The Rocky Horror Picture Show

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Rocky Horror Picture Show

Réalisation Jim Sharman
Scénario Richard O'Brien
Jim Sharman
d'après l'œuvre de Richard O'Brien
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie horrifique
Film musical
Sortie 1975
Durée 96 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Rocky Horror Picture Show est un film musical américain de Jim Sharman, sorti en 1975 et adapté de la comédie musicale de Richard O'Brien, The Rocky Horror Show créée à Londres en 1973. Le film fut présenté hors compétition lors du Festival international du film fantastique d'Avoriaz 1976.

Ce film qui rend un hommage parodique aux films de science-fiction, d'horreur et de série B, fut un échec commercial au moment de sa sortie. On lui reprocha en particulier d'avoir une intrigue lacunaire, une ambiance de dessin animé et un caractère trop sexuel. Malgré cela, The Rocky Horror Picture Show est considéré aujourd'hui comme un film culte parmi les midnight movies et il jouit d'un très large public de fans dans le monde entier. Premier film du marché des midnight movies à avoir été produit par une major[1], il fait toujours partie des midnight movies les plus connus et les plus rentables financièrement[2].

Le Rocky Horror Picture Show détient également le record de la plus longue sortie en salle de l'histoire du cinéma. Plus de 39 ans après la première projection, il fait encore partie de la programmation de plusieurs salles à travers le monde[3],[4],[5]. Il a également été repris par Glee, la célèbre série musicale. Le RHPS a connu une suite en 1981, très peu connue en France intitulée Shock Treatment avec Jessica Harper dans le rôle de Janet Majors.

En 2005, Rocky Horror Picture Show est sélectionné pour Le National Film Registry par le National Film Preservation Board pour la conservation à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire nous est narrée par un criminologue qui semble avoir étudié l'affaire de Brad Majors et Janet Weiss, deux jeunes gens bien sous tous rapports originaires de Denton, la ville où il fait bon vivre (the home of happiness).

L'histoire commence par le mariage de Ralph Hapschatt et Betty Monroe, deux amis apparemment proches de Brad et Janet. Cette union sert de cadre à Brad pour demander Janet en mariage. Cette dernière accepte et les jeunes fiancés décident d'aller annoncer leur union prochaine à leur ancien professeur de sciences dans la classe duquel ils se sont rencontrés : le professeur Everett V. Scott.

Quelque temps plus tard, alors qu'ils se rendent chez leur ami par une nuit pluvieuse, un pneu de leur voiture éclate soudainement. Trempés et cherchant un téléphone pour prévenir leur ami de leur mésaventure, ce « héros » et cette « héroïne » trouvent refuge dans un château inquiétant, peuplé de personnages pour le moins étranges. Malheureusement pour eux, cette entrée en matière digne d'un film de série B n'était qu'un avant-goût...

Brad et Janet sont accueillis par les domestiques Riff Raff et Magenta qui, au lieu de les aider, les poussent au beau milieu des festivités excentriques de la convention transylvanienne annuelle qui a lieu dans la salle de bal du château. Sous les regards des deux fiancés, les convives dansent et chantent le Time Warp (la chanson du saut dans le temps), mimant l'acte sexuel par des mouvements du bassin peu équivoques et faisant l'apologie de l'alcool, du voyeurisme, de l'usage de drogue (Riff Raff parle de sédatif) et d'activités douteuses pouvant avoir lieu à l'arrière d'un pick-up, jusqu'à ce qu'ils finissent tous par s'effondrer sur le sol.

Brad semble alors plutôt amusé par ce à quoi il vient d'assister. Mais Janet est effrayée et le pousse vers la sortie. C'est à ce moment qu'arrive le Dr Frank-N-Furter, de dos, par un ascenseur placé au milieu du hall d'entrée que Brad et Janet n'avaient apparemment pas remarqué. Au moment où il se retourne, apparaissant entièrement enveloppé d'une cape noire et maquillé tel Dracula, Janet hurle et s'évanouit.

Frank se défait de sa cape et ayant pour seuls vêtements des bas, un bustier et des talons aiguille, se présente alors comme « un gentil travesti qui vient de Transsexuel, en Transylvanie ». Brad lui présente brièvement la situation dans laquelle lui et Janet se trouvent. Le maître des lieux ne semble pas vraiment surpris. Il les rassure en leur promettant de les aider à faire réparer leur voiture. Puis il leur propose de venir voir à l'étage l'homme qu'il a créé dans son laboratoire, puis il repart, sous les applaudissements, par l'ascenseur situé au milieu du hall.

