coopération intercommunale du Doubs », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Doubs, vol. numéro=25-2016-013,‎ , p. 44 (lire en ligne [PDF], consulté le 2 juillet 2018).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Une 4e classe dans le RPI Mercey-le-Grand - Cottier - Etrabonne », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  8. a b c et d Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne ..., ouvrage mentionné en Bibliographie, Volume 1, page 31 à 35