Équipe des Tuvalu de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau : Tuvalu Équipe des Tuvalu
Écusson de l' Équipe des Tuvalu
Généralités
Confédération Associée à l'OFC
Couleurs Bleu et jaune
Stade principal Tuvalu Sports Ground
Classement FIFA en stagnation (205e du Classement Elo du 31 décembre 2016[1])
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Pays-Bas Frank Bakermans
Capitaine Mau Penisula
Plus sélectionné Mau Penisula (14)
Meilleur buteur Alopua Petoa (6)

Rencontres officielles historiques

Premier match Tahiti Drapeau : France 18 - 0 Flag of Tuvalu (1978-1995).svg Tuvalu
()
Plus large victoire

De son histoire:
Tongelre (nl) Drapeau : Pays-Bas 1–9 Drapeau : Tuvalu Tuvalu
()


Contre une sélection nationale:
Tuvalu Drapeau : Tuvalu 4–0 Drapeau : Samoa américaines Samoa américaines
()
Plus large défaite Tahiti Drapeau : France 18 - 0 Flag of Tuvalu (1978-1995).svg Tuvalu
()

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 0
Jeux du Pacifique Phases finales : 4
quarts de finale (1979)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L’équipe des Tuvalu de football (en anglais : Tuvalu national football team) est une sélection des meilleurs footballeurs tuvaluans contrôlée par la Tuvalu National Football Association (TNFA) qui est un membre associé de l'OFC mais pas de la FIFA. Elle ne participe donc pas aux grands tournois internationaux, à l'exception des Jeux du Pacifique.

Depuis 1987, les Tuvalu cherchent à être membre à part entière de la FIFA, statut qu'ils n'arrivent pas à obtenir à cause des infrastructures insuffisantes (stades, hôtels, terrains d’entrainement). Le sélectionneur est le Néerlandais Frank Bakermans depuis le , sans qu'il n'ait pour autant dirigé un seul match.

Elle a la particularité d'avoir été la seule sélection nationale non-membre de la FIFA à disputer des éliminatoires de la Coupe du monde de football, lors de l'édition 2010, à travers les Jeux du Pacifique Sud de 2007.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de l'équipe des Tuvalu (1979)[modifier | modifier le code]

Photographie en couleur d'une partie d'un stade de football et d'une tribune en arrière-plan.
Le Buckhurst Park, où les Tuvalu jouent leur premier match.

Les Tuvalu, archipel proche des Kiribati dans l'océan Pacifique, constituent une partie du protectorat britannique des îles Ellice de 1892 à 1916, puis de la colonie des îles Gilbert et Ellice (avec les actuels Kiribati), de 1916 à 1975, avant de redevenir le protectorat des îles Ellice entre 1975 et 1978. La colonie des îles Gilbert et Ellice participe aux Jeux du Pacifique Sud entre 1963 et 1975. Seul Tara Mango, un athlète de la colonie remporte une unique médaille, en argent sur le 10000 mètres, lors de l'édition 1963[2],[3], mais aucune équipe de la colonie n'a jamais participé à l'épreuve de football[4].

En ce qui concerne une sélection de footballeurs issus de la colonie des îles Gilbert et Ellice on trouve seulement la trace en 1976 de la création d'une équipe mixte de joueurs issu de l'atoll de Funafuti (capitale du pays) et des autres îles des Tuvalu, considérée comme l'ancêtre du futur club Combined Boys (qui deviendra Nauti Football Club)[5]. En 1978, les Tuvalu obtiennent leur indépendance du Royaume-Uni.

L'équipe des Tuvalu de football dispute son premier match, au cours de sa première compétition internationale, lors des Jeux du Pacifique Sud de 1979 organisés par les Fidji. La sélection est affectée au groupe 2, avec le tenant du titre, Tahiti[6], et les Tonga, qui participent également pour la première fois. La sélection tuvaluane, dirigée par le Tuvaluan Kokea Malu[7], dispute le premier match de son histoire contre Tahiti le , et perd 18-0[7]. Le match suivant, contre les Tonga, tourne à l'avantage des Tuvaluans qui gagnent sur le score de 5-3[7], grâce à un quintuplé de Saifoloi Metia Tealofi. Cette victoire permet à l'équipe des Tuvalu d'accéder aux quarts de finale où elle affronte le finaliste de la dernière édition, la Nouvelle-Calédonie, et s'incline logiquement 10-2[7]. Au même moment, la Fédération des Tuvalu de football ou Tuvalu National Football Association (TNFA) aurait été fondée[8].

Repêchée pour le tournoi de consolation, la sélection tuvaluane bat les Kiribati au terme d'une séance de tirs au but, après un match nul 3-3[7] mais perd 7-2 contre Guam[7]. L'équipe se classe finalement septième du tournoi.