Brad et Janet ont l'air pour le moins intrigués par ce qu'ils viennent de voir. Janet veut partir, Brad hésite. Riff Raff et Magenta arrivent pour les aider à se sécher et en profitent pour les débarrasser presque entièrement de leurs vêtements trempés. Maintenant en sous-vêtements, ils sont emmenés par les domestiques dans l'ascenseur qui les conduit au laboratoire où ils retrouvent Frank et tous les autres convives.

Ils assistent tous à la naissance de Rocky, créature de Frankenstein créée de toutes pièces par Frank à des fins purement sexuelles. Rocky se présente sous la forme d'un bel homme musclé et blond en sous-vêtements dorés. Frank offre à sa créature en cadeau de naissance un assortiment d'haltères afin d'entretenir son corps de dieu grec mais les festivités sont interrompues par l'arrivée inattendue d'Eddie, un ancien amant du scientifique, qui sort d'une chambre froide en chevauchant une moto. Visiblement mécontent d'avoir été interrompu, Frank tue Eddie avec un piolet sous les yeux horrifiés de Brad et Janet avant de reprendre comme si rien ne s'était passé l'éloge de Rocky qu'il avait entamé. La scène se termine par une marche nuptiale entre Frank et Rocky.

Brad et Janet sont séparés et amenés dans leurs chambres respectives pour la nuit, ce qui permet à leur hôte d'initier Janet aux plaisirs de la chair en se faisant passer pour Brad. Celle-ci finit par se rendre compte du subterfuge mais Frank la convainc de se laisser tenter. Après avoir quitté Janet, Frank se rend auprès de Brad et la scène se passe exactement comme avec sa fiancée. Pendant ce temps, Riff Raff effraye Rocky, le poussant à rompre ses chaînes et à s'enfuir.

Janet, prise de remords, quitte sa chambre, cherchant Brad dans le château. Arrivée dans le laboratoire, elle découvre sur un moniteur de surveillance l'infidélité de Brad, ainsi que Rocky qui s'est réfugié dans la cuve qui l'a fait naître. Janet, venant de découvrir les plaisirs charnels et sous le coup de toutes les émotions vécues lors de cette longue soirée, se laisse aller dans les bras de la créature qui découvre par la même occasion le corps de la femme. Grâce à une caméra de surveillance, Magenta et Columbia s'amusent depuis leur chambre de cette nouvelle scène d'infraction aux prescriptions matrimoniales dont elles sont les témoins.

Frank, Brad et Riff Raff, après avoir découvert la disparition de la « créature », retournent au laboratoire où ils apprennent qu'un intrus est entré dans le château et qu'il n'est autre que le Dr Everett V. Scott qui est à la recherche de son neveu Eddie. C'est à ce moment-là que Rocky et Janet sont découverts ensemble par les autres. On apprend alors que le Dr Scott est un ennemi de Frank-N-Furter et qu'il travaille sur les OVNI. Magenta les interrompt pour annoncer que le dîner est prêt.

Tous les personnages du film se retrouvent alors autour d'une table et finissent par comprendre qu'ils sont en train de manger les restes d'Eddie. L'horreur et le dégoût les saisit tous lorsque Frank tire la nappe et dévoile le cadavre d'Eddie caché dans la table. Janet effrayée se jette par réflexe dans les bras de Rocky, ce qui provoque la colère de Frank qui la pourchasse dans les escaliers jusqu'au laboratoire où les autres les rejoignent.

Frank empêche Brad, Janet et le Dr Scott de bouger grâce à un « transducteur sonique » qui colle leurs pieds au sol. Frank sous-entend que le Dr Scott est un ancien nazi et ce dernier révèle alors à Brad et Janet que Furter et ses domestiques sont en fait des extraterrestres. Frank, toujours en colère, transforme temporairement Brad, le Dr Scott, Janet, Columbia et Rocky en statues de pierre, afin de les habiller en sous-vêtements sexy, puis leur redonne vie afin de les forcer à participer avec lui à un show dans le cabaret du château.

Mais le spectacle est interrompu par Magenta et Riff Raff. Ce dernier accuse Frank d'avoir échoué dans sa mission et d'avoir un style de vie trop extrême. Il tue Columbia, Frank et Rocky, puis ordonne à Brad, Janet et au Dr Scott de s'enfuir du château, qui s'avère être un vaisseau spatial, avant que celui-ci ne retourne sur la planète Transsexuel, dans la galaxie de Transylvanie.

