Wolf Biermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wolf Biermann en novembre 2008

Wolf Biermann (né le 15 novembre 1936 à Hambourg) est un poète allemand ou plus exactement un auteur-compositeur-interprète.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Dagobert Biermann, docker, communiste, membre de la résistance antinazie et juif, est assassiné en 1943 à Auschwitz. Après la Seconde Guerre mondiale, Wolf adhère aux Junge Pioniere (Jeunes Pionniers), organisation communiste pour la jeunesse et fréquente le lycée à Hambourg, ce qui est alors assez rare chez les enfants d'ouvriers. À 17 ans, il s'installe en RDA où il suit des études et travaille au Berliner Ensemble, le célèbre théâtre de Brecht.

En 1960, Biermann rencontre Hanns Eisler qui va avoir une influence déterminante. Il se met à composer et écrire, fonde en 1961 le Théâtre ouvrier et étudiant de Berlin-Est, mais la représentation d'une pièce sur la construction du mur de Berlin est interdite, le théâtre ferme en 1963 et Biermann est privé de public pendant six mois. En 1964, il donne son premier concert en Allemagne de l'Ouest où paraît en 1965 son premier disque et son recueil de poésies la Harpe de barbelés (Die Drahtharfe) édité par Wagenbach à Berlin-Ouest. En 1966, il se marie avec l'actrice et chanteuse Eva-Maria Hagen, qui est déjà mère d'une petite fille de 11 ans, la future chanteuse Nina Hagen.

Désormais définitivement interdit de représentation et de publication en RDA, Biermann continue à se produire et à publier avec succès à l'Ouest, ses œuvres circulent sous le manteau à l'Est. La situation se durcit en 1976 : après un concert à Cologne, Biermann, déchu de la nationalité est-allemande, n'est pas autorisé à rentrer en RDA, la famille s'installe alors à Berlin-Ouest. C'est la fin des espoirs et, pour de nombreux dissidents, la fin de la "solidarité critique" vis-à-vis du régime de Honecker que la campagne de protestations à l'Ouest et à l'Est raidit encore plus. D'autres artistes quittent la RDA, d'autres sont emprisonnés.

Biermann poursuit sa carrière à l'Ouest, continue à critiquer la RDA tout en s'en prenant à la société ouest-allemande, « Je suis passé de la pluie au purin », déclare Biermann (« Jetzt bin ich vom Regen in die Jauche gekommen »), en modifiant un dicton populaire allemand, équivalent de « tomber de Charybde en Scylla ». Mais il a perdu la foi en un véritable socialisme. Il aura l'autorisation exceptionnelle de rendre visite au dissident Robert Havemann en avril 1982. Biermann réside maintenant à Hambourg mais aussi à Banyuls-sur-Mer en France. Il a écrit en 1998 une postface à l'édition allemande du Pianiste de Wladyslaw Szpilman[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Wolf Biermann zu Gast bei Wolfgang Neuss, 1965
  • 4 neue Lieder, 1968 (EP publié par l'édition Klaus Wagenbach)
  • Chausseestraße 131, 1968
  • Der Biermann kommt, 1970 (Bootleg néerlandais avec des enregistrements à bande magnétique des années soixante)
  • Warte nicht auf beßre Zeiten, 1973
  • aah - ja!, 1974
  • Liebeslieder, 1975
  • Es gibt ein Leben vor dem Tod, 1976
  • Der Friedensclown, 1977
  • Das geht sein' sozialistischen Gang, 1977 (Double CD avec le concert live du 13 novembre 1976)
  • Trotz alledem!', 1978
  • Hälfte des Lebens, 1979
  • Eins in die Fresse, mein Herzblatt, 1980 (Double CD live)
  • Wir müssen vor Hoffnung verrückt sein, 1982
  • Im Hamburger Federbett, 1983
  • Die Welt ist schön...*, 1985
  • Seelengeld, 1986 (Double CD)
  • VEBiermann, 1988
  • Gut Kirschenessen * DDR - ca ira!, 1990
  • Nur wer sich ändert, 1991
  • Süsses Leben - Saures Leben, 1996
  • Brecht, Deine Nachgeborenen, 1999 (Double CD live)
  • Paradies uff Erden - Ein Berliner Bilderbogen, 1999
  • Lieder vom preussischen Ikarus, 1999
  • Ermutigung im Steinbruch der Zeit, 2001 (Double CD live)
  • Großer Gesang vom ausgerotteten jüdischen Volk, Lesung von Yitzak Katzenelson 2004 (Double CD live)
  • Das ist die feinste Liebeskunst - Shakespeare-Sonette, 2005
  • Hänschen - klein ging allein..., 2005
  • Heimat – Neue Gedichte, 2006 (lecture)

En français[modifier | modifier le code]

  • La harpe de barbelés trad. J.P. Hammer - coll. 10/18 - 1972
  • Ainsi soit-il et ça ira trad. J.P. Hammer - édit. C. Bourgois - 1978
  • Moi aussi, j'ai été à la Stasi trad. M. Ziegler - édit. de l'Aube - 1990 [41 p.]
  • Comment faire des vers et des chansons trad. M.C. Deshayes-Rodriguez - édit. Syllepse - ISBN (2847970274)
  • Seul celui qui chante reste fidèle à lui même trad. M.C. Deshayes-Rodriguez - Syllepse - 2003 ISBN (2-84797-027-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présente dans l'édition française - Robert Laffont, 2001