Développement d'une nouvelle sélection (2000-2008)[modifier | modifier le code]

L'équipe des Tuvalu ne dispute aucun match entre 1979 et 2003. Cependant, de nombreux clubs tuvaluans actuels sont fondés lors de l'année 1980 comme le Nauti Football Club, le Football Club Tofaga ou le Nui Soccer Club, mais aucune compétition n'est organisée. La première compétition nationale est créée en 1988, l'Independence Cup, coupe en l'honneur des dix années de l'indépendance des Tuvalu, alors que le championnat des Tuvalu n'est créée qu'en 2001. Alors que le pays devient le 189e membre de l'Organisation des Nations unies après la résolution 1290 du Conseil de sécurité des Nations unies du [9], l'équipe ne participe toujours pas aux compétitions de la FIFA.

Il faut attendre les Jeux du Pacifique Sud 2003 pour qu'une sélection tuvaluane de football soit à nouveau réunie. En préparation, les Tuvalu affrontent les Fidji le et perdent 9-0. Comme en 1979, les Jeux sont organisés aux Fidji. Les Tuvalu font partie du groupe A composé des Fidji, des Kiribati, des Îles Salomon et du Vanuatu.

Le onze tuvaluan contre la Nouvelle-Calédonie aux Jeux du Pacifique Sud 2007.

Pour son premier match, l'équipe du sélectionneur australien Tim Jerks[10] bat difficilement les Kiribati (3-2), après avoir longtemps été menée au score[11]. La sélection s'incline ensuite 4-0 face aux Fidji de Juan Carlos Buzzetti qui ouvrent la marque dès la première minute et qui assurent leur victoire durant la première mi-temps[11]. Lors du match suivant contre le Vanuatu, les Tuvalu perdent 1-0, concédant le but à la 86e minute[11],[12]. Enfin, défaits 4-0 par les Salomon[11], les Tuvaluans terminent quatrièmes du groupe et ne se qualifient pas pour le tour suivant. Seuls Kivoli Manoa[13], Paenui Fagota[14] et Petio Semaia[15] ont marqué pour les Tuvalu lors de ce tournoi.

Jay Timo en plein match contre la Nouvelle-Calédonie (0-1).

Le , les Tuvalu obtiennent le statut de membre associé de la Confédération du football d'Océanie (OFC)[16], ce qui constitue une première étape importante en vue d'obtenir le statut de membre de la FIFA. Les Tuvalu ne disputent plus aucun match entre 2003 et 2007 mais participent aux Jeux du Pacifique Sud de 2007 aux Samoa. Cette compétition sert à la fois d'éliminatoires de la coupe d'Océanie de football 2008 et de premier tour aux qualifications de la zone Océanie pour la Coupe du monde 2010[17]. L'équipe des Tuvalu devient ainsi la première et seule sélection non-affiliée à la FIFA à disputer les éliminatoires d'une coupe du Monde[18]. Cette situation est rendue possible par le fait que les Jeux du Pacifique ne sont pas organisés par la FIFA et que toutes les équipes peuvent donc y participer.

Action de Viliamu Sekifu contre Tahiti (1-1).

Au cours de ce tournoi, l'équipe du sélectionneur Toakai Puapua et du capitaine Petio Semaia commence par une défaite 16-0 face aux Fidji[19], puis une défaite 1-0 contre la Nouvelle-Calédonie[19]. Au match suivant, la sélection tient en échec l'équipe de Tahiti (1-1)[19]. Le but tuvaluan est inscrit par le remplaçant Viliamu Sekifu à la quatre-vingt-septième minute[20] ; il devient ainsi le premier buteur tuvaluan dans les éliminatoires d'une Coupe du Monde[21],[22]. Les Tuvalu finissent la compétition à la dernière place, après une défaite 4-1 face aux îles Cook[19], le seul but tuvaluan étant marqué contre son camp par Stephen Willis (en).

Vers l'adhésion à la FIFA ? (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Depuis 1987, les Tuvalu cherchent à adhérer à la Fédération internationale de football association, mais peinent à remplir les conditions nécessaires en termes d'infrastructures. La recherche de ce statut contraste avec la situation du football dans le pays, car alors que le rugby domine dans l'Océanie, le football est le sport national aux Tuvalu[23].

Les joueurs alignés face aux Samoa américaines dans les Jeux du Pacifique 2011 (4-0, le à Nouméa)[24]

Jelly Selau Gardien de but - Kolone Pokia, Alamoana Tofuola, Etimoni Timuani, Alinesi Takataka, George Panapa (RemplacéEntré après 77 minutes 77e  Uota Ale) - Mau Penisula Capitaine, Vaisua Liva, James Lepaio Averti après 93 minute(s) 93e - Lutelu Tiute But inscrit après 30 minutes 30e , Alopua Petoa But inscrit après 15 minutes 15e But inscrit après 90 minutes 90e But inscrit après 92 minutes 92e