Le film se termine par une scène étrangement triste, où l'on voit Janet, Brad et le Dr Scott ramper sur le sol, leurs vêtements déchirés à cause de l'explosion provoquée par le décollage du château, et une ultime réplique, non moins étrange, du narrateur : « Ils rampent à la surface de la Terre, ces insectes qu'on appelle la race humaine, perdus dans le temps, l'espace et la signification. »

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage prend place du 21 octobre au 19 décembre 1974[7]. Le tournage de la scéne du laboratoire et de la création du personnage principal se fait le 30 octobre 1974. Les lieux de tournage (Oakley Court (en)) est celui où le Général de Gaulle fit en 1940 son célèbre discours qu'est l'Appel du 18 Juin et aux Bray Studios.

Le scénario fait echos aux films produits par la Hammer, dont le style est instantanément reconnaissable notamment avec le film avec Peter Cushing, La Revanche de Frankenstein[8]. Le château Oakley Court est connu pour avoit été un lieu de tournage d'un grand nombre de films de la Hammer[9]. À l'époque du tournage, le château est plutôt délabré[10].

Le tournage a lieu durant l'automne, les conditions climatiques sont rudes. Durant le tournage, Susan Sarandon est tombé malade. Elle est victime d'une pneumonie[11]. En 1997, le château Oakley Court est rénové et il est, aujourd'hui, un hôtel de luxe[12].

La scène du dîner a été écrite spécialement pour le film et n'existait donc pas dans la pièce dans laquelle Eddie n'était d'ailleurs pas tué par Frank. La célèbre bouche que l'on aperçoit dans le générique du début est inspirée d'une peinture de Man Ray, Lips over Hollywood[13] et d'une animation de Terry Gilliam qui assure la transition entre le quatrième et le cinquième sketch, dans le seizième épisode du Monty Python's Flying Circus. Les lévres rougies sont celles de Patricia Quinn, alias Magenta. La voix est en revanche celle de Richard O'Brien, le créateur du RHPS qui joue le rôle de Riff Raff. Durant tout le film, le spectateur aperçoit des tableaux connus (au début du Time Warp ont voit le tableau American Gothic de Grant Wood et La Joconde de Léonard De Vinci).

Références multiples[modifier | modifier le code]

Le film fait de nombreuses références dans ses chansons à des acteurs des années 1930 à 1950 et à des films de science-fiction de série B, notamment dans la chanson d'introduction (Science Fiction/Double Feature) :

The Rocky Horror Picture Show contient aussi des allusions à d'autres films, comme Docteur Folamour de Stanley Kubrick (accent allemand et fauteuil roulant du Dr Scott, qui ne peut s'empêcher de faire le salut hitlérien), Nosferatu, une symphonie de la terreur, dont le vampire inspira le personnage de Riff Raff, et Bande à part de Jean-Luc Godard, dont la scène du madison est reprise par celle du Time Warp. Il était également prévu dans le script original que le début du film soit en noir et blanc. La couleur devait apparaitre, avec un clin d'œil au Magicien d'Oz, au moment où Brad et Janet entrent dans la salle de bal et découvrent les Transylvaniens.

Le juron "Great Scott !" qui échappe à Brad lorsqu'il voit le Dr Scott est (en plus d'être un jeu de mot) une allusion probable aux comic books dans lequel cette expression est souvent employé, notamment dans Superman[14].

La scène où Rocky grimpe sur l'antenne RKO avec Franck dans les bras fait évidemment penser à King Kong.

