Un tramway nommé Désir (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Un tramway nommé Désir.

Un tramway nommé Désir

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vivien Leigh, Marlon Brando, Kim Hunter et Karl Malden

Titre original A Streetcar Named Desire
Réalisation Elia Kazan
Scénario Tennessee Williams (version originale)
Oscar Saul (adaptation)
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre mélodrame
Sortie 1951
Durée 122 minutes
pour les États-Unis 125 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vivien Leigh.
Marlon Brando.

Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire) est un film américain sorti le 18 septembre 1951, réalisé par Elia Kazan. Avant d'être un film, Un tramway nommé Désir a été tout d'abord une pièce de théâtre écrite par Tennessee Williams.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après une longue séparation, Blanche Dubois (Vivien Leigh) vient rejoindre sa sœur, Stella (Kim Hunter), à La Nouvelle-Orléans. Celle-ci vit avec son mari, Stanley (Marlon Brando), ouvrier d'origine polonaise, dans le vieux quartier français. Ce dernier n'apprécie guère les manières distinguées de Blanche et cherche à savoir quel a été le véritable passé de sa belle-sœur.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Un film mythique qui annonce l'irruption des pulsions sexuelles dans l'univers cinématographique hollywoodien jusque là très feutré. Les clairs obscurs expressifs et pathétiques de Kazan isolent les corps et les sentiments dans un appartement d'un ancien hôtel délabré. Marlon Brando, en symbole sexuel virilisé, s'oppose à une superbe Vivien Leigh sensuelle et éthérée qui sombre inexorablement dans la folie.

Ce film annonce la naissance officielle du style Actors Studio au cinéma.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Pour éviter une condamnation de la Ligue pour la vertu (Legion of Decency), le studio Warner Bros. ordonna au monteur de réaliser un total de 12 coupes (soit environ 4 minutes de film), sans tenir le réalisateur au courant (Elia Kazan n'avait pas les droits de final cut à l'époque). Les morceaux coupés ont été retrouvés en 1989 et réintégrés au film. Warner Bros a ressorti le film dans son intégralité en 1993.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le film reçut douze nominations et remporta quatre Oscars :

Liens externes[modifier | modifier le code]