En 2008, le premier ministre tuvaluan Apisai Ielemia, de passage en Europe dans le cadre d'une collaboration entre les Tuvalu et l'Union européenne[25], rencontre le président de la TNFA Tapugao Falefou au siège de la FIFA, à Zurich, afin de discuter une éventuelle adhésion à la FIFA. La principale entrave à une adhésion est l'absence du moindre hôtel quatre à cinq étoiles dans le pays[26],[27] capable d'héberger des équipes étrangères[28], puisque le seul hôtel du pays est le Vaiaku Lagi Hotel (en). À la suite de cette rencontre, le Néerlandais Paul Driessen[note 1], un spécialiste du marketing et de la publicité, décide de soutenir les Tuvalu dans leurs démarches d'adhésion à la FIFA, et fonde la Dutch Support Tuvalu Foundation (en français : Fondation néerlandaise de soutien aux Tuvalu) en 2009[26],[28]. En février 2009, la Fédération est soutenue par l'OFC en se voyant offrir 70 millions de dollars américains sur trois années, pour améliorer les infrastructures des Tuvalu[26],[29].

En vue des Jeux du Pacifique 2011, les Tuvalu affrontent, en guise de match de préparation, les Samoa quelques jours avant le début du tournoi et s'imposent 3-0 grâce à un triplé d'Alopua Petoa[30]. Le groupe auquel est affectée la sélection est surnommé dans la presse « groupe de la mort »[31], et les Tuvalu sont considérés avec Guam et les Samoa américaines comme les équipes les plus faibles du tournoi[31]. L'équipe entame la compétition avec une victoire 4-0 face aux Samoa américaines[24], avec un triplé d'Alopua Petoa[30] et un but de Lutelu Tiute. Elle perd les trois matchs suivants, contre le Vanuatu (5-1[32]), la Nouvelle-Calédonie (8-0[33]) et les Salomon (6-1)[34]. Pour le dernier match contre Guam, le gardien tuvaluan Jelly Selau est expulsé à la dix-septième minute[35], concédant un penalty, transformé par l'équipe de Guam[36]. Bien qu'en infériorité numérique, l'équipe égalise par Togavai Stanley et obtient ainsi un match nul à l'issue duquel il se classe quatrième, à égalité avec Guam[35].

En 2013, la Dutch Support Tuvalu Foundation organise un tour de deux mois et demis aux Pays-Bas pendant lequel la sélection affronte des équipes amateur et jeunes[37], après avoir réuni une somme de 150 000 livres sterling[26]. Le but est de rendre plus crédible la sélection face aux instances internationales. Le recrutement de l'entraîneur Leen Looijen, secondé par André van der Ley, permet de donner l'image d'une sélection nationale bien encadrée. Il décide de sélectionner vingt-six joueurs, la plupart jouant aux Tuvalu et quelques-uns en Nouvelle-Zélande.

Arrivés le 16 août aux Pays-Bas[38], les Tuvalu perdent leurs quatre premiers matchs, parmi lesquels une défaite 10-1 face au club du VV Wilhelmus[39]. Commençant le mois suivant avec deux matchs sans victoire, la sélection tuvaluane gagne son premier match le 11 septembre face aux jeunes du VV Brederodes (5-3), avant d'enchaîner avec deux victoires face au JVC Julianadorp (2-1)[40] puis face aux jeunes du RKSV FCV Venlo (7-1). Les Tuvalu alternent par la suite les bons et les mauvais résultats, avec une victoire, un match nul et deux défaites dont une 8-1 contre les Rolder Boys (nl). En octobre 2013, les Tuvalu continuent leur tournée et gagnent cinq rencontres sur les dix organisées. En outre, la sélection s'impose 9-1 face au RKVV Tongelre (nl) grâce à un triplé de Sepetaio « Willie » Nokisi, deux doublés de Alopua Petoa et de Telava Folitau et des buts de Taufaiva Ionatana et Tiely Sela[41],[42], cependant une source donne une victoire sur le score de 7-1[43]. Un dernier match, prévu le à Weert face au Wilhelmina '08 est annulé en raison des intempéries[41]. Finalement, sur les vingt-trois matchs joués aux Pays-Bas, les Tuvalu en remportent neuf, en perdent treize, et font un match nul.

Présent sur les feuilles de match la plupart du temps sur le banc des remplaçants, l'ancien footballeur international néerlandais[44] Stan Valckx dispute des matchs avec les Tuvalu, notamment contre le SV Panningen[45] (défaite quatre buts à deux).

Avant de rentrer aux Tuvalu, la sélection s'arrête aux Fidji où elle joue trois matchs, dont deux nuls 2-2[46] contre le Suva FC[47] et une victoire 3-1 face aux Northern Sharks[48],[37]. Malgré ces résultats encourageants, les Tuvalu ne peuvent toutefois participer aux Jeux du Pacifique de 2015 car cette épreuve est réservée aux équipes de joueurs de moins de 23 ans dans le cadre des éliminatoires des Jeux olympiques de Rio[49].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Tribune d'un stade de football
Une tribune du Tuvalu Sports Ground

Les Tuvalu ne possèdent qu'un stade : le Tuvalu Sports Ground, qui se trouve sur l'atoll de Funafuti, capitale du pays. Construit sur une base de corail sans herbe, le terrain n'est pas uniformément plat. Afin de faciliter la pousse de l'herbe, de l'argile est importée des Fidji dans le but d'avoir un terrain s'inscrivant dans les normes de la FIFA.

