Mercey-le-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mercey (homonymie).

Mercey-le-Grand
Mercey-le-Grand
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Saint-Vit
Intercommunalité Val marnaysien
Maire
Mandat
Didier Aubry
2014-2020
Code postal 25410
Code commune 25374
Démographie
Population
municipale
538 hab. (2016 en augmentation de 9,57 % par rapport à 2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 03″ nord, 5° 44′ 21″ est
Altitude Min. 229 m
Max. 302 m
Superficie 6,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Mercey-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Mercey-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mercey-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mercey-le-Grand

Mercey-le-Grand est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont les Grandmerçois et Grandmerçoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par six routes et se situe sur une petite colline, offrant une superbe vue sur de vastes horizons.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Étrabonne, Lantenne-Vertière Rose des vents
Romain (Jura) N Ferrières-les-Bois
Berthelange
O    Mercey-le-Grand    E
S
Le Petit-Mercey (Jura) Évans (Jura)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu a été désigné comme Marciaco en 967 ; Marcei au XIIe siècle ; Marceiasco en 1180 ; Merce en 1273 ; Mercey au XIIIe siècle ; Marcey-la-Paroisse en 1614 ; Grand-Mercey au XVIIIe siècle. La commune est dénommée Grand Mercey en 1793 puis Mercey-le-Grand en 1801[2].

Cottier, commune absorbée en 1973, était désignée comme Costier en 1589 ; Coustier en 1604[3], Courtiere en 1793 et Cottiers en 1801, avant de prendre son nom de Cottier[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine passait sur le territoire et un sarcophage mérovingien fut également découvert[réf. nécessaire].

La commune de Mercey-le-Grand, instituée lors de la Révolution française, a absorbé le celle de Cottier, qui comptait 46 habitants au recensement de 1963[2].

La mairie et la cantine ont été détruites par un incendie intervenu le [5]. Leur reconstruction est au programme de la municipalité en 2018[6]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Besançon du département du Doubs. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la première circonscription du Doubs.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Audeux [2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Saint-Vit.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes du val Saint-Vitois, créée fin 2001.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet du Doubs a arrêté le nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment l'éclatement de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien, d'autres à Grand Besançon Métropole, et deux, enfin, à la communauté de communes Loue-Lison[7]

C'est ainsi que la commune est membre depuis le de la communauté de communes du Val marnaysien, malgré les souhaits du maire de voir Mercey-le-Grand rattaché à Grand Besançon Métropole[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 11 janvier 2018)
Didier Aubry DVD Professeur
Vice-président de la communauté de communes du Val Marnaysien (2017 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[9],[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2016, la commune comptait 538 habitants[Note 1], en augmentation de 9,57 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
364413405378391417404416398
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381348317257234229252244228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
210223194182171162166148179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
176161213338366408447452502
2016 - - - - - - - -
538--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) qui regroupe Mercey-le-Grand - Cottier - Étrabonne et compte quatre classes pour l'année scolaire 2017-2018[14].

Économie[modifier | modifier le code]

La vie est intense dans le domaine artisanal (nombreuses entreprises du bâtiment et de tp), commercial, industriel, et associatif avec « l'Avant-Garde » (tennis, boule...) et le club du 3e âge[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, remaniée au fil des temps, date du début du XIIe siècle. Elle se remarque avec son avant-porche pittoresque, son avant-chœur qui s'ouvre sur deux chapelles et un très beau mobilier. Elle est inscrite monument historique en 1926.
  • Monument aux morts. Le nom de deux jeunes de la commune, morts au combat lors de la Seconde Guerre mondiale, y a été rajouté en 2014[15]
  • Calvaire à côté du monument aux morts.
  • Soue à cochon[16].
  • Les fontaines.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Un linteau de cheminée daté de 1797, est l’œuvre de son premier propriétaire le maréchal-ferrant G. Joseph Barbier, il montre un abondant décor sculpté (fer à rogner, marteau, fer à cheval, tenaille…)[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 16 novembre 2017)
  2. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, 4, Besançon, Cêtre, 1983, 1985
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale de Cottier », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales.
  5. « La mairie et la cantine partent en fumée : Il était aux alentours de 7 h ce jeudi matin lorsqu’un incendie s’est déclaré à la mairie de Mercey-le-Grand. La cantine attenante est détruite. Une solution de secours temporaire a été trouvée pour le périscolaire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  6. « Beaucoup de projets mais d’abord la reconstruction de notre bâtiment communal », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  7. « Arrêté du 29 mars 2016 du Préfet du Doubs arrêtant le schéma départemental de coopération intercommunale du Doubs », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Doubs, vol. numéro=25-2016-013,‎ , p. 44 (lire en ligne [PDF], consulté le 2 juillet 2018).
  8. « La loi NOTRe au centre des débats du conseil », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  9. « Didier Aubry en route pour un 3e mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  10. « Didier Aubry, réélu », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018) « Élu sans surprise, à l’unanimité, par tous les conseillers municipaux, Didier Aubry repart pour un troisième mandat ».
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Une 4e classe dans le RPI Mercey-le-Grand - Cottier - Etrabonne », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  15. « Deux nouveaux noms inscrits sur le monument aux morts », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).
  16. « Une soue à cochons sauvée de l’oubli », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2018).