Azur (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azur et Azuré.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le terme azur est synonyme de bleu. En héraldique, il désigne un émail bleu. Par métonymie, le mot désigne aussi le ciel.

Azur a désigné plusieurs produits et colorants bleus.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L’azur signifie à l'origine le lapis lazuli et sa couleur, appelée bleu outremer. Il vient du latin médiéval azurium, tiré de l'arabe al-lazward[1], ou du persan lazhward (bleu)[2]. Par extension, il désigne un bleu intense et lumineux[3].

« Mais leur regard discipliné
A perdu ses vives lumières
Et son bel azur étonné. »

— Enfants trouvées - Poèmes modernes - François Coppée sur WikiSource

L'azur ne signifie le ciel que par dérive lexicale. La couleur azur ne représente donc pas un bleu ciel ; mais on caractérise parfois le ciel ainsi lorsqu'il est d'un bleu intense.

À la fin du XIXe siècle, quand l'écrivain Stéphen Liégeard inventa l'expression « Côte d'Azur » pour désigner le littoral provençal, le terme avait encore cette signification.

Autrefois réservé à des bleus intenses, puis à des couleurs de ciels de régions méditerranéennes, il a désigné, de plus en plus, la couleur plus pâle de ciels de latitudes plus élevées[1].

Définition technique[modifier | modifier le code]

Azure (Web)
Composante
RVB (r, v, b) (240, 255, 255)
Triplet hexa. F0FFFF
CMJN (c, m, j, n) (5.9 %, 0 %, 0 %, 0 %)
TSL (t, s, l) (180°, 5.9 %, 97.1 %)

Terme du langage courant, commercial et poétique, azur ne renvoie pas à une nuance spécifique du champ chromatique bleu.

C'est un bleu pâle dans le nuancier papier mi-teinte Canson 102 azur.

Les concepteurs des noms de couleur du Web ont choisi d'appeler « azure » un bleu-vert très pâle.

Pigments et couleurs pour artistes[modifier | modifier le code]

Azur a désigné plusieurs produits et colorants bleus[4] :

Azur de cuivre

Désigne l'azurite et les cendres bleues (PRV, p. 308-310).

Bleu azural

Nom commercial du pigment bleu de manganèse (Colour Index PB33)[5] ou d'une imitation[6]. Chez Sennelier, le ton imité du bleu de manganèse est dénommé Bleu Azur[7].

Bleu d'azur

désigne le smalt, Colour Index PB32 (PRV, p. 375-377).

Pierre d'azur

Désigne le lapis-lazuli, qui, broyé, donnait le bleu outremer.

Azurage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Azurage.

Depuis longtemps, on a remarqué que les surfaces blanches, surtout les papiers et les tissus semblent plus blanches lorsqu'on les colore d'une petite quantité de bleu. Le procédé est très ancien[8]. On l'appelle azurage depuis le XIXe siècle au moins.

La plupart des substances colorantes bleues ou violettes ont servi au cours de l'histoire. L'azurage a été un débouché important du bleu Guimet jusqu'à l'invention, au milieu du XXe siècle[9] des agents azurants dont la fluorescence augmente encore plus la blancheur. La solidité limitée des azurants a restreint leur usage à la lessive et au papier (PRV, p. 307).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Mollard-Desfour, Dictionnaire des mots et expressions de couleur. Le Bleu, Paris, CNRS Éditions, 1998, 2004, 2013 : préface de M. Pastoureau, épilogue de J.-M. Maulpoix, ISBN 978 - 2 - 271 - 07752 - 3.
  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Oxford English Dictionnary « Azure ».
  2. Rupert Hochleitner, 300 roches et minéraux, Paris, Delachaux et Niestlé, , 256 p. (ISBN 978-2-603-01698-5), p. 23.
  3. Dictionnaire de l'Académie française
  4. Trésor de la langue française.
  5. « CI Blue » ; (PRV)
  6. Lefranc & Bourgeois, « Guide de la peinture à l'huile ».
  7. « Nuancier pigments Sennelier ».
  8. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam, , p. 205-222, notamment p. 219.
  9. Sève 2009, p. 219.