Enfin, la création de Rocky est bien entendu une parodie des multiples adaptations cinématographiques du roman de Mary Shelley : Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Numero de piste Chanson Principaux interprètes Autres interprètes Scène
1 Science Fiction/Double Feature Richard O'Brien Magenta (la bouche) Générique
2 Dammit, Janet! Brad, Janet Riff Raff, Magenta, Columbia (constituant la foule) Après le mariage, devant et dans l'église
3 Over at the Frankenstein Place Brad, Janet Riff Raff, 2e couplet Sur la route une nuit d'orage après avoir crevé et arrivant dans le parc d'un château
4 The Time Warp Riff Raff, Magenta, Brad Columbia le criminologue, les Transylvaniens La salle de bal
5 Sweet Transvestite Frank-N-Furter Riff Raff, Magenta, Columbia, les Transylvaniens La salle de bal immédiatement après The Time Warp
6 The Sword of Damocles Rocky Riff Raff, Magenta, Columbia, les Transylvaniens Le laboratoire
7 I Can Make You a Man Frank-N-Furter Les Transylvaniens Le laboratoire
8 Hot Patootie (Whatever Happened to Saturday Night?) Eddie Les Transylvaniens Le laboratoire
9 I Can Make You a Man (Reprise) Frank-N-Furter Janet, Transylvaniens Le laboratoire
10 Once in a While (scène coupée) Brad N/A La chambre de Brad (monté avec plusieurs scènes de la première partie du film)
11 Touch-a, Touch-a, Touch-a, Touch Me Janet Rocky, Brad, Frank, Magenta, Riff Raff, Columbia Dans la cuve qui a donné naissance à Rocky
12 Eddie (Eddie's Teddy) Dr Scott, Columbia Tout le casting La salle à manger et la chambre de Columbia
13 Planet Schmanet Janet Frank-N-Furter Riff-Raff, Magenta, Brad, Janet, Dr Scott Dans les escaliers et les couloirs du château jusque dans le laboratoire.
14 Rose Tint My World Columbia, Rocky, Brad, Janet N/A Sur la scène du cabaret/salle de bal
15 Don't Dream It, Be It Frank-N-Furter Brad, Janet, Columbia, Rocky, Dr Scott Dans la piscine du cabaret
16 Wild And Untamed Thing Frank-N-Furter, Columbia, Rocky, Brad, Janet Riff Raff Sur la scène du cabaret/La salle de bal
17 I'm Going Home Frank-N-Furter Columbia, Rocky, Brad, Janet Sur la scène et dans l'allée du cabaret
18 Superheroes Brad, Janet Le criminologue À l'extérieur du château et dans le bureau du criminologue
19 Science Fiction/Double Feature (Reprise) Richard O'Brien N/A Générique de fin

Participation du public à un film devenu culte[modifier | modifier le code]

Le film n'a eu que peu de succès lors de sa sortie en salle en 1975. Il fut donc redistribué à New York aux séances de minuit, afin d'être rentabilisé. Petit à petit, un noyau dur de fans s'établit, connaissant le film absolument par cœur et venant à chaque représentation du film. Au fil des séances, des lignes de dialogues alternatives ont été imaginées pour être intercalées entre les répliques des personnages, leur donnant un sens complètement différent, souvent comique ou à connotation sexuelle.

Ainsi avec le temps cette interactivité évolua, certains fans commencèrent à venir grimés comme les personnages. Puis, certains d'entre eux commencèrent à danser et à chanter sur les musiques du film. Le plus allumé des fans du film s'appelle Sal Piro et figure au livre des records depuis 1987 pour avoir vu le film plus de 750 fois au cinéma (plus de 2 000 aujourd'hui) et est aujourd'hui presque aussi célèbre auprès des connaisseurs que les acteurs du film.

Les projections (quotidiennes dans le monde entier) prennent alors des allures de véritables rituels avec interprétation scénique en parallèle de la projection. À Londres (Prince Charles cinema) et à Paris (Studio Galande), on trouve encore des cinémas qui projettent le film devant une salle conquise : chacun apporte ses accessoires pour jouer l'action pendant la projection. On apporte du riz pour la scène du mariage, un journal pour celle de l'orage, un drapeau écossais à agiter lorsque Brad s'exclame « Great Scot ! », mais aussi un pistolet à eau, des confettis, du papier toilette, etc.

