Tromb-al-ca-zar ou les Criminels dramatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tromb-al-ca-zar
Les Criminels dramatiques
Genre Bouffonnerie musicale
Nbre d'actes 1
Musique Jacques Offenbach
Livret Charles-Désiré Dupeuty et Ernest Bourget
Langue
originale
Français
Création 5 juillet 1855
Théâtre des Bouffes-Parisiens, Paris
Personnages
  • Ignace
  • Beaujolais
  • Vert-Panné
  • Gigolette
  • Quatre danseurs

Tromb-al-ca-zar ou les Criminels dramatiques est une « bouffonnerie musicale » en un acte de Jacques Offenbach[1], sur un livret de Charles-Désiré Dupeuty et Ernest Bourget[2], créée aux Bouffes-Parisiens le 5 juillet 1855[3].

Historique[modifier | modifier le code]

En dépit de la minceur de l’intrigue, cette œuvre a été popularisée par des numéros succès comme le boléro pour Hortense Schneider et la chanson sur jambon de Bayonne. Elle a par la suite été rejouée aux Bouffes-Parisiens pendant des années. Créée le même soir que deux cantates d’Offenbach, Le Berceau et La Paix du monde, sous la direction du compositeur, elle a ensuite été jouée à Bruxelles en septembre 1858, à Vienne en mars 1862 et à Londres en anglais en 1870.

Hortense Schneider fit une telle impression sur le cousin de l’empereur Napoléon III, Jérôme Bonaparte, après la représentation aux Bouffes-Parisiens que la compagnie fut convoquée pour la représenter à son domicile[4].

Argument[modifier | modifier le code]

À la suite d’une confusion, le patron d’une auberge près de Saint-Jean-de-Luz, resté seul dans son auberge isolée, prend l’acteur Beaujolais, grimé en mousquetaire avec rapière et pistolet, pour Tromb-al-ca-zar, le chef de la terrible bande de bandits des Trabucayres. Lorsque Beaujolais lui parle de ses « exploits » et de sa « troupe », les craintes d’Ignace ne font qu’augmenter. Lorsque le reste de la troupe cherche refuge à l’auberge Ignace reconnait sa cousine en Gigolette. Ignace finira même par être enrôlé dans la troupe.

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

  • Ouverture
  • Récitatif et aria « Ô rage, ô désespoir ! » (Beaujolais)
  • Trio « Le crocodile en partant pour la guerre »
  • Trio « Détallons »
  • Couplets « La gitana » (Gigolette)
  • Trio « Un jambon de Bayonne »
  • Quatuor « Un beau jour »
  • Introduction, Valse et reprise du Trio du jambon

Distribution de la création[modifier | modifier le code]

Rôle Typologie vocale Création, 5 juillet 1855
(chef d'orchestre : Jacques Offenbach)
Ignace basse Rubel
Beaujolais ténor Étienne Pradeau
Vert-Panné baryton Léonce
Gigolette soprano Hortense Schneider
Quatre danseurs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tromb-al-ca-zar sur Data.bnf.fr
  2. (en) Andrew Lamb, « Jacques Offenbach », The New Grove Dictionary of Opera, London ; New York, Macmillan, 1997 (ISBN 978-0-1952-2186-2).
  3. Philippe Luez, Jacques Offenbach (1819-1880) : musicien européen, Anglet, Séguier‬, 2001, 341‬ p., (ISBN 978-2-8404-9221-4).
  4. (en) James Harding, Jacques Offenbach : A Biography, Londres, John Calder, 1980, 274 p., (ISBN 9780714538419).