Wu xia pian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wu Xia Pian)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wuxia (homonymie).

Le wu xia pian (chinois simplifié :  ; chinois traditionnel : 武俠片 ; pinyin : wǔxiá piàn ; littéralement : « film de héros martial ») est un genre cinématographique du cinéma chinois, s'apparentant au genre littéraire du wuxia. Le terme est généralement traduit par « film de chevalier errant » ou « film de sabre chinois »

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le mythe du chevalier errant, le wuxia, naît durant la période des Royaumes combattants (de -481 à -221) : la noblesse guerrière est peu à peu supplantée par la classe des lettrés, en raison

  • de la centralisation du pouvoir par la dynastie Zhou, afin d'essayer d'endiguer les guerres entre États ;
  • de l'utilisation de la cavalerie et de l'infanterie, masse de soldats peu entraînés, aux dépens de la noblesse guerrière.

Certains nobles deviennent des lettrés et son employés comme fonctionnaires, mais d'autres refusent d'abandonner leur art de vivre et se retrouvent en marge de la société. Ils deviennent des chevaliers errants.

Article détaillé : Jiang hu.

Les romans wuxia apparaissent sous la dynastie Tang (618-907).

Le wuxiapian apparaît dans le cinéma chinois, sous la République de Chine, dès les années 1920 sous l'influence de la « terreur blanche chinoise » instaurée par Tchang Kaï-chek à partir de 1926. L'un des tout premiers est « Li Feifei : une chevalière errante » (1925) mais c'est « L'Incendie du monastère du Lotus rouge » en 1928, de la « Société cinématographique Mingxing » qui marque le premier grand succès du genre (il connaîtra dix-sept suites). À la fin des années 1930, il connaît un grand essor en particulier dans la région de Canton. Le wuxiapian est par la suite interdit par le régime communiste[réf. nécessaire][Quand ?], mais continue dans les autres régions sinophones (telles Taïwan). La qualité inégale et le manque d'originalité des séries lassent progressivement les spectateurs qui ne s'intéressent à nouveau à ce genre que dans les années 1950.

Âge d'or[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, c'est Hong Kong qui devient le principal producteur de films de ce genre. S'inspirant des films de sabre de l'âge d'or japonais (tels que les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa (1954)), les studios Shaw Brothers les adaptent à la culture chinoise assurant au cinéma de Hong Kong une renommée mondiale. C'est à ce moment que les combats d'arts martiaux prennent une nouvelle dimension : Plus longs, plus chorégraphiés, plus violents. Cette métamorphose s'accompagne d'un changement de langue, du mandarin de Shanghai[Contradiction] (à Shanghai, on parle le shanghaien, la langue Wu, le mandarin est la langue nationale) au cantonais de Hong Kong.

Renaissance[modifier | modifier le code]

En 1995, le genre est remis à l'honneur avec The Blade de Tsui Hark. Mais le grand public occidental n'a découvert ce genre traditionnel qu'en 2000 avec le succès mondial du film Tigre et Dragon de Ang Lee, avec Chow Yun-fat, Michelle Yeoh et Zhang Ziyi ainsi que Hero, de Zhang Yimou, avec Jet Li, Tony Leung Chiu-wai, Maggie Cheung et Zhang Ziyi et dernièrement le Secret des poignards volants de Zhang Yimou, avec Zhang Ziyi.

Thématique[modifier | modifier le code]

Issu de la littérature classique et populaire, le wu xia pian reprend les thèmes traditionnels : opposition du bien et du mal, du devoir et du désir. Il met fréquemment en scène un chevalier itinérant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]