Footballeurs en train de s'entraîner.
Entraînement au Tuvalu Sports Ground.

Il est utilisé par les huit clubs de football du pays[note 2], pour les compétitions de football organisées par la Tuvalu National Football Association (la coupe de l'indépendance des Tuvalu, la National Bank of Tuvalu Cup (NBT Cup), la Christmas Cup[note 3], et le championnat des Tuvalu) et lors des Jeux des Tuvalu (Tuvalu Games (en))[50].

Comme terrain d'entraînement, les Tuvalu utilisent, faute de place, la piste d'atterrissage[51] du Funafuti International Airport (en), ce qui constitue une difficulté supplémentaire en vue de l'adhésion à la FIFA. De plus, l'obtention du statut de membre de la FIFA permettrait de pouvoir payer un sélectionneur[23], ce qui n'est pas le cas actuellement.

Malgré la présence de ce stade, la sélection tuvaluane n'a néanmoins jamais joué de match international officiel sur son sol[52].

Couleurs[modifier | modifier le code]

Joueur de football portant un maillot bleu azur avec liserés jaunes.
Maillot des Tuvalu en 2011.

La sélection tuvaluane reprend les couleurs figurant sur le drapeau national, à savoir le jaune et le bleu azur. Ce dernier rappelle la couleur de l'océan, précisément l'océan Pacifique. Quant au jaune, qui représente les différents atolls des Tuvalu, il est présent au niveau du col et par des liserés jaunes sur le maillot[53].

Joueur de football portant un maillot blanc.
Viliamu Sekifu avec le maillot blanc.

L'équipe dispose d'un deuxième maillot, utilisé lorsque le maillot de l'adversaire ressemble à celui des Tuvalu. Il est blanc avec des liserés bleus azur.

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2003
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2007
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011

Palmarès[modifier | modifier le code]

Photographie d'une scène d'un match de football : un joueur en bleu bouscule un autre joueur rouge pour le ballon.
Etimoni Timuani face à la Nouvelle-Calédonie, en 2011 (0-8).

Les Tuvalu n'ont disputé qu'une compétition internationale, les Jeux du Pacifique. Il s'agit d'une compétition sportive qui sert en quelque sorte de transposition des Jeux olympiques sur le plan régional du Pacifique insulaire. La compétition est néanmoins reconnue par le Comité international olympique. N'étant pas membre de la FIFA, ils profitent de cette compétition pour jouer des matchs internationaux.

En dix-huit matchs, les Tuvalu ont surtout concédé de nombreuses défaites, remporté trois matchs et fait trois matchs nuls. Ils ont réalisé leur meilleure performance en 1979, avec un quart de finale et une septième place.

Parcours aux Jeux du Pacifique
Année Position
1963-1975 Non inscrite (partie intégrante des îles Ellice et Gilbert)
Drapeau des Fidji 1979 Quarts-de-finale (7e place)
1983-1995 Non inscrite
Drapeau des Fidji 2003 Premier tour
Drapeau des Samoa 2007 Premier tour
Drapeaux de la Nouvelle-Calédonie 2011 Premier tour
Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée 2015 Non inscrite

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Foppe de Haan est le sélectionneur des Tuvalu en 2011.
Leen Looijen est le sélectionneur durant la tournée aux Pays-Bas.
Liste des sélectionneurs de l'équipe des Tuvalu
Sélectionneurs Mandat Matchs Victoire Nul Défaite Pourcentage de victoires
Drapeau des Tuvalu Kokea Malu 1979 5 1 1 3 20
Drapeau de l'Australie Jerks, TimTim Jerks 2003 5 1 0 4 20
Drapeau des Tuvalu Puapua, ToakaiToakai Puapua 2006–2010 4 0 1 3 0
Drapeau des Pays-Bas de Haan, FoppeFoppe de Haan 2011 6 2 1 3 33,3
Drapeau des Pays-Bas Looijen, LeenLeen Looijen 2013 26[note 4] 10 3 13 38,4
Drapeau des Pays-Bas Bob Roosen 2013 0 0 0 0 0
Drapeau des Pays-Bas Frank Bakermans 2016 0 0 0 0 0

Le premier sélectionneur de l'équipe des Tuvalu de football est le Tuvaluan Kokea Malu, qui l'a dirigée lors des Jeux du Pacifique Sud de 1979.

En mai 2003, après une période sans aucun match officiel disputé et sans sélectionneur, l'Australien Tim Jerks prend le poste[54]. Il travaillait au New South Wales Institute of Sport (en). Il dirige la sélection lors des Jeux du Pacifique Sud de 2003, où la sélection est éliminée au premier tour. Il dirige aussi le premier match amical officiel de l'histoire des Tuvalu, contre les Fidji. En cinq matchs, il connaît une victoire.

