Mesdames de la Halle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mesdames de la Halle
Genre Opérette-bouffe
Nbre d'actes 1
Musique Jacques Offenbach
Livret Armand Lapointe
Langue
originale
Français
Dates de
composition
1856
Création Théâtre des Bouffes-Parisiens
3 mars 1858
Personnages
  • Madame Poiretapée, poissonnière
  • Madame Madou, marchande de légumes
  • Madame Beurrefondu, marchande de légumes
  • Raflafla, tambour-major
  • Le commissaire
  • Marchand d’habits
  • Ciboulette, marchande de légumes
  • Croûte-au-pot, marmiton
  • Marchande de plaisirs
  • Marchande de fruits
  • Marchande de légumes
  • Marchande de pois verts
  • Vendeurs de la Halle, clients, policiers, soldats

Mesdames de la Halle est une opérette-bouffe en un acte de Jacques Offenbach, sur un livret d’Armand Lapointe, créée le 3 mars 1858 aux Bouffes-Parisiens (salle Choiseul)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Il s’agit de la première œuvre d’Offenbach aux Bouffes avec un chœur et une grande distribution[2].

Argument[modifier | modifier le code]

À la Halle de Paris, le tambour-major des gardes françaises, Raflafla, épouserait volontiers l’une des deux « dames du marché », La Madou ou Beurrefondu, pour leur argent. Il chante une chanson flatteuse pour elles, mais elles préfèrent le jeune et joli gargotier Croûte-au-pot au vieux tambour-major. Celui-ci de son côté n’en veut qu’à la jolie fruitière Ciboulette. Il n’à que faire des légumes qu’elles lui offrent et renverse son panier. L’attention du commissaire des clients et de Ciboulette est ensuite attirée par Madou et Beurrefondu qui se battent avec Poiretapée. Une fois celles-ci emmenées, Ciboulette se présente. Lorsque Raflafla tente de la séduire, elle le repousse. Lorsque Poiretapée, qui a soudoyé le commissaire avec une boisson, revient sur ​​le marché, Raflafla jette son dévolu sur elle, en chantant une ballade à la lune. Arrive Croûte-au-pot qui a sauté d’une fenêtre de la prison. Lui et Ciboulette chanter un duo heureux. Beurrefondu rentre, désapprouvant la liaison de Ciboulette avec la marmiton. Ciboulette dit que comme orpheline, le consentement de ses parents sera difficile à obtenir. Or il parait que Mmes Beurrefondu et Madou ont à se reprocher quelques peccadilles, car il leur arrive l’une après l’autre de se croire et de se proclamer mères de Ciboulette. En effet, lorsqu’elle raconte à Beurrefondu que son père était sergent des gardes, et qu’elle a dix-huit ans et qu’elle est de Vaugirard. Beurrefondu s’évanouit dans la fontaine, et quand on l’en sort, elle reconnait Ciboulette comme sa fille. Lorsque Beurrefondu raconte cela à Madou, celle-ci s’évanouit à son tour dans la fontaine. Ciboulette produit alors une lettre cachetée qu’elle garde sur son cœur depuis l’âge de trois mois. Quand Croûte-au-pot la lit à voix haute, Raflafla et Poiretapée s’évanouissent tous deux, résolvant ainsi le mystère de ses parents. Ciboulette est définitivement reconnue pour la fille de Mme Poiretapé, l’ex-rosière de Nanterre, et du tambour-major Raflafla qui consentent à son mariage.

Partition[modifier | modifier le code]

  • n°1: Chœur et couplets de Raflafla
  • n°2: Air de Croûte-au-pot
  • n°3: Quintette
  • n°4: Air de Ciboulette
  • n°5: Air de Raflafla
  • n°6: Duo
  • n°7: Septuor bouffe
  • n°8: Finale

Distribution de la création[modifier | modifier le code]

Rôle Typologie vocale Création, 3 mars 1858
(chef d’orchestre : Jacques Offenbach)
Madame Poiretapée, poissonnière ténor (travesti) Léonce
Madame Madou, marchande de légumes

baryton (travesti)

Désiré
Madame Beurrefondu, marchande de légumes baryton (travesti) Mesmacre
Raflafla, tambour-major ténor Duvernoy
Le commissaire baryton Guyot
Marchand d’habits ténor Jean-Paul
Ciboulette, marchande de légumes soprano Chabert
Croûte-au-pot, marmiton soprano (travesti) Lise Tautin
Marchande de plaisirs soprano Baudoin
Marchande de fruits soprano Marie Cico
Marchande de légumes mezzo-soprano Kunzé
Marchande de pois verts soprano Byard
Vendeurs de la Halle, clients, policiers, soldats

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mesdames de la Halle sur Data.bnf.fr
  2. Jean-Claude Yon, Jacques Offenbach, Paris, Gallimard, 2000, 796 p., p. 115, (ISBN 9782070130979).

Liens externes[modifier | modifier le code]