Édouard Laffon de Ladebat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Étienne Laffon de Ladebat)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laffon de Ladebat.
Officier général francais 3 etoiles.svgÉdouard Laffon de Ladébat
Général Édouard Laffon de Ladebat
Général Édouard Laffon de Ladebat

Naissance
Toulouse (Haute-Garonne)
Décès (à 75 ans)
Paris (Seine)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Armée française
Arme Artillerie
Grade Général de division
Années de service 1868-1914
Commandement
Conflits
Distinctions
Autres fonctions Membre du Conseil supérieur de la guerre
Famille

Étienne, Édouard Laffon de Ladébat né le à Toulouse et mort le à Paris est un général français. Il est le chef d'état-major général de l'armée française de 1910 à 1911.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un polytechnicien colonel d'artillerie, Henri Laffon de Ladébat et l'un des descendants d'André-Daniel Laffon de Ladebat.

Imitant l'exemple paternel, il est admis à l'École Polytechnique en 1868 (promotion X1868), il en sort sixième sur soixante de sa promotion en 1870, avec le grade de sous-lieutenant-élève.

École d'application et Guerre franco-prussienne de 1870[modifier | modifier le code]

Le 10 août 1870 il entre à l'École d'application de l'artillerie et du génie de Metz. Il est intégré à la 18e batterie du 14e régiment d'artillerie, rattachée à l'armée des Vosges avec lequel il combatit durant la Guerre franco-prussienne de 1870 entre le 28 septembre 1870 et le 6 mars 1871. Lors de la bataille de la Bourgonce, il commanda deux pièces d'artilleries de la colonne de droite.

Pendant cette guerre, il totalisera deux blessures de guerre. Il est blessé une première fois à la tête par un éclat d'obus à Saint-Loup-de-Gonois le 30 novembre 1870 lors du troisième jours de combat de la Bataille de Beaune-la-Rolande puis une seconde fois à Villersexel le 9 janvier 1871 (Bataille de Villersexel). Ce qui lui vaut d'être nommé le 12 février chevalier de la Légion d'honneur. Il est ensuite interné en Suisse (en vertu de la Convention des Verrières)avec les débris de l'armée de l'Est, entre le 1er février et le 6 mars 1871.

Du 29 avril au 7 juin 1871, il rejoint une batterie à pied de l'armée de Versailles pour la répression de la Commune.

Il est promu, le 3 mai 1872, au grade de lieutenant-en-second d'artillerie. Il satisfait aux examens de l'École d'application de l'artillerie et du génie et obtint le numéro 2 sur 58 élèves d'artillerie le 30 janvier 1873.

Temps de troupes[modifier | modifier le code]

Il servira ensuite :

Il est admis par décision du 5 décembre 1876 à suivre les cours spéciaux d'enseignement militaire supérieur transformé en École militaire supérieure. À la suite des examens de sortie en décembre 1878, il sera classé 10e sur 67 élèves et obtiendra son brevet avec la mention "Très Bien".

Le 19 février 1878 Édouard Laffon de Ladebat se marie avec Mlle Jeanne Sophie Oppermann (issue d'une grande famille de banquiers protestants) sur autorisation ministérielle du 8 février 1878.

À partir du 28 janvier 1879, il est stagiaire à l'État-major général du 5e corps d'armée.

Période de responsabilité en État-major[modifier | modifier le code]

Il est ensuite mis en activité hors-cadre pour service d'état-major. Il servira les état-majors :

Il regagne le 38e régiment d'artillerie le 28 février 1885 puis le 13e régiment d'artillerie le 8 mai 1885. Il est remis en activité hors-cadre pour servir en état-major.

Commandement en unité opérationnelle[modifier | modifier le code]

Il rejoindra le 31e régiment d'artillerie le 9 mai 1893 où il sera promu au grade de lieutenant-colonel le 23 mars 1895.

Il est nommé, le 3 avril 1899, au grade de colonel, attaché à l'État-major particulier de l'artillerie, directeur adjoint des ateliers de construction de l'artillerie de Rennes.

Le 14 février 1900, il devient chef de corps du 33e régiment d'artillerie. Puis est placé comme chef du 1er bureau[2] de l'État-major de l'Armée, le 9 juin 1900 et retrouve le 33e régiment d'artillerie le 23 juillet 1900.

Il est admis en première section des officiers généraux avec le grade de général de brigade le 7 avril 1903 et commande du 9 avril 1903 au 23 juin 1905 la 9e brigade d'infanterie (5e division d'infanterie) et les subdivision de région de Rouen (Nord) et de Rouen (Sud).

