Équipe du Cambodge de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau : Cambodge Équipe du Cambodge
Écusson de l' Équipe du Cambodge
Généralités
Confédération AFC
Couleurs Bleu
Surnom Les Royals
Stade principal Stade olympique de Phnom Penh
Classement FIFA en augmentation 169e (19 septembre 2019)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Japon Keisuke Honda et Drapeau : Argentine Félix Dalmás
Capitaine Kouch Sokumpheak
Plus sélectionné Laboravy Khuon (56)
Meilleur buteur Chan Vathanaka (16)
Rencontres officielles historiques
Premier match Drapeau : Cambodge Cambodge 2 - 3 Drapeau : Malaisie Malaisie
()
Plus large victoire Drapeau : Cambodge Cambodge 11 - 0 Drapeau : Yémen Yémen du
Nord

(1966)
Plus large défaite Drapeau : Iran Iran 14 - 0 Drapeau : Cambodge Cambodge
()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 0
Coupe d'Asie Phases finales : 1
Quatrième en 1972

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe du Cambodge de football (en khmer : ក្រុមបាល់ទាត់ជម្រើសជាតិកម្ពុជា) est l'équipe nationale du Cambodge, dirigée par la Fédération du Cambodge de football. Elle était connue sous le nom d'Équipe nationale de la Republique Khmère de football entre 1970 et 1975. Elle a fini 4e à la coupe d'Asie des nations de football 1972. L'équipe a été créée en 1933 et a rejoint la FIFA en 1953. L'un des meilleurs joueurs a été Hok Socheta. Il a été considéré comme le 2e meilleur attaquant d'Asie du Sud-Est. En 1997, Hok Socheta a été élu meilleur joueur d'Asie du Sud-Est et a reçu le ballon d'or de Sanyo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Coupe d'Asie de 1972[modifier | modifier le code]

Pendant le tournoi, la République Khmère était l'une des meilleures équipes nationales d'Asie. La République Khmère s'était qualifiée jusqu'aux demi-finales, mais a ensuite été battue par l'Iran et la Thailande. Elle est arrivée en 4e position. C'est la meilleure position que le Cambodge a atteint dans un tournoi international.

De 1990 à 2010[modifier | modifier le code]

Après des décennies de guerres, au cours desquelles le génocide des Khmer Rouges et l'invasion vietnamienne qui a fait basculer les Khmer Rouges, le Cambodge est revenu au football international en 1993. Le premier tournoi comme nouvelle équipe a été la Tiger Cup, où le Cambodge a perdu ses 4 matchs. Bien que le Cambodge a été le plus faible pendant ce tournoi, le Cambodge a fait preuve d'un grand esprit de football. Cependant, lors des tournois successifs, le Cambodge n'a pas réussi à atteindre son niveau d'autrefois. Malgré cela, le Cambodge a donné naissance à l'un des meilleurs footballeur cambodgien de son histoire, Hok Socheta.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Le football cambodgien a connu une renaissance après des décennies d'ombre. Cette renaissance a commencé avec l'arrivée de Lee Tae-Ho, qui a développé le football au Cambodge, avec un changement tactique, le développement des jeunes et la promotion des jeunes cambodgiens dans l'équipe nationale ce qui a donné un espoir pour le développement du Cambodge. Dans cette équipe, il y a beaucoup de nouveaux jeunes, notamment Chan Vattanaka, qui est le premier cambodgien à jouer dans une équipe en dehors du Cambodge (10 matchs en Malaisie).

La sélection a également signé des progrès lors du 3e tour qualificatif pour la Coupe d'Asie des nations 2019 (en) ; où le Cambodge, qui s'était défait de Taïwan au tour précédent (en) et a été ensuite placé dans le groupe C ; a battu à domicile l'Afghanistan (1-0) et donné du fil à retordre, toujours à domicile, au Viêt Nam (défaite 1-2) et à la Jordanie (défaite 0-1). En revanche le Cambodge a montré plus de fébrilité à l'extérieur où il y a perdu ses 3 matchs, dont certains sur un score lourd (défaites 0-7 en Jordanie et 0-5 au Viêt Nam) et a fini à la dernière place de son groupe, avec 3 points.

Le , le célèbre joueur japonais Keisuke Honda qui évolue alors au Melbourne Victory devient sélectionneur de l'équipe.