Toakai Puapua dirige la sélection de 2006 à 2010.

En 2006, l'entraîneur du Football Club Tofaga Toakai Puapua[55] est nommé sélectionneur national des Tuvalu. Il dirige la sélection lors des Jeux du Pacifique Sud de 2007 aux Samoa. Durant ce tournoi, il dispute quatre matchs, avec trois défaites et un nul. Il reste sélectionneur jusqu'en 2010, sans disputer aucun match.

La Dutch Support Tuvalu Foundation aide les Tuvalu à trouver des sélectionneurs comme Looijen.

Le 27 mai 2011, l'ancien entraîneur du Sportclub Heerenveen et de l'Ajax Cape Town Football Club, le Néerlandais Foppe de Haan[56], est nommé sélectionneur, par l'intermédiaire de la Dutch Support Tuvalu Foundation. Après une première victoire contre les Samoa en match amical, il dirige la sélection pour les Jeux du Pacifique de 2011. Après une victoire historique contre les Samoa américaines, il enregistre trois défaites consécutives, finissant par un match nul contre Guam. Après ce tournoi, il quitte la sélection pour les jeunes du SC Heerenveen.

Toujours en lien avec la Dutch Support Tuvalu Foundation, un autre sélectionneur néerlandais est nommé en 2013, Leen Looijen[57], qui a déjà officié dans des clubs néerlandais et à la tête des Antilles néerlandaises. Il dirige la sélection lors de la tournée aux Pays-Bas de vingt-trois matchs, avec un bilan de neuf victoires, un nul et treize défaites, puis lors d'une tournée aux Fidji, se soldant par une victoire et deux nuls. À l'issu de cette tournée, il quitte la tête de la sélection.

La charge de sélectionneur a ensuite été occupée par le Néerlandais Bob Roosen[58], qui travaille avec les jeunes du PSV Eindhoven[59]. Il est responsable de la sélection mais il n'a pas disputé le moindre match officiel avec les Tuvalu.

Le 12 août 2016, un nouveau sélectionneur néerlandais Frank Bakermans est nommé[60].

Joueurs[modifier | modifier le code]

Vu le faible nombre de matchs internationaux des Tuvalu, peu de joueurs tuvaluans ont un nombre de sélections important. Le milieu Mau Penisula détient le record avec quatorze sélections en ayant participé à trois éditions des Jeux du Pacifique (2003, 2007 et 2011), mais sans inscrire le moindre but. Jelly Selau et Joshua Tui Tapasei comptent chacun huit sélections. Paenui Fagota compte sept sélections.

Les footballeurs tuvaluans sont tous amateur et jouent pour la grande majorité dans des clubs des Tuvalu, bien que certains jouent aux Fidji (comme Mau Penisula) ou en Nouvelle-Zélande dans des championnats locaux (comme Sepetaio "Willie" Nokisi et Iosefatu Taui Alefaio au Ranui Swanson (en)). Deux footballeurs internationaux tuvaluans ont joué dans un club néerlandais : Alopua Petoa et Vaisua Liva, qui ont joué avec la réserve du Rooms-Katholieke Voetbalvereniging Brabantia (nl), dans un championnat local[61] pendant trois mois[62].

De plus, pour quelques matchs non officiels face à des clubs amateur lors de la tournée aux Pays-Bas en 2013, l'ancien défenseur international néerlandais Stan Valckx dispute des matchs avec Tuvalu[37],[63],[64].

Le tableau suivant liste les joueurs ayant honoré le plus de sélections avec l'équipe des Tuvalu :

Liste des joueurs les plus sélectionnés
Rang Joueur Nombre de sélections Buts
1 Mau Penisula[65] 14 0
2 Joshua Tui Tapasei[66] 8 0
Jelly Selau[67] 8 0
4 Paenui Fagota[68] 7 1

La fondation a aussi encouragé à l'élection du joueur tuvaluan de l'année, trophée créé en 2014 et remporté par Sepetaio "Willie" Nokisi[69],[70].

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Meilleurs buteurs tuvaluans
Rang Buts Joueur Jeux du Pacifique
1 6[71] Alopua Petoa 2011
2 5+[note 5] Saifoloi Metia Tealofi 1979
3 1[72] Lutelu Tiute 2011
1[73] Togavai Stanley 2011
1 James Lepaio 2011
1 Uota Ale 2011
1[74] Viliamu Sekifu 2007
1[75] Petio Semaia 2003 et 2007
1[68] Paenui Fagota 2003 et 2007
1[76] Kivoli Manoa 2003
Photographie d'une scène d'un match de football : un joueur au maillot bleu ciel se dresse devant un joueur en rouge.
Alopua Petoa est le meilleur buteur de l'équipe nationale des Tuvalu avec six buts, ici en 2011 lors du match amical contre les Samoa.