Du 27 juin 1905 au 13 octobre 1907, il commande l'artillerie du 5e corps d'armée. Ce sera le général Ferdinand Foch qui le remplacera.

Hautes responsabilités en État-major[modifier | modifier le code]

Puis il est nommé sous-chef d’État-major général de l'Armée, le 13 octobre 1907, et il sera membre :

  • du Comité technique d’État-major ;
  • du Comité consultatif de défense des colonies ;
  • de la Commission militaire supérieure des chemins de fer ;
  • de la Commission d'études pour la défense du littoral ;
  • de la Commission supérieure d'études des armes portatives.

Promu général de division le 23 mars 1908, il devient chef d'État-major général de l'Armée française[3], en remplacement du général Jean Brun devenu Ministre de la Guerre, et prendra ainsi la présidence de la Commission militaire supérieure des chemins de fer, de la Commission centrale des travaux géographiques et de la Commission des archives. Il occupera ces fonctions du 6 août 1909 au 30 mai 1911 avant d'être remplacé par le général Auguste Dubail.

Il est élevé à la dignité de Grand officier de la Légion d'honneur le 30 décembre 1909 et il se fait remettre les insignes le 8 janvier 1910 par le président Armand Fallières au Palais de l’Élysée.

Il est par ailleurs membre du Conseil supérieur de la guerre du au . Il est nommé vice-président de la Commission militaire supérieure des chemins de fer le 27 septembre 1911[4] et président de la Commission des travaux géographiques en 1914.

Il assiste en août 1911 avec le général Auguste Dubail aux grandes manœuvres russes.

Il assiste à la réunion du 4 mars 1913, en tant que membre du Conseil supérieur de la guerre, à l’Élysée, où fut prononcé à l’unanimité le service de trois ans, pour tous sans dispenses[5].

Première Guerre mondiale et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Le 2 août 1914, il exerce les fonctions de directeur des services de l'Arrière, il appartient au Grand quartier général de Joffre, jusqu'à son remplacement le 30 novembre 1914 par le colonel Camille Ragueneau.

Le général Laffon de Ladebat signa la première Instruction provisoire au sujet des transports de troupes en automobile[6], rédigé le 15 octobre 1914 par le capitaine Aimé Doumenc, tirant le bilan des Taxis de la Marne et des nombreuses autres opérations conduites sur le front. Cette instruction développe en huit pages les principes généraux applicables aux transports et règles techniques d’organisation.

Le 7 septembre 1914 il est placé dans la 2e section des officiers généraux mais il est maintenu dans ses fonctions de directeur des services de l'Arrière. Le 14 décembre 1914, il cesse d'exercer ses fonctions et est replacé dans la 2e section.

Décédé le 25 février 1925 à Paris, il repose dans le caveau familial au cimetière du Père-Lachaise.

Décorations[modifier | modifier le code]

En grande tenue de général membre du Conseil Supérieur de la Guerre avec ses décorations

Placard[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GO ribbon.svg Palmes academiques Officier ribbon.svg Medaille commemorative de la guerre 1870-1871 ribbon.svg
Medaille commemorative de la Guerre 1914-1918 ribbon.svg BEL Kroonorde Grootkruis BAR.svg RUS Order White Eagle BAR.png
JPN Zuiho-sho (WW2) 1Class BAR.svg

Intitulé[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Ordres étrangers[modifier | modifier le code]

Grades[modifier | modifier le code]

  • Élève (École Polytechnique) - 1/11/1868

Officier subalterne[modifier | modifier le code]

  • Sous-Lieutenant-Élève (École d'application) - 10/08/1870
  • Sous-Lieutenant - 15/08/1871
  • Lieutenant en second - 10/08/1872
  • Lieutenant en premier - 12/02/1873
  • Capitaine en second - 17/04/1875
  • Capitaine en premier - 30/07/1878

Officier supérieur[modifier | modifier le code]

  • Chef d'Escadron - 01/07/1887
  • Lieutenant-Colonel - 23/03/1895
  • Colonel - 03/04/1899

Officier général[modifier | modifier le code]

  • Général de Brigade - 07/04/1903
  • Général de Division - 23/03/1908

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 3e Bureau : opérations
  2. 1er Bureau : effectifs
  3. Le Matin (04/08/1909)
  4. Journal officiel de la République (30/09/1911)
  5. Ouest-France (05/03/1913)
  6. SHD- Terre, GQG/DA/DSA, 16N2733 et SHD-Terre, EMA/4e bureau, 7N727 Suppl.