Sous sa houlette et celle de l'Argentin Félix Dalmás, la sélection a dominé à deux reprises le Pakistan lors du 1er tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, à domicile (2-0) puis sur terrain neutre au retour pour des raisons de sécurité (2-1). Qualifié pour le tour suivant où il est placé dans le groupe C, le Cambodge a également montré une belle résistance à domicile lors des deux premières rencontres face à Hong Kong (1-1 en ayant globalement dominé le match mais manqué de réussite offensive) et à Bahreïn (défaite 0-1). Cependant, les protégés de Keisuke Honda, plus friables à l'extérieur comme lors du 3e tour qualificatif pour la Coupe d'Asie des nations 2019 (en), ont subi la plus lourde défaite de leur histoire le en s'inclinant 0-14 en Iran, une rencontre où le Cambodge, largement dominé dans tous les compartiments du jeu, a manqué le penalty du 7-1 en début de seconde mi-temps[2]. Le Cambodge tente ensuite de résister comme il le peut à domicile face à l'Irak, autre favori du groupe C, mais s'incline 0-4, la faute à de trop nombreuses erreurs techniques et une infériorité sur le plan physique et athlétique[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'équipe du Cambodge
Année 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement mondial 180 186 170 162 168 169 169 176 178 184 188 174 183 178 175 166 170 184 189 179 180 173 173 172

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • 1930 : Non inscrit
  • 1934 : Non inscrit
  • 1938 : Non inscrit
  • 1950 : Non inscrit
  • 1954 : Non inscrit
  • 1958 : Non inscrit
  • 1962 : Non inscrit
  • 1966 : Non inscrit
  • 1970 : Non inscrit
  • 1974 : Non inscrit
  • 1978 : Non inscrit
  • 1982 : Non inscrit
  • 1986 : Non inscrit
  • 1990 : Non inscrit
  • 1994 : Non inscrit
  • 1998 : Tour préliminaire
  • 2002 : Tour préliminaire
  • 2006 : Non inscrit
  • 2010 : Tour préliminaire
  • 2014 : Tour préliminaire
  • 2018 : Tour préliminaire
  • 2022 : Éliminatoires en cours

Parcours en Coupe d'Asie[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Tour préliminaire
  • 1960 : Non inscrit
  • 1964 : Non inscrit
  • 1968 : Tour préliminaire
  • 1972 : 4e place
  • 1976 : Non inscrit
  • 1980 : Non inscrit
  • 1984 : Non inscrit
  • 1988 : Non inscrit
  • 1992 : Non inscrit
  • 1996 : Non inscrit
  • 2000 : Tour préliminaire
  • 2004 : Tour préliminaire
  • 2007 : Non inscrit
  • 2011 : Non inscrit
  • 2015 : Non inscrit
  • 2019 : Tour préliminaire

Parcours en Coupe d'Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

  • 1996 : 1er tour
  • 1998 : Tour préliminaire
  • 2000 : 1er tour
  • 2002 : 1er tour
  • 2004 : 1er tour
  • 2007 : Tour préliminaire
  • 2008 : 1er tour
  • 2010 : Tour préliminaire
  • 2012 : Tour préliminaire
  • 2014 : Tour préliminaire
  • 2016 : 1er tour
  • 2018 : 1er tour

Parcours aux Jeux d'Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

  • 1959 : Non inscrit
  • 1961 : Dernier de la poule B
  • 1965 : Non inscrit
  • 1967 : Non inscrit
  • 1971 : Non inscrit
  • 1973 : Non inscrit
  • 1975 : Non inscrit
  • 1977 : Non inscrit
  • 1979 : Non inscrit
  • 1981 : Non inscrit
  • 1983 : Non inscrit
  • 1985 : Non inscrit
  • 1987 : Non inscrit
  • 1989 : Non inscrit
  • 1991 : Non inscrit
  • 1993 : Non inscrit
  • 1995 : Dernier de la poule A
  • 1997 : 3e sur 5 de la poule B
  • 1999 : Dernier de la poule B
  • 2001 : Dernier de la poule A
  • 2003 : Dernier de la poule B
  • 2005 : Dernier de la poule A
  • 2007 : Dernier de la poule A

Chronologie des sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 8 avril 2019).
  2. Thibault Bourru, « Iran - Cambodge : une humiliation historique », sur Le Petit Journal, (consulté le 16 octobre 2019)
  3. Thibault Bourru, « Cambodge - Irak : le sursaut d'orgueil n'a pas eu lieu », sur Le Petit Journal, (consulté le 16 octobre 2019)