Le meilleur buteur de la sélection des Tuvalu est l'attaquant Alopua Petoa[71], qui est international depuis 2011 et qui a inscrit un triplé contre les Samoa en amical et un triplé contre les Samoa américaines lors des Jeux du Pacifique 2011. Le second meilleur buteur de la sélection est Saifoloi Metia Tealofi avec cinq buts[note 5]. Quant aux autres buteurs, ils n'ont inscrit qu'un seul but lors des différentes éditions des Jeux du Pacifique.

Différents effectifs[modifier | modifier le code]

Voici la liste des différents effectifs qui ont disputé les Jeux du Pacifique ainsi que la Tournée aux Pays-Bas et aux Fidji :

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Photographie de l'équipe des Tuvalu : 28 hommes sont de face, debouts, souriants, sur trois rangs, sur la plage, sous des palmiers.
L'équipe nationale des Tuvalu en 2011.

N'étant pas membre de la FIFA, les Tuvalu n'ont affronté que des sélections océaniennes lors des Jeux du Pacifique. Cependant, elle a affronté une sélection de la Confédération asiatique de football[77], Guam[note 8] en 2011.

Le premier match de l'histoire des Tuvalu constitue aussi sa plus large défaite[78], qui s'est soldé sur le score de dix-huit buts à zéro contre Tahiti, le 28 août 1979. Quant à sa plus large victoire, elle est réalisée le 27 août 2011 contre les Samoa américaines sur le score de quatre buts à zéro.

Classement Elo[modifier | modifier le code]

N'étant pas membre de la Fédération internationale de football association, la sélection tuvaluane ne figure par conséquent pas dans le Classement mondial de la FIFA. Cependant, le Classement mondial de football Elo, apparu en contestation de ce dernier, permet de prendre en compte les résultats de toutes les sélections, qu'elles soient membres ou non de la FIFA. Les Tuvalu y ont toujours figuré dans les dernières places. Le tableau suivant relate l'évolution du classement Elo de la sélection :

Classement Elo des Tuvalu
Année 1979 2003 2007 2011 2016
Classement mondial Elo 179 195 204 205 205
Nombre de points 896 915 875 868 822
Photographie d'une scène d'un match de football avec un joueur au maillot bleu ciel, faisant une passe à un coéquipier.
Les Tuvalu et Akelei Lima'alofa gagnent seize points et deux places dans le classement Elo, grâce à la victoire trois buts à zéro contre les Samoa.

Le premier match contre Tahiti place les Tuvalu à la 181e place du classement[79], puis le match contre les Tonga permet de gagner deux places[79], classement conservé lors du quart de finale des Jeux du Pacifique Sud de 1979 contre la Nouvelle-Calédonie[79]. À la fin du tournoi principal, les Tuvalu se classent 179e, avec 896 points[79].

En 2003, le match amical contre les Fidji amène la sélection avec 928 points à la 194e place[79]. Puis lors des Jeux du Pacifique Sud de 2003, ils passent de la 193e à la 195e place, perdant quinze points[79].

Lors des Jeux du Pacifique Sud de 2007 contre les Fidji, ils perdent neuf points et arrivent à la 197e place[79], place qu'ils conservent contre la Nouvelle-Calédonie malgré une perte de quatre points[79]. Le match nul contre Tahiti[79] permet aux Tuvalu de gagner seize points et de gagner une place. Mais la défaite contre les îles Cook leur fait perdre quarante-trois points et huit places[79]. Cela constitue la pire chute dans le classement de l'histoire des Tuvalu.

Lors du second match amical de son histoire contre les Samoa, les Tuvalu gagnent seize points et deux places[79]. Quant aux Jeux du Pacifique de 2011, la victoire contre les Samoa américaines permet aussi de gagner huit points et trois places[79]. Mais les trois matchs suivants font perdre dix-neuf points et quatre places[79]. Enfin le match nul contre Guam fait aussi perdre douze points et deux places[79]. Les Tuvalu terminent avec 868 points et à la 205e place[79].

