Pierric Guittaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierric Guittaut
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierric Guittaut en octobre 2016.
Nom de naissance Pierric-Alexandre Guittaut
Naissance
Melun, Seine-et-Marne,
Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Pierric Guittaut, né en à Melun en Seine-et-Marne, est un romancier et essayiste français, auteur de roman policier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1974 à Melun, Pierric Guittaut fait toute sa scolarité à La Châtre, dans l'Indre, où ses parents ont déménagé alors qu'il avait 7 ans. Responsable qualité dans l'industrie aéronautique, il vit également de sa plume[1].

Chroniqueur de littérature de genre pour la revue Éléments depuis 2012, il analyse les enjeux de la fiction policière contemporaine à travers plusieurs articles publiés dans cette revue, ou sur le site d'extrême droite de l'Observatoire du journalisme.

Il est l'auteur de Beyrouth-sur-Loire[2] (éditions Papier Libre, 2010), La Fille de la pluie[3] (2013), D'ombres et de flammes (2016), tous deux publiés dans la collection Série noire[4],[5] et Ma douleur est sauvagerie (2018)[6] : quatre romans noirs qui ont la particularité d'avoir pour cadre le milieu rural[7],[8], alors que, dans les œuvres de ce genre policier, l'action se déroule habituellement dans les villes. Ma douleur est sauvagerie est sélectionné en pour l'obtention du Grand prix de littérature policière 2019[9].

Il a consacré à ce genre un article initialement intitulé "Au fond des bois, personne ne vous entendra crier" dans lequel il analyse la genèse du polar rural et affirme que celui-ci n'est pas qu'un sous-genre de roman policier, mais un genre littéraire spécifique apparu de façon concomitante à la naissance du roman criminel moderne et que celui-ci, en dépit de son renouveau récent, n'a rien de novateur. Cette analyse a notamment été intégrée aux travaux du groupe de recherche ALEF (Arts, Littératures, Échanges, Frontières) de l'Université Rennes 2[10], et valu à l'auteur d'être consulté par l'équipe du magazine Le Nouveau Rendez-vous sur France[11] Inter à l'occasion d'une émission spéciale sur le polar rural.

En , il signe aussi la préface de la réédition de Fasciste, le premier roman de Thierry Marignac, publié pour l'occasion aux éditions ActuSF.

Ses travaux sur la Bête du Gévaudan[modifier | modifier le code]

Dans une étude parue en 2017, Pierric Guittaut émet une hypothèse basée non seulement sur les indices relatifs à la bête du Gévaudan, mais sur les points de coïncidence avec plusieurs autres bêtes dévorantes aux cours des siècles, tels que la bête de l'Orléannais, la bête du Lyonnais ou plus près de nous le monstre du Valais[12]. Ses conclusions sont que la bête est un canidé et que des remontées génétiques aléatoires se produiraient de temps à autre dans des meutes de loups, donnant naissance à un sujet présentant les caractéristiques de l'ancien loup cervier (ou plutôt loup servier, dévoreur de serfs au moyen-âge, n'ayant rien à voir avec le lynx). Il envisage une hybridation ancienne de cette dernière espèce avec le canis dirus, un canidé disparu à la dernière glaciation et dont l'apparence et les particularités physiques correspondraient avec les descriptions majoritaires faites de la bête du Gévaudan et des autres bêtes citées.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Major Remangeon[modifier | modifier le code]

  1. D’ombres et de flammes, éditions Gallimard, coll. « Série noire », 2016 (ISBN 978-2-07-014968-1)[16],[17]
  2. L’Heure du loup, éditions Les Arènes, 2021 (ISBN 979-10-375-0296-4)

Roman électronique[modifier | modifier le code]

  • Marshal Carpentel, Amazon Kindle Publishing, 2014

Essai[modifier | modifier le code]

  • La Dévoreuse : le Gévaudan sous le signe de la Bête 1764-1767, Clermont-Ferrand, Éditions De Borée, coll. « Histoire & documents », 2017[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Texier, « D'ombres et de flammes : mauvais sort en Sologne », sur lanouvellerepublique.fr, .
  2. a et b Daoud Boughezala, Bienvenue à Beyrouth-sur-Loire sur causeur.fr, 27 mai 2011
  3. La Fille de la pluie, de Pierric Guittaut : un polar de campagne français dans C'est à lire sur le site rtl.fr, janvier-février 2014
  4. Cités par Aurélien Masson dans C'est l'histoire de la Série noire 1945-2015 p. 147 (Éditions Gallimard, 2015, (ISBN 978-2-07-010709-4)
  5. a et b Alexandre Fillon, La terre ne ment pas, sur le site livreshebdo.fr, 1 novembre 2013
  6. a et b Eugénie Bourdet, « Le genre inhumain (1/4) », sur site du Nouveau Magazine Littéraire, (consulté le )
  7. Le polar rural de Pierric Guittaut sur le site franceinfo.fr, 29 novembre 2013
  8. Nicolas Béniès, "La Fille de la pluie" de Pierric Guittaut : Voir le Berry… en noir. sur le site snes.edu, 2 décembre 2013
  9. Sélection du Grand prix de littérature policière 2019 sur le blog de la revue 813.
  10. Alice Jacquelin, « L’Enquête empêchée : le tragique dans le country noir contemporain », communication à la journée Aux confins de l'enquête - Séance 1 - Echec de l'enquête, Université Rennes 2, 11 février 2016.
  11. « Nous n'avons pas tous les mêmes valeurs - polar rural / kidnapping libéral / France Inter », sur France Inter, (consulté le )
  12. a et b Philippe Poisson, « La dévoreuse – Le Gévaudan sous le signe de la Bête, 1764-1767 (Pierric Guittaut) », sur CRiminocorpus, (consulté le )
  13. Daoud Boughezala, « Quelques ruraux trop tranquilles », sur causeur.fr, (consulté le )
  14. Martine L. Petauton, « La fille de la pluie », sur lacauselitteraire.fr, (consulté le )
  15. Thierry Marignac, « Pierric Guittaut, le vengeur rural Il publie "Ma douleur est sauvagerie" », sur causeur.fr, (consulté le )
  16. Martine L. Petauton, « D'ombres et de flammes », sur lacauselitteraire.fr, (consulté le )
  17. Christopher Gérard, « «D’Ombres et de flammes», roman panthéiste », sur causeur.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]