Camp de Thiaroye (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Camp de Thiaroye est un film sénégalais d’Ousmane Sembène et Thierno Faty Sow tourné en 1988.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Des tirailleurs sénégalais venus des colonies de l'Afrique-Occidentale française, anciens combattants de l'armée française et prisonniers en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, sont rassemblés avant leur démobilisation en novembre 1944 au camp de transit de Thiaroye au Sénégal. Soumis à divers humiliations, ils apprennent enfin que le montant des indemnités et pécule qui doit leur être payé (arriéré de solde, pécule, prime de démobilisation) sera divisé par deux.

Un général, venu dans le camp pour imposer les décisions de l'administration, est brièvement maintenu de force. En représailles, le camp est attaqué à l'artillerie en pleine nuit le 1er décembre 1944. Vingt-cinq tirailleurs sont alors tués.

L'histoire est organisée autour de la figure du sergent-chef Diatta. Sénégalais cultivé et élégant, parlant wolof, français et anglais, amateur de musique classique et de littérature, marié à une Française et fier de son « africanité », il exacerbe les contradictions du système colonial. Il s'oppose au capitaine Labrousse, officier d'active des troupes coloniales, et est soutenu par le capitaine Raymond, qui rentre en France avec de nouveaux engagés à la fin du film.

Ce film évoque ce qui sera appelé le massacre de Thiaroye, un épisode honteux pour l'armée française au moment de la Libération. Ce film participe au retour de cet événement dans la mémoire et l'historiographie[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation : Ousmane Sembène
  • Photo : Ismail Lakhdar Hamina
  • Musique originale : Ismaila Lo
  • Scénario : Ousmane Sembène et Thierno Faty Sow
  • Durée : 147 minutes
  • Coproduction : Sénégal, Algérie, Tunisie

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Ibrahim Sane : le sergent-chef Diatta
  • Jean-Daniel Simon : le capitaine Raymond
  • Marthe Mercadier : la tenancière du Coq hardi
  • Sidiki Bakaba (Sigiri ou Sijirii Bakara) : Pays
  • Ismaël Lô
  • Hamed Camara
  • Ismaila Cisse
  • Abacar Sy Cisse
  • Moussa Cissoko
  • Eloi Coly
  • Pierre Londiche
  • Camara Med Dansogho
  • El hadg Ndiaye
  • Thierno Ndiaye
  • Oumarou Nieno
  • Pierre Orma
  • Daniel Odimbossoukou
  • Gustave Sorgho
  • Gabriel Zahon
  • Koffi Saturnin Zinga
  • Casimir Zoba di Zao

et aussi John Peterson, Marcel Duplouy, Gérard Maxent, Robert Morgan, Charles Estifian, Eric Dudoit, Laurent Kunrz, Adama Sambou, Innocence Coly, André Massoni, Philippe Chamelat, Lamine Mane, Léopoldine Robert, Marie-Eve Duplouy.

Récompenses et distribution[modifier | modifier le code]

Ce film, pourtant prix spécial du jury à la Mostra de Venise en 1988 et prix UNICEF, fut censuré pendant dix ans en France [Par qui ?] [réf. souhaitée] (sortie discrète à Paris le 7 janvier 1998) et pendant 3 ans au Sénégal [Par qui ?] [réf. souhaitée], semble n'avoir jamais été diffusé par la télévision française et paru en DVD seulement en 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Fargettas, « La révolte des tirailleurs sénégalais de Tiaroye », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 92, 2006, voir en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]