En décembre 2016, les Tuvalu n'ont plus joué de matchs officiels contre une sélection depuis 2011, n'entraînant pas de changement dans le classement. L'équipe se classe entre Wallis-et-Futuna et le Cambodge[80].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul Driessen a été directeur de marketing et de la communication de la TNFA entre 2009 et 2014.
  2. Les huit clubs, tous situés à Funafuti, sont : FC Manu Laeva, FC Nanumaga, FC Niutao, FC Tofaga, Lakena United, Nauti FC, Nui et Tamanuku.
  3. La Christmas Cup est un tournoi organisé en décembre de chaque année.
  4. Il ne s'agit pas de matchs officiels contre des sélections, seulement des matchs contre des clubs.
  5. a et b On ne connaît pas tous les buteurs tuvaluans lors des Jeux du Pacifique Sud 1979.
  6. Kausea Natano est ministre des communications entre 2010 et 2013.
  7. Jelly Selau peut évoluer aussi comme milieu de terrain, lors des Jeux du Pacifique 2011, contre les îles Salomon.
  8. Guam est une île océanienne, néanmoins la fédération de Guam de football est membre de l'AFC depuis 1996.
  9. Mis à jour en décembre 2016
  10. Lors de la première rencontre en 1979, Guam était une sélection de la Confédération d'Océanie. Lors de la seconde rencontre en 2011, Guam est devenue membre de la Confédération asiatique.
  11. Les Kiribati sont un membre associé de l'OFC, comme les Tuvalu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « World Football Elo Ratings », sur eloratings.net,‎ (consulté le 31 décembre 2016).
  2. (en) Neil Morrison, « South Pacific Games », sur gbrathletics.com, Athletics Weekly (en) (consulté le 17 décembre 2016)
  3. (en) « History », sur sportstg.com, Kiribati Athletics Association (consulté le 17 décembre 2016)
  4. (en) Neil Morrison, « South Pacific Games and Mini Games », sur rsssf.com (consulté le 17 décembre 2016)
  5. (en) « Clubs in Tuvalu », sur tnfa.com (consulté le 18 décembre 2016)
  6. (en) « South Pacific Games 1975 (Guam) », sur rsssf.com (consulté le 31 mai 2016)
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) « South Pacific Games 1979 (Fiji) », sur rsssf.com (consulté le 31 mai 2016)
  8. (en) « Important moments in history », sur tnfa.tv (consulté le 22 décembre 2016)
  9. (en) « Security Council recommends admission of Tuvalu; adopts resolution 1290 (2000) by 14-0-1 (China) », United Nations,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Tuvalu Soccer Team out to create upset », sur foxsportspulse.com (consulté le 26 mai 2016)
  11. a, b, c et d (en) « South Pacific Games 2003 (Fiji) - Tournament Details », sur rsssf.com (consulté le 26 mai 2016)
  12. (en) « Match 10: Tuvalu vs Vanuatu », sur foxsportspulse.com (consulté le 26 mai 2016)
  13. (en) « Kivoli Manoa », sur national-football-teams.com (consulté le 26 mai 2016)
  14. (en) « Paenui Fagota », sur national-football-teams.com (consulté le 26 mai 2016)
  15. (en) « Petio Semaia », sur national-football-teams.com (consulté le 26 mai 2016)
  16. (en) « Member associations », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 juin 2016)
  17. (en) « PREVIEW-Soccer-Long World Cup qualifying road starts in Samoa », sur uk.reuters.com (consulté le 26 mai 2016)
  18. « L'Océanie lance les éliminatoires pour Afrique du Sud 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 26 mai 2016)
  19. a, b, c et d (en) « South Pacific Games 2007 (Samoa) », sur rsssf.com (consulté le 26 mai 2016)
  20. « Premier qualifié pour les demi-finales », sur fr.fifa.com (consulté le 26 mai 2016)
  21. (en) « SUPER SUB SEKIFU LEAVES TAHITI RED-FACED », sur foxsportspulse.com (consulté le 26 mai 2016)
  22. « Tuvalu * - Tahiti », sur fr.fifa.com (consulté le 23 juin 2016)
  23. a et b « Tuvalu veut entrer dans la famille », sur fr.fifa.com (consulté le 26 mai 2016)
  24. a et b (en) « Tuvalu 4 - 0 American Samoa », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  25. « Le changement climatique, déjà une réalité pour Tuvalu », sur bruxelles.cta.int (consulté le 18 décembre 2016)
  26. a, b, c et d (en) Paul Watson (en), « Fifa's exiles », The Blizzard - The Football Quarterly, Blizzard Media, no 15,‎ (lire en ligne)
  27. (en) « Tuvalu determined to secure FIFA membership », sur tnfa.tv (consulté le 23 mai 2016)
  28. a et b (en) « Tuvalu still dreams of joining Fifa's world football family », sur bbc.com (consulté le 22 mai 2016)
  29. (en) « Tuvalu gets funding for football equipment », sur radionz.co.nz (consulté le 6 juin 2016)
  30. a et b (en) « Interview with Alopua Petoa (Tuvalu) », sur oceanianf.weebly.com (consulté le 25 mai 2016)