Impacts dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Alan Parker fait un hommage au RHPS dans son film Fame (1980) où les héros vont voir une projection animée du Rocky Horror et où le véritable Sal Piro fait une apparition. Dans le remake, Fame (2009), c'est durant les auditions, au début, que l'un des protagonistes rejoue une scène culte de Columbia.
  • Dans la saison 3 de Buffy contre les vampires, épisode Effet Chocolat (Band Candy), l'héroïne s'exclame en rentrant dans un bar « Let's do the time warp again ».
  • Le film Scary Movie 2 de Keenen Ivory Wayans parodie clairement The Rocky Horror Picture Show: Tim Curry y incarne en effet le professeur Oldman, sorte de savant-fou qui prétend faire une étude sur le sommeil pour réunir ses jeunes étudiants (notamment Cindy Campbell) dans son manoir. Son serviteur, joué par Chris Elliott, personnage doté d'une main atrophiée, est une claire allusion au personnage de Riff Raff, joué par Richard O'Brien.
  • Dans l'épisode 18 de la saison 6 des Simpson (Burns fait son cinéma) le Docteur Hibbert arrive devant le cinéma habillé en drag-queen en s'exprimant "Je croyais qu'ils passaient le Rocky Horror Picture Show ce soir !"
  • L'épisode Créatures de la nuit de Cold Case rend ouvertement hommage à The Rocky Horror Picture Show en s'inspirant de sa trame et du scandale qu'il a provoqué chez les moralistes conservateurs et puritains à l'époque. Plusieurs chansons du film sont même reprises dans l'épisode et la fin parodie le générique de fin du film. Barry Bostwick est également acteur dans cet épisode de Cold Case.
  • La série Glee rend hommage au Rocky Horror Picture Show lors de l'épisode 5 de sa saison 2, à travers un univers totalement reconstitué pour Halloween, et une bande-originale associée nommée "The Rocky Horror Glee Show" dans laquelle sont repris plusieurs tubes.
  • Dans le manga One Piece, le leader de Newkama Land, Emporio Ivankov, est largement inspiré du personnage du Dr Frank-N-Furter. Il en est de même pour toute une partie de l'ambiance de l'île des okama ("kedétrav"), dont certaines scènes rappellent le film.
  • Britney Spears rend hommage au Rocky Horror Picture Show dans son clip "Hold It Against Me" au 2e couplet (vers 1,38 min) avec la bouche rouge sur fond noir qui chante son tube.
  • Jessie J rend hommage au Rocky Horror Picture Show dans son clip "Nobody's perfect" : on peut voir la bouche de "Science fiction Double Feature" vers 2,50 min.
  • Le film Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky, qu'il a adapté de son propre roman, rend hommage à "The Rocky Horror Picture Show" à travers une comédie musicale montée par le groupe d'amis que fréquente Charlie.
  • En plein centre ville d' Hamilton (Nouvelle-Zélande) sur Victoria Street, se trouve une statue de Riff Raff, et sur le mur dos à lui est inscrit, sous forme de dessin, comment faire le Time Warp. Cette statue a été réalisée par la société Weta Workshop. Elle est filmée par une web cam visible depuis un site internet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stuart Samuels, Midnight movies, New York, Collier Books,‎ 1983 (ISBN 0-020-81450-X), p. 11.
  2. (en) midnight movies, sur filmreference.com
  3. (en)"Fox Celebrates 25 Years of Absolute Pleasure, Pop Culture Phenomenon and Midnight Classic"
  4. (en)« What keeps The Rocky Horror Picture Show flame burning for more than two decades in Raleigh? », sur Indy Week (consulté le 31 août 2014)
  5. (en)« The Rocky Horror Picture Show : Regular Showtimes » (consulté le 31 août 2014)
  6. a et b http://www.the-numbers.com/movies/1975/0RHPS.php
  7. Henkin, Bill (1979). The Rocky Horror Picture Show Book. New York: Hawthorn Books. ISBN 978-0-8015-6436-9.
  8. (en) Charles Harpole, History of the American cinema, New York Toronto New York, Scribner Collier Macmillan Canada Maxwell Macmillan International,‎ 5 novembre 1990, 1e éd. (ISBN 978-0-684-80463-7), p. 212–213.
  9. (en) David Huckvale, Hammer film scores and the musical avant-garde, Jefferson, N.C, McFarland & Co,‎ 2008, 150 p. (ISBN 978-0-786-43456-5).
  10. (en) Bruce G Hallenbeck, Comedy-horror films a chronological history, 1914-2008, Jefferson, N.C, McFarland,‎ 13 mai 2009 (ISBN 978-0-786-43332-2), p. 110.
  11. Raymond Knapp, The American musical and the performance of personal identity, Princeton, N.J, Princeton University Press,‎ 2 mars 2009 (ISBN 978-0-691-14105-3), p. 240.
  12. Darwin Porter, Frommer's Great Britain, Hoboken, N.J, Wiley Pub,‎ 2004 (ISBN 978-0-764-55566-4), p. 200.
  13. http://www.cosmosfactory.org/rocky_horror_didyouknow.shtml
  14. Article "Great Scott" sur wikipédia anglophone

Voir aussi[modifier | modifier le code]