William Augustus de Cumberland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cumberland.
Portrait par Joshua Reynolds, 1758

Le prince William Augustus (15 avril 172131 octobre 1765), duc de Cumberland, était un membre de la famille royale britannique.

Il est le sixième enfant et le troisième fils du roi George II de Grande-Bretagne et de la margravine Caroline de Brandebourg-Ansbach. Il fut général britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

La guerre de succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

SAR le duc de Cumberland.
Article détaillé : Guerre de Succession d'Autriche.

Dès l’enfance, il démontra des signes d’habileté et de courage. Blessé à la bataille de Dettingen le 27 juin 1743, il devint un héros national. Malgré son courage, il fut défait par les Français à la bataille de Fontenoy, le 11 mai 1745.

En tant que général, il fit preuve de courage et de résolution, même s’il lui arrivait de manquer de tact et de sagesse. Son énergie et sa puissance militaire en firent l’homme tout désigné pour mettre fin à la carrière du prince Charles Édouard Stuart, lors du soulèvement jacobite de 17451746.

Rappelé de Flandres, Cumberland entreprit immédiatement les préparatifs pour mater l’insurrection. Il poursuivit le prince Charles-Edouard, lors de sa retraite, mais se rendant compte de la futilité de cette chasse, il revint à Londres. Toutefois, les craintes d’un retour de Charles-Edouard le poussèrent à reprendre les armes.

Le 15 avril 1746, lors de la bataille de Culloden, il ne fit aucun quartier et détruisit l’armée du prétendant Charles, ce qui mit définitivement fin aux espoirs des jacobites. La sévérité avec laquelle il traita les fugitifs lui valut le surnom de « boucher de Culloden », qu’il conserve encore aujourd’hui dans les Highlands d’Écosse.

Vaincu par la France à la bataille de Lauffeld, près de Maastricht, le 2 juin 1747, il se consacra à ses devoirs de chef d’armée pour la dizaine d’années de paix qui suivirent.

La guerre de sept ans[modifier | modifier le code]

Gloire de Salomon, ou les maîtresses rivales : le duc de Cumberland est assis sur un banc avec la fille du duc de Savoie. Les maîtresses rivales se tiennent derrière, et sont extrêmement jalouses. Au fond apparaissent le château de Windsor et la chapelle d'Eton. Édité à Londres, 29 août 1749

Pendant la guerre de Sept Ans, il fut chargé de défendre Hanovre. Vaincu à Hastenbeck le 26 juillet 1757, il dut capituler à Klosterzeven le 8 septembre et évacuer Hanovre.

Disgrâce et popularité[modifier | modifier le code]

Sa popularité ayant diminué depuis Culloden, cette défaite compléta sa disgrâce. Il se retira d’abord à Windsor, puis à Londres. Le 1er avril 1764 naissait dans ses écuries Eclipse, le plus célèbre cheval de course du XVIIIe siècle, resté invaincu en compétition. Avec le temps, il recommença à s’intéresser à la politique et contribua à faire renverser les gouvernements de John Stuart Bute et de George Grenville.

Ayant retrouvé la faveur du public, il était maintenant aussi populaire que durant sa jeunesse. Quelque temps avant sa mort il tenta de négocier avec William Pitt pour le ramener au pouvoir, mais il échoua.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • Son Altesse Royale le prince William Augustus de Galles (17211725)
  • Son Altesse Royale le duc de Cumberland (17251765)

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Guillaume Auguste, duc de Cumberland » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Sur les autres projets Wikimedia :