  31. a et b (en) « De Haan: We will be a surprise package », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  32. (en) « Vanuatu 5 - 1 Tuvalu », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  33. (en) « Tuvalu 0 - 8 New Caledonia », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  34. (en) « Solomon Islands 6 -1 Tuvalu », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  35. a et b (en) « Guam 1 - 1 Tuvalu », sur oceaniafootball.com (consulté le 25 mai 2016)
  36. (en) « Jason Cunliffe - International Goals », sur www.rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation,‎ (consulté le 25 mai 2016)
  37. a, b et c (en) « Tuvalu national team tour of the Netherlands 2013 », sur rsssf.com (consulté le 1er juin 2016)
  38. (en) « TUVALU IN HOLLAND: SQUAD-LIST », sur patmcguinness.blogspot.fr (consulté le 1er juin 2016)
  39. (nl) « Oefenstage Tuvalu in Nederland 2013 », sur voetbalkroniek.nl (consulté le 1er juin 2016)
  40. (nl) « Nationaal team Tuvalu te gast bij JVC », sur jvc-julianadorp.nl (consulté le 22 juin 2016)
  41. a et b (en) « TUVALU IN HOLLAND: LIST OF RESULTS », sur patmcguinness.blogspot.fr (consulté le 1er juin 2016)
  42. (nl) « Tuvalu en de wedstrijden », sur indewandelgangen.com (consulté le 1er juin 2016)
  43. (nl) « Tuvalu en de wedstrijden », sur indewandelgangen.com (consulté le 27 novembre 2016)
  44. (nl) « Stan Valckx », sur wereldvanoranje.nl (consulté le 1er juin 2016)
  45. (nl) « SV Panningen - Tuvalu 4 - 2 », sur freewebs.com (consulté le 1er juin 2016)
  46. (en) « Suva holds Tuvalu in friendlies », sur fijilive.com (consulté le 9 juin 2016)
  47. (en) « Whites to play friendlies against Tuvalu », sur fijilive.com (consulté le 9 juin 2016)
  48. (en) « Tuvalu to face Northern Sharks in friendly », sur fijilive.com (consulté le 9 juin 2016)
  49. (en) « Pacific Games Papua New Guinea 2015 », sur jason.soffe.free.fr (consulté le 15 juin 2016)
  50. (en) « Tuvalu Sports Ground », sur latitude.to (consulté le 27 décembre 2016)
  51. (en) « OFC hits back at Tuvalu over FIFA bid », sur abc.net.au (consulté le 23 mai 2016)
  52. (en) « Tuvalu determined to secure FIFA membership », sur pina.com.fj (consulté le 23 mai 2016)
  53. (en) James Minahan, The Complete Guide to National Symbols and Emblems, vol. 1, ABC-CLIO, , 977 p. (ISBN 9780313344978, lire en ligne), p. 195-196
  54. (en) « Tuvalu Soccer Team out to create upset », sur foxsportspulse.com (consulté le 7 juin 2016)
  55. (de) « Toakai Puapua », sur transfermarkt.de (consulté le 7 juin 2016)
  56. (nl) « De Haan bondscoach eiland Tuvalu », sur nu.nl (consulté le 6 juin 2016)
  57. (nl) « Looijen even bondscoach Tuvalu », sur telegraaf.nl (consulté le 7 juin 2016)
  58. (nl) « Wij zijn FUN PT », sur funpt.nl (consulté le 9 juin 2016)
  59. (nl) « Pasfoto-galerij - Bob Roosen », sur psvjeugd.nl (consulté le 9 juin 2016)
  60. (nl) « Frank Bakermans van brabantia wordt bondscoach van Tuvalu in Oceania », sur ed.nl (consulté le 28 novembre 2016)
  61. (nl) « Afscheid Vaisua en Petoa » (consulté le 22 juin 2016)
  62. (nl) « Tropische verrassing bij voetbalclub Brabantia » (consulté le 14 juin 2016)
  63. (en) W.B. Tukker, « NETHERLANDS: SV Panningen », sur extremefootballtourism.blogspot.fr,‎ (consulté le 17 décembre 2016)
  64. (en) Pat. McGuinness, « TUVALU IN HOLLAND: SV PANNINGEN 4:2 TUVALU », sur patmcguinness.blogspot.fr,‎ (consulté le 17 décembre 2016)
  65. (en) « Penisula, Mau » (consulté le 13 juin 2016)
  66. (en) « Tapasei, Joshua Tui » (consulté le 13 juin 2016)
  67. (en) « Selau, Jelly » (consulté le 13 juin 2016)
  68. a et b (en) « Fagota, Paenui » (consulté le 2 juin 2016)
  69. (en) Editor, « Sepetaio Willie Tuvaluan Football Player of 2014! », Fenui News,‎ (consulté le 12 juin 2015)
  70. (en) « Sepetaio Willie Tuvaluan Football Player of 2014! », Dutch Support Tuvalu Foundation,‎ (consulté le 5 avril 2015)
  71. a et b (en) « Interview with Alopua Petoa (Tuvalu) », Oceania No FIFA,‎ (consulté le 2 juin 2016)
  72. (en) « Tiute, Lutelu » (consulté le 2 juin 2016)
  73. (en) « Stanley, Togavai » (consulté le 2 juin 2016)
  74. (en) « Sekifu, Viliamu » (consulté le 2 juin 2016)
  75. (en) « Semaia, Petio » (consulté le 2 juin 2016)
  76. (en) « Manoa, Kivola » (consulté le 2 juin 2016)
  77. (en) « History of Guam Football Association », sur guamfa.com (consulté le 18 décembre 2016)
  78. (en) « Tuvalu - List of International Matches », sur rsssf.com (consulté le 18 décembre 2016)
  79. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) « World Football Elo Ratings: Tuvalu », sur eloratings.net (consulté le 5 juin 2016)
  80. (en) « World Football Elo Ratings », sur eloratings.net (consulté le 31 décembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :