La Fille du tambour-major

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Fille du tambour-major
Image décrite ci-après
Informations sur la première représentation, gravure et début de l’argument de La Fille du Tambour-Major, 1880.

Genre Opéra-comique
Nbre d'actes 3
Musique Jacques Offenbach
Livret Alfred Duru et Henri Chivot
Langue
originale
Français
Création 13 décembre 1879
Folies-Dramatiques, Paris
Personnages
  • Stella, (soprano)
  • Le lieutenant Robert (baryton)
  • Griolet, tailleur (ténor)
  • Monthabor, tambour-major, père de Stella (baryton)
  • Claudine, cantinière (soprano)
  • Le duc della Volta (trial)
  • La duchesse della Volta, sa femme (mezzo-soprano)
  • Clampas, aubergiste
  • La Mère supérieure
  • Lucrezia

La Fille du tambour-major est un opéra-comique de Jacques Offenbach, en 3 actes et 4 tableaux, sur un livret d'Alfred Duru et Henri Chivot.

Il a pour toile de fond la campagne d'Italie conduite par Bonaparte et met en scène un régiment de l'armée d'Italie, quelques jours avant la bataille de Marengo.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Symbole du Second Empire et de ses fêtes extravagantes, Offenbach voit la guerre de 1870 porter un coup d'arrêt brutal à la série de succès qui l'avaient rendu célèbre, d'Orphée aux Enfers (1858) à La Périchole (1868). Certains journaux n'hésitent pas, rappelant ses origines germaniques et juives, à rendre sa musique, telle une « cinquième colonne », responsable de la capitulation. Plus généralement, les événements de la Commune et l'instauration de la Troisième République ont ramené le public vers des divertissements plus classiques, délaissant la satire politique et sociale ou la parodie qui constituait le fondement des œuvres d'« avant-guerre ».

La féerie étant désormais à la mode, Offenbach s'essaye - plutôt avec succès - au genre en montant Le Roi Carotte (1872), Orphée aux Enfers (nouvelle version, 1874), Geneviève de Brabant (nouvelle version, 1875) et Le Voyage dans la Lune (1875) au théâtre de la Gaîté, dont il a pris la direction. Mais le coût exorbitant des productions le conduit rapidement à la faillite. Les nouvelles versions de La Vie parisienne (1873) et de La Périchole (1874) au théâtre des Variétés lui permettent heureusement de s'assurer la fidélité du public alors que de nouveaux venus commencent à bousculer son hégémonie sur la scène parisienne.

Le succès phénoménal de La Fille de madame Angot, créée en 1873 aux Folies-Dramatiques, a en effet remis également au goût du jour le genre historique cher à l'opéra-comique, dont Charles Lecocq (découvert par Offenbach) va devenir le spécialiste dans les années 1870-1880, avec des œuvres telles Giroflé-Girofla (1874), La Petite Mariée (1875), Le Petit Duc (1878), Le Jour et la Nuit (1881) ou Le Cœur et la Main (1882).

Offenbach réagit aussitôt avec La Jolie Parfumeuse (1873), La Boulangère a des écus (1875), La Foire Saint-Laurent (1877) et surtout Madame Favart (1878), mettant en scène – de façon romancée – le personnage de la célèbre cantatrice.

Création[modifier | modifier le code]

Image américaine censée representer la dernière scène de l’« acte IV [sic] » de la Fille du tambour-major.

Issue de la même veine, La Fille du tambour-major est créée au théâtre des Folies-Dramatiques, le 13 décembre 1879. C'est un triomphe immédiat et la créatrice du rôle de Stella, Juliette Simon-Girard fait grande impression ainsi que son partenaire, Simon-Max. Ce sera le dernier succès d'Offenbach, son opéra Les Contes d'Hoffmann'’ créé après sa mort, deux ans plus tard, ne devenant un des opéras français les plus joués au monde que de nombreuses années plus tard.

L'action se déroule en Lombardie, alors sous occupation autrichienne, en mai-juin 1800 durant les campagnes napoléoniennes. Juste après le franchissement des Alpes le 23 mai 1880, une compagnie de soldats français rejoint l'armée du premier Consul qui harcèle les troupes italiennes du général Melas. La pièce se termine par l'entrée dans Milan des libérateurs du joug autrichien, le 2 juin 1800, quelques jours avant la bataille de Marengo.

Le thème de l’œuvre est proche de La Fille du régiment de Gaetano Donizetti. Le personnage de Stella rappelle celui de Marie et les chants militaires tiennent une place importante dans la partition. La citation du Chant du départ à la fin de l'œuvre, provoqua d'ailleurs une énorme émotion au moment de la création.

Distribution et interprètes de la création[modifier | modifier le code]

  • Stella (soprano) : Juliette Simon-Girard
  • Le lieutenant Robert (baryton) : Lepers
  • Griolet, tailleur (ténor) : Simon-Max
  • Monthabor, tambour-major, père de Stella (baryton) : Luco
  • Claudine, cantinière (soprano) : Mlle Vernon
  • Le duc della Volta (trial) : Maugé
  • La duchesse della Volta, sa femme, mère naturelle de Stella (mezzo-soprano) : Caroline Girard
  • Clampas, aubergiste : Henriot
  • La Mère supérieure : Mme Lestrade
  • Francesca : Mlle Reval

Juliette Simon-Girard (Stella) et Caroline Girard (la Duchesse) qui jouent dans la pièce le rôle d'une fille et de sa mère l'étaient également dans la vie. Quant à Simon-Max (Griolet), il avait épousé Juliette Simon-Girard en mai 1879.

Argument[modifier | modifier le code]

La scène se passe en Italie, en 1800.

Acte I[modifier | modifier le code]

Jardin d’un couvent à Biella. Alors que ses consœurs prient, Stella une jeune pensionnaire, fille du duc Della Volta, revient du potager et leur partage son butin. C’est l’enthousiasme parmi les pensionnaires car Stella a réussi à se procurer une chanson interdite sur les Français qui libéreront l’Italie du joug des Autrichiens. Surprise par la prieure, Stella est punie et mise au pain sec et à l’eau. Arrive, paniqué, Grégorio, le jardinier, annonçant que les français approchent : les occupantes décident de fuir au couvent de Santa-Maria tout proche.

Une compagnie de soldats français – parmi lesquels le tambour Griolet, le tambour-major Monthabor, le lieutenant Robert et Claudine, la vivandière – entre dans le couvent désert. Alors qu’ils cherchent un dîner, les soldats découvrent Stella. Rassurée par leur bonne figure elle les emmène vers le cellier, le potager et le poulailler promettant « de leur faire les honneurs du monastère ».

Griolet, ancien tailleur, retient Claudine pour laquelle il se meurt d’amour et à qui il promet un nouvel uniforme, mais celle-ci a bien décidé d’aimer Robert. Monthabor les met en garde contre le mariage, lui qui a divorcé, et dont la femme a disparu avec sa fille.

Entre alors le Duc Della Volta accompagné du marquis Bambini, il vient chercher sa fille Stella promise en mariage au marquis. Les soldats, partis au couvent Santa-Maria, reviennent avec les pensionnaires, et malgré les protestations de tous, Stella quitte le couvent emmené par son père et le marquis Bambini.

Acte II[modifier | modifier le code]

Dans le palais du duc Della Volta à Novare. Alors que le duc et la duchesse préparent le mariage de Stella, arrivent Griolet, Monthabor et le lieutenant Robert muni d’un billet de logement. Fâché par l’accueil du duc, Monthabor, souhaite voir la duchesse qu’il reconnaît alors comme sa première femme. Après un moment d’hésitation, elle lui déclare que Stella n’est pas sa fille. Suspicieux, Monthabor tente, auprès de la malheureuse Stella, de faire renaître ses souvenirs d’enfance. Cette dernière découvre avec joie qu’elle est la fille de cet ancien teinturier aux mains « tantôt jaunes… tantôt bleues… ». Les invités arrivés, Stella, plutôt que de signer le contrat, se présente dans le costume de vivandière que Griolet a confectionné pour Claudine et affirme : « je suis mamzelle Monthabor, la fille du tambour-major ! ». Elle quitte précipitamment la maison avec les soldats français.

Acte III[modifier | modifier le code]

Le Final de l'opéra-comique, le 3 septembre 2006, à Ath, Belgique. Troupe « Les Matelots de la Dendre »

Premier tableau – L’hôtellerie du Lion d’Or à Milan. Robert et Claudine se cachent dans une auberge de conspirateurs tenus par Clampas. Claudine, habillée en paysanne, les quitte pour aller en reconnaissance chez un ami « Rue Bonifacio, 27… » et voir s’il est possible de sortir de la ville. Arrive le duc Della Volta à la recherche de Stella, puis Griolet, en monsignor italien, Monthabor, en capucin et Stella en cocher. Les deux ecclésiastiques recueillent les confidences du duc et lui annoncent qu’ils ont vu une jeune personne ayant le signalement souhaitée « Rue Bonifacio, 27… » afin de l’éloigner. Arrive alors la duchesse qui confie au capucin – Monthabor – qu’elle aime encore son premier mari… Voulant les protéger, elle leur donne un sauf-conduit qui leur permettra de quitter la ville en sécurité. Robert est malheureusement arrêté.

Deuxième tableau – Une place à Milan. Le duc pense avoir retrouvé sa fille alors que c’est Claudine costumée qu’on lui amène. Il accepte de relâcher Robert en échange de la promesse de sa prétendue fille d’épouser le marquis. Robert, amoureux, dénonce cela et révèle sans le savoir que c’est Claudine qui est sous le voile. Heureusement, on entend le Chant du départ au loin : les Français entrent dans Milan. Stella peut épouser Robert, et Claudine se décide à accepter Griolet.

La partition[modifier | modifier le code]

La partition chant-piano est parue le 30 décembre 1879 aux éditions Choudens[1].

Ouverture
ACTE I
1. Introduction A. Chœur des pensionnaires Reçois sainte madone Lorenza, Stella, la Supérieure
B. Chanson du fruit défendu Prenez les grappes empourprées Stella
2. Chœur et couplets Par un’ chaleur aussi forte Griolet, Robert, Monthabor, Chœur
3. Chanson de l’âne Ce n’est pas un âne ordinaire Claudine, Griolet, Robert, Monthabor, Chœur
4. Ensemble De grâce ayez pitié de moi ! Stella, Claudine, Griolet, Robert, Monthabor, Chœur
5. Couplets du tailleur Tout en tirant mon aiguille Griolet
6. Scène de la table A. Chœur Puisque le couvert est mis Stella, Claudine, Griolet, Monthabor, Chœur
B. Couplets Depuis longtemps l’Italie Stella
C. Légende Il était une grand’ princesse Claudine, Griolet
7. Final A. Ensemble Messieurs les militaires Chœur
B. Couplets Pour recevoir un régiment Stella
C. Final Allons dépêchons et partons
ACTE II
Entr’acte
8. Couplets Examinez ma figure La Duchesse
9. Rondeau Ah ! vraiment je le déclar’ Stella
10. Quatuor du billet de logement C’est un billet de logement Griolet, Le Duc, Robert, Monthabor
11. Couplets Eh bien ! en voilà des manières Claudine
12. Valse et ensemble Dansons et Valsons La Duchesse, Le Duc, Monthabor, Chœur
13. Duo Tenez j’aurai de la franchise Stella, Robert
14. Couplets de l’uniforme Le voilà ce bel uniforme Griolet
15. Final A. Chœur Par devant monsieur le notaire
B. Chanson de la fille du tambour major Que m’importe un titre éclatant Stella
ACTE III (1er tableau)
Entr’acte
16. Chœur et scène A. Chœur et scène Chut ! il faut de la prudence Claudine, Robert, Clampas
B. Tarentelle Nous étions à Novare Chœur
17. Gigue Je suis le p’tit cocher Stella, Griolet, Le Duc, Monthabor
18. Quatuor Oui, ce sont vos amis Stella, Griolet, Robert, Monthabor
19. Duo de la confession L’autre jour contre toute attente La Duchesse, Monthabor
2e tableau
20. Final Un mariag’ s’apprête

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courrier des théâtres, Le Figaro’', no 365, mercredi 31 décembre 1879.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Yon, Jacques Offenbach, Pars, Gallimard, 2000, 796 p., (ISBN 978-2-0707-4775-7), p